Fil info
22:40 Garder la mémoire pour soutenir notre tête !
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).

Le Conseil de l’Europe appelle à «suspendre l’usage du LBD»

Le Conseil de l’Europe a appelé mardi à «suspendre l’usage du LBD dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre» en France afin de «mieux respecter les droits de l’Homme», trois mois après le début du mouvement des «gilets jaunes».

Le Conseil de l’Europe a appelé mardi à «suspendre l’usage du LBD dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre» en France afin de «mieux respecter les droits de l’Homme», trois mois après le début du mouvement des «gilets jaunes».
Dans «l’attente d’(une) révision» de «la doctrine d’emploi des armes de force intermédiaire», les autorités françaises devraient «suspendre l’usage du LBD (lanceurs de balles de défense, NDLR) dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre», a déclaré la Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatovic.
De son côté, le gouvernement français soutient que «le Conseil d’Etat estime que les armes de type LBD étaient pleinement adaptées aux situations dans lesquelles elles ont été employées».
Au 4 février, 2.060 manifestants ont été blessés, dont 69 considérés en «urgence absolue», ainsi que 1.325 membres des forces de l’ordre,
selon des chiffres du ministère de l’Intérieur.
Si la commissaire «condamne fermement les violences commises à l’encontre des membres des forces de l’ordre» et «déplore le nombre important de blessés dans leurs rangs», elle rappelle également que leur «tâche première (...) consiste à protéger les citoyens et leurs droits de l’Homme».
«Le nombre et la gravité des blessures» infligées aux manifestants «mettent en question la compatibilité des méthodes employées dans les opérations de maintien de l’ordre avec le respect de ces droits», estime Dunja Mijatovic. Elle «invite autorités françaises à mieux respecter les droits de l’Homme» dans le cadre du mouvement.

Des «restrictions excessives à  la liberté de réunion pacifique»
La commissaire invite également les autorités à ne pas apporter de «restrictions excessives à la liberté de réunion pacifique» à travers la  proposition de loi controversée «anticasseurs» adoptée début février par l’Assemblée nationale.
Elle épingle «le pouvoir donné aux préfets d’interdire à une personne constituant «une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public», de participer à une manifestation», jugeant qu’il s’agirait «d’une grave ingérence dans l’exercice du droit à la liberté de réunion».
Dunja Mijatovic, dont les recommandations s’appuient sur une visite à Paris effectuée en janvier, suggère également de renoncer à «ériger en délit la dissimulation volontaire «sans motif légitime» de tout ou partie du visage au sein ou aux abords immédiats d’une manifestation».
Dans sa réponse officielle, le gouvernement français indique qu’il avait voulu préciser la nature du délit qui porte désormais sur les manifestations lors desquelles «des troubles à l’ordre public sont commis ou risquent d’être commis».
Le texte doit retourner au Sénat le 12 mars pour une deuxième lecture, le gouvernement souhaitant une adoption définitive rapide.
Le Conseil de l’Europe, organisation paneuropéenne siégeant à Strasbourg, rassemble 47 Etats. Sa mission est de promouvoir la démocratie et de protéger les droits de l’Homme et l’Etat de droit.