Fil info
23:35Trélissac : (VIDÉO) A 15 ans, Héléna est "inspirée" par la figure de Roger Ranoux, son grand-père -> https://t.co/JkFOSGhrXF
22:37Victoire à domicile des Panthères de Feu du face à sur le score de 31 à 23. Bravo ! En… https://t.co/amH0xhXydC
16:42RT : Il ne faut pas tout mélanger. On a essayé de nous entraîner sur la question de la grève et de la mobilisation. Ce n… https://t.co/BU5mLjKS99
16:37RT : La nouvelle saison du Hot Club commence par un retour aux sources du jazz avec l'orchestre "Mem’Ory" lundi… https://t.co/o6OUOkUN3N
16:35RT : Évidemment il est plus simple de dénoncer la galère des usagers que d'expliquer le pourquoi de l'application du dro… https://t.co/wytPkLcHTd
16:31RT : La réaction du de à démontre un durcissement de la réaction au mouvement… https://t.co/kMVzfWwLgQ
16:30RT : Édouard Philippe qui demande des “suites judiciaires” contre les grévistes de la SCNF.. quelle horreur ce gouvernem… https://t.co/uFgpB3LRET
16:29RT : . annonce des suites judiciaires contre les cheminots. La répression comme seul arme face à des chemino… https://t.co/H9jNtWeV9X
16:29 Qu'auraient-ils fait à la place du conducteur du train dans les Ardennes? Ils auraient trouvé la situa… https://t.co/jH2MqZrl5j
16:26RT : Ce gouvernement ne veut jamais rien négocier. Rien. Il enfume systématiquement sur « l’écoute », la « concertation … https://t.co/fte4awOJOw
15:40Périgueux : FO Dordogne durcit le ton : une grève pourrait se déclarer bientôt -> https://t.co/KZcQydTMex
10:52 si vs lisez l’histoire de Laurent, fauché par 1 chauffard à 12 ans... tjrs au à 39 an… https://t.co/mUr0Y0ztjS
10:41Périgueux : « Travailler dans une bibliothèque, ce serait le rêve » -> https://t.co/Om386ffkdU
08:48Marsac-sur-l'Isle : Dixième salon animalier du Périgord : coup d'envoi au parc des expo' ! -> https://t.co/p6CLIkLE08
07:47France : Nouvelle exposition au musée de la Résistance, regard sur les brigades internationales -> https://t.co/caNMHLqoaD
07:44# # - -Vienne : Les Petits Ventres, un succès sans cesse renouvelé! -> https://t.co/TTzFlA4Xuk

La ministre Nicole Belloubet a-t-elle « consulté » ?

Justice

« Pourquoi a-t-on une telle montée en puissance des assistances éducatives en Dordogne ? Est-ce la situation sociale qui se dégrade? Y a t-il d’autres raisons ? C’est important que je comprenne pour l’articulation pénale ».

La garde des sceaux Nicole Belloubet, dont le projet de réforme de la justice des mineurs sera présenté en conseil des ministres en septembre, était décidée à convaincre les magitrats, les éducateurs et les élus invités autour d’une table qu’il allait convenir à la Dordogne. Aussi les a-t’elle encouragés à lui décrire les maux dont le territoire souffre avec ses mineurs délinquants. C’est que les mises en situation rendent poreux, elles ouvrent presque.. un chemin de roses aux annonces.
Doublement du nombre de mineurs placés à la charge financière du Département, précarité des familles y compris dans des zones touristiques, augmentation notable et persistante du nombre de mesures éducatives prises par l’unique juge des enfants de Périgueux (1 305 en 2018 contre 990 en 2016 )... la Dordogne a conjointement mal à ses jeunes et à sa justice et au demeurant d’abord à sa justice. Et la réforme de l’ordonnance de 1945 rend les éducateurs en charge de s’occuper des mineurs qui ont dérapé « soucieux ».
« Votre tableau est très dramatique...». Le désarroi des professionnels périgourdins en charge d’apporter des réponses éducatives et/ou judiciaires à ses enfants qui commettent délits ou crimes a appelé à ce que les... plaignants apportent des nuances à la ministre. « La Dordogne est un département relativement calme en termes de délinquance des mineurs ».

Le tribunal de Périgueux adopte le système D

Mais le Président du tribunal de grande instance Julien Simon-Delcros a aussi glissé que l’unique juge des enfants à Périgueux était débordé au point que le volet pénal du traitement des affaires concernant les enfants avait été, en interne somme toute, confié à un autre magistrat. Avant de rappeler qu’ici, on avait bien sûr déjà réclamé un deuxième poste. « Le nombre de juges pour enfants, c’est pour nous un problème, même s’il existe des disparités géographiques ». Donc oui, la ministre estime la demande légitime... mais que l’on ne s’emballe pas, elle ne promet rien, rien du tout à ce stade. Côté parquet, le vice-procureur Anne-Claire Galois est convenu qu’au regard du délai moyen d’application des peines via des mesures éducatives - « 5 mois » - elle « laissait
tomber »
les cas impliquant des mineurs à 3 mois de leur majorité. Cette fois, la ministre est passée à l’offensive. La réforme qu’elle engage vise à que la mise à l’épreuve éducative soit de 8 à 9 mois, avant que la sanction soit prononcée. Et d’en déduire que le mineur sera vite encadré. « Au terme de ces 8 à 9 mois, le travail n’aura pas commencé. Il faut apprivoiser le jeune, dresser un état des lieux... ». Reste que Mme Belloubet a revendiqué son choix. « Le délai moyen de jugement d’un jeune est de 18 mois. Mettre en place cette déclaration de culpabilité est utile (...) Je ne dis pas que j’ai raison mais j’ai fait d’autres choix ». Et il est peu probable que ces « autres choix » ne reçoivent pas l’aval de la majorité des parlementaires. Si la ministre de la Justice s’est montrée très attentive aux propos de ses interlocuteurs périgourdins, difficile de prendre l’exercice pour une consultation. 

Fabienne Ausserre

La réforme en bref
La ministre de la Justice Nicole Belloubet prévoit deux changements majeurs de l’ordonnance de 1945, qui en a déjà subi une quarantaine depuis sa promulgation le 2 février : fixer un seuil d’« irresponsabilité pénale » à 13 ans et couper en 2 la procédure qui conduit à une décision judicaire en introduisant une étape de « déclaration de culpabilité »  avant le prononcé d’une peine, de ce fait potentiellement plus éclairée. Objectifs revendiqués : accélérer le fonctionnement de la justice, de sorte qu’elle reprenne du sens, tant pour le mineur coupable, que pour les parties civiles, en quête de dédommagement. Le tout, cependant, « à moyens constants ». Nicole Belloubet défend la volonté d’« apporter une réponse à tous les mineurs qui doivent rendre des comptes à la collectivité au regard de la large gamme de solutions à la disposition de la justice ». L’essentiel tient à ses yeux dans l’accélération de leur mise en place.