Fil info
19:14RT : [] 🌲🌿🔥 Pour sécuriser et faciliter le travail des qui luttent contre les de , p… https://t.co/zzvyL0i1gb
18:22🔴 Dernier coup de manivelles pour les machines au centre de tri de Limoges ! Demain 6H c’est Poitiers qui traitera… https://t.co/pKeBLdqtY1
18:00RT : Quand ça veut pas, ça veut pas. Un candidat de la liste conduite par Nathalie sous le coup d'une enquête f… https://t.co/f3ggkcRsUq
17:58La Châtre : Berry nature environnement s'apprête à nettoyer nos paysages -> https://t.co/kQVDS7PhiK
17:57Argenton-sur-Creuse : Mariana Ramos, l’héritière de Cesária Évora à l’Avant-Scène -> https://t.co/EcN4pQQrQo
17:55Indre : Une BD pour démocratiser la téléassistance -> https://t.co/7XMPikuprM
17:54Indre : La double vie de Gilles Paris -> https://t.co/BwIz1BlF2D
17:40RT : Nathalie Loiseau : "Ce que j’ai hérité de mon père, c’est la détestation de l’extrême droite." Ouais enfin sauf qua… https://t.co/ha3gSXFwQ0
17:40RT : Réponses de : 1/ « Votre document est un faux » - On l’a authentifié. 2/ « Je n’en ai aucun souve… https://t.co/7hPANIsJGv
17:38RT : Nathalie Loiseau affirme qu'elle ignorait que LaREM était un parti de droite https://t.co/oabcQq70mt
17:37RT : Les sur la Croisette ! Bravo à pour la sélection de son film à la à C… https://t.co/AwkyIh31PN
17:37RT : Soutien à et à Mediapart face aux declarations outrancières de Mme . Et vive la presse libre e… https://t.co/vA8EmwLgqE
17:36RT : C'est le moment de se rappeler que nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire du . Plus que jamais, on… https://t.co/tcuTjpFYkk
12:12Varetz : Les Jardins de Colette aux couleurs pascales -> https://t.co/1xbbQSkfz0
11:49Brive-la-Gaillarde : La moustache en ordre de bataille ! -> https://t.co/zLKMGzZX6R
11:18RT : Région : Herboriste : un métier nécessaire? -> https://t.co/Dfy1rZt3Sp
11:17RT : Vernissage : vend. 26 avril 19h suivi d'une conférence "Combat d'esclaves et d'abolitionnistes" par Frédéric Régent… https://t.co/UYazhIgaJc

L'Allemagne avance avec Huawei sur sa 5G malgré les menaces américaines

L'Allemagne a lancé le mardi 19 mars les enchères pour l'octroi des chantiers de sa future 5G, refusant de bannir les équipementiers chinois comme Huawei, malgré les menaces de Washington de revoir la coopération sécuritaire transatlantique.

La chancelière Angela Merkel a déclaré mardi vouloir "n'exclure aucun entrepreneur ou acteur (de la 5G)", tout en annonçant l'inscription dans la loi allemande d'exigences accrues en terme de sécurité des réseaux.

"Nous donnons à chacun sa chance, mais bien sûr sans être naïf, nous voyons bien que les lois en Chine sont très différentes des nôtres", a ajouté la chancelière lors d'une conférence de presse en marge d'un sommet économique à Berlin.

L'agence fédérale allemande des réseaux a donné ce mardi matin le coup d'envoi des enchères pour l'attribution de la 5G dans le pays. En tout 41 blocs de fréquence doivent être attribués aux quatre opérateurs en lice: Deutsche Telekom, Vodafone, Telefónica/O2 et 1&1/Drillisch.

Huawei ne peut prétendre à aucun des blocs, mais en tant qu'équipementier - comme son concurrent le chinois ZTE - il fournit déjà à ces opérateurs des infrastructures, notamment des antennes, et compte bien continuer avec l'avènement de la 5G.

Du fait de son avance technologique, le géant chinois est devenu un leader incontestable de la nouvelle génération ultrarapide de l'internet mobile. Et se passer de son expertise risque de freiner le développement de cette technologie cruciale en Europe.

Mais pour Washington, ses antennes sont une version contemporaine du cheval de Troie, les Américains soupçonnant l'entreprise de transmettre des données à Pékin, en vertu d'une loi obligeant à la collaboration.

L'Australie, le Japon et la Nouvelle-Zélande ont déjà exclu les équipementiers chinois pour ces raisons, et d'autres y réfléchissent, les services de renseignement occidentaux ayant été nombreux à adresser des mises en gardes à leurs gouvernements.

 

Menaces américaines

 

Les Etats-Unis ont pour leur part mis une pression toute particulière sur l'Allemagne, première économie européenne.

Berlin est devenue une des cibles favorites de Donald Trump qui lui reproche pêle-mêle ses excédents commerciaux, la faiblesse de ses dépenses militaires ou encore ses approvisionnements en gaz auprès de la Russie.

L'ambassadeur américain Richard Grenell a ainsi adressé une lettre au ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier, proche d'Angela Merkel, pour lui signifier que la partage d'informations confidentielles pouvait être revue si Berlin ne bannissait pas les Chinois de son internet ultra-rapide.

La menace s'est accentuée la semaine dernière, quand le commandant suprême des forces alliées en Europe, le général américain Curtis Scaparrotti, a affirmé que les forces de l'Otan cesseraient de communiquer avec leurs collègues allemands si Berlin s'associait avec des groupes comme Huawei.

"Nous craignons que la structure de leurs télécommunications ne soit compromise car, tout particulièrement avec la 5G, la largeur de la bande passante et la capacité à soutirer des données sont incroyables", a fait valoir le général.

Selon les informations du magazine allemand der Spiegel, les experts en sécurité du BND, les renseignements extérieurs allemands, sont méfiants aussi.

Mais le ministre allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer, a déclaré la semaine dernière qu'il ne voulait pas ouvrir un nouveau front avec la Chine, alors que Berlin se dote déjà de loi défensives pour pouvoir contrer des prises de participation dans des entreprises jugées stratégiques.

La chancelière assure que Berlin va "discuter" de sa stratégie en terme de protection des réseaux avec ses partenaires, dont Washington.

 

Pas de bannissement formel

 

Le gouvernement planche sur un catalogue de mesures valables pour l'ensemble des prestataires du chantier de la 5G : opérateurs, équipementiers, fournisseurs.

Celles-ci vont de la clause de non-espionnage à l'obligation de tests en laboratoire pour l'ensemble des composants, en passant par l'obligation de publier des codes source utilisés dans les infrastructures.

Dans certains cas le gouvernement pourrait aussi demander le remplacement d'équipements déjà installés, ce qui reviendrait à pouvoir exclure Huawei de certaines infrastructures, sans prononcer de bannissement formel, détaille le journal Handelsblatt.

Mais malgré le début de l'enchère sur la 5G, aucune législation spécifique n'est encore à l'agenda législatif allemand, quand en France une proposition de loi similaire a été déposée par les députés de la majorité du président Emmanuel Macron.