Gare de Saint-Sébastien: ni chèques bancaires ni chèques vacances dit la SNCF

 

Deux jours seulement après le discours du Président de la République dans lequel il annonçait vouloir remettre la ruralité, le social et les services publics au cœur des préoccupations gouvernementales, la SNCF, pourtant sous sa tutelle, diffusait une annonce qui va plutôt dans le sens contraire.

En effet, à la gare de Saint-Sébastien dans la Creuse, une affiche indique qu'à partir du 20 mai, il ne sera plus possible de payer par chèque bancaire ou chèque-Vacances.

De nombreux usagers les utilisent pourtant, certains d’entre eux n’ayant pas de carte bancaire, et ne pouvant pas se déplacer avec de grosses sommes en liquide.

Le chèque-Vacances, proposé par le ministère chargé de la Fonction Publique au titre de son action sociale interministérielle, fait partie des prestations d’aide aux loisirs et aux vacances, notamment pour de nombreux salariés.

L’affiche précise que ceux qui voudront continuer à utiliser ces moyens de paiements devront se rendre à La Souterraine.

«Doit-on voir dans cette action une nouvelle attaque de la direction SNCF contre notre gare ? Comme elle n’a pas réussi à fermer le guichet, elle cherche à en réduire le chiffre d’affaire» pour justifier une nouvelle tentative ?» questionne le Comité de défense de la gare de Saint-Sébastien et autres services publics.

«De surcroît, poursuit le CODEGASS, cette annonce, faite une nouvelle fois sans concertation, tombe deux semaines avant le comité de lignes qui aura lieu le 13 mai à La Souterraine, et qui est théoriquement une instance de dialogue et d’échange.»

«Est-ce une fois de plus une façon de mettre la Région Nouvelle-Aquitaine, qui est autorité organisatrice, au pied du mur, comme pour les guichets en 2016 ? Ou de montrer que les comités de Lignes ne servent à rien puisque les décisions sont prises à l’avance?» abonde le comité.

«Notre association a bien évidemment protesté contre cette mesure, sachant que l’ordinateur du guichet permet depuis très longtemps d’accepter les chèques. Il n’y a donc aucune raison pour que ce procédé aussi discriminatoire que péremptoire soit appliqué.» Le comité interpellera également la Région lors du comité de lignes du 13 mai «en demandant des explications, tant sur le fond que sur la forme.»

 

jordans for sale discount