Fil info
21:09Sympa la mention en couv & l’article sur en p.2 de du jour 🧡 Merci 👍 https://t.co/4PzomCGlY1
19:14RT : [] 🌲🌿🔥 Pour sécuriser et faciliter le travail des qui luttent contre les de , p… https://t.co/zzvyL0i1gb
18:22🔴 Dernier coup de manivelles pour les machines au centre de tri de Limoges ! Demain 6H c’est Poitiers qui traitera… https://t.co/pKeBLdqtY1
18:00RT : Quand ça veut pas, ça veut pas. Un candidat de la liste conduite par Nathalie sous le coup d'une enquête f… https://t.co/f3ggkcRsUq
17:58La Châtre : Berry nature environnement s'apprête à nettoyer nos paysages -> https://t.co/kQVDS7PhiK
17:57Argenton-sur-Creuse : Mariana Ramos, l’héritière de Cesária Évora à l’Avant-Scène -> https://t.co/EcN4pQQrQo
17:55Indre : Une BD pour démocratiser la téléassistance -> https://t.co/7XMPikuprM
17:54Indre : La double vie de Gilles Paris -> https://t.co/BwIz1BlF2D
17:40RT : Nathalie Loiseau : "Ce que j’ai hérité de mon père, c’est la détestation de l’extrême droite." Ouais enfin sauf qua… https://t.co/ha3gSXFwQ0
17:40RT : Réponses de : 1/ « Votre document est un faux » - On l’a authentifié. 2/ « Je n’en ai aucun souve… https://t.co/7hPANIsJGv
17:38RT : Nathalie Loiseau affirme qu'elle ignorait que LaREM était un parti de droite https://t.co/oabcQq70mt
17:37RT : Les sur la Croisette ! Bravo à pour la sélection de son film à la à C… https://t.co/AwkyIh31PN
17:37RT : Soutien à et à Mediapart face aux declarations outrancières de Mme . Et vive la presse libre e… https://t.co/vA8EmwLgqE
17:36RT : C'est le moment de se rappeler que nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire du . Plus que jamais, on… https://t.co/tcuTjpFYkk
12:12Varetz : Les Jardins de Colette aux couleurs pascales -> https://t.co/1xbbQSkfz0
11:49Brive-la-Gaillarde : La moustache en ordre de bataille ! -> https://t.co/zLKMGzZX6R
11:18RT : Région : Herboriste : un métier nécessaire? -> https://t.co/Dfy1rZt3Sp
11:17RT : Vernissage : vend. 26 avril 19h suivi d'une conférence "Combat d'esclaves et d'abolitionnistes" par Frédéric Régent… https://t.co/UYazhIgaJc

Interdiction de manifester : ça y est, on y est !

Gilets jaunes

Interdiction des manifestations et limogeage du préfet de police : les deux axes de la riposte du gouvernement suite aux violences de samedi. Aucune remise en cause d’une stratégie basée, depuis le début, sur l’escalade répressive.

Nous interdirons les manifestations se revendiquant des gilets jaunes dans les quartiers qui ont été les plus touchés dès lors que nous aurons connaissance de la présence d’éléments ‘ultras’ et de leur volonté de casser. Je pense bien évidemment aux Champs Élysées à Paris, à la place Pey-Berland à Bordeaux, à la place du Capitole à Toulouse », a déclaré, hier, Édouard Philippe.

Après une réunion sous l’égide d’Emmanuel Macron qui a voulu montrer qu’il reprenait la main sur le dossier de la sécurité publique, le Premier ministre a annoncé toute une série de dispositions visant à mieux gérer les manifestations de gilets jaunes. Après avoir transcrit l’état d’urgence dans le droit commun, avoir rédigé une loi anticasseur, le gouvernement a été de nouveau dans l’escalade répressive. Outre l’interdiction de manifestation, le gouvernement a également détaillé « la dispersion immédiate de tous les attroupements », une « plus grande autonomie des forces sur le terrain », la « transformation des forces de détachement rapide en unité anticasseurs », le recours « aux drones, aux produits marquants, à la vidéo... », l’augmentation du nombre d’officiers judiciaires sur le terrain ou une « nette hausse » des contraventions une manifestation interdite ».

Au passage, Édouard Philippe s’en prend aux « personnalités » qui ont « encouragé et légitimé les violences et continuent à le faire sans vergogne ». Et d’annoncer avoir demandé « au ministre de l’Intérieur de saisir systématiquement la justice à leur encontre ». De là à définir un délit d’opinion...

Le préfet de police viré

Si le mot « échec » a pu être prononcé par le secrétaire Laurent Nunez, la logique a vite été inversée. Pas question de se remettre en cause. Ce n’est pas Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, et sa gestion des manifestations qui sont à blâmer, mais les exécutants. « La stratégie de maintien de l’ordre n’a pas été correctement exécutée », a clairement accusé Édouard Philippe avant d’annoncer le limogeage du préfet de police, Michel Delpuech, remplacé, dès mercredi, par Didier Lallement, actuellement préfet d’Aquitaine et donc de Bordeaux qui a également été débordée par les violences. L’homme a fait une longue carrière tantôt à gauche (avec Jean-Pierre Chevènement), tantôt à droite (au cabinet de Dominique Perben). 

Que des casseurs ?

Bien sûr, Édouard Philippe se défend de vouloir interdire les manifestations « pacifiques, pour lesquelles rien ne change ». Pour lui, l’affaire est entendue : « les gilets jaunes ne manifestent plus aujourd’hui ». Et les personnes présentent sur les Champs-Élysées, samedi, n’étaient que des casseurs. Sauf que… Les comparutions immédiates, hier, de personnes que la police a réussi à interpeller montrent également des profils au casier judiciaire vierge, un stagiaire, un paysagiste, un jeune agriculteur... Ce qui confirme des notes du service du renseignement territorial citées par France Info, qui mentionnent la montée en puissance de « gilets jaunes radicalisés » n’ayant rien à voir avec les ultras. Et ce qui explique que cette violence soit « comprise » par certains manifestants.

 

Angélique Schaller