Fil info
01:30Région : Fête de la forge de Palisse, une passion à partager | L'Echo https://t.co/9dyMJ8LwRn via
20:15Périgueux : Terminus Périgueux pour Julien -> https://t.co/UpphNbAls3
20:11Dordogne : Les vacances, un droit pour tous -> https://t.co/R4vko1MZyr
18:46Châteauroux : La Banque de France pour une bouchée de pain -> https://t.co/dXJTOwS5SN
18:41RT : Notre maison brûle regarde l' et tente de faire oublier qu'il a validé l'accord UE-Merco… https://t.co/VbZVVraRbs
18:30Montgivray : Deux jours auprès des agriculteurs -> https://t.co/f1hifxaiSV
16:51 C'est triste......très triste
16:48Le jeune Tristan a été retrouvé mort en fin de matinée par les gendarmes. D'importants moyens avaient été engagés p… https://t.co/4oB5Qe6mER
15:59Sarlat-la-Canéda : Les Musicales : splendide partition à deux -> https://t.co/uGRZcLuSUS
13:26Le Lardin-Saint-Lazare : Dans le Sarladais, il percute un piéton... et poursuit sa route -> https://t.co/PbPfiKGMAT
12:04RT : | A partir du 26/08, circulation interdite sur la RD 54 en raison de travaux de réhabilitation du barr… https://t.co/f9BPI4XDKC
12:03RT : Toile sous les étoiles : projection gratuite du film "Le sens de la fête" demain soir quartier du Sablard 👉… https://t.co/XK3HYLVfMb
11:57# # - -Vienne : Appel à témoin après la dispartition d'un mineur -> https://t.co/ypw55Tmk1l
08:02Bergerac : Mais ce qu’il va faire chaud, et jusqu’à Périgueux -> https://t.co/KhBlaoNhCR
07:36# # - : L’été une période propice aux chantiers -> https://t.co/pi2HoJbemY
07:33# # - -Vienne : L’opérette fait son festival -> https://t.co/VvELKj8ODX
07:31Région : La bataille de Fatima et son bébé pour obtenir un endroit où dormir -> https://t.co/bcVaVd1HCv
07:28Région : Le futur version arts du cirque -> https://t.co/zW3WQxMwtO
06:41La Bachellerie : Dans l'accident, la voiture se retrouve sur le toit -> https://t.co/MgcYpQDRZl

Psychiatrie : les personnels réclament de l’« humain »

SANTÉ

Médecins ou infirmiers, ils manifesteront côte à côte à Paris ce mardi pour une meilleure qualité des soins.
Accueillir et soigner les patients dignement » : médecins, infirmiers et autres personnels des établissements psychiatriques sont appelés à cesser le travail et à manifester mardi à Paris par plusieurs organisations pour réclamer davantage d’effectifs pour « des soins plus humains ».
Grève à Rennes, campement à Amiens, grève de la faim à Rouen, occupation du toit des urgences psychiatriques au Havre, manifestation dans la capitale… les mobilisations du secteur se sont multipliées ces derniers mois.
« Renforcé » par « cette convergence des luttes », le collectif « Pinel en Lutte » – à l’origine d’une grève à l’hôpital Philippe-Pinel d’Amiens – rejoints
notamment par « la Psychiatrie parisienne unifiée », des syndicats de psychiatres (SPH, USP), Sud Santé et la CGT, appelle à un rassemblement
place de la République à 11h, avant une marche en direction de l’Assemblée nationale.
Objectif, « alerter la population de la situation dramatique de la psychiatrie publique ».
« Le parent pauvre de la médecine »
Une discipline que la ministre de la Santé Agnès Buzyn a elle-même qualifiée de « parent pauvre de la médecine » et qui souffre d’un manque d’attractivité et d’effectifs. « La parole, qui devrait être le premier outil de soin à l’hôpital psychiatrique, se défait », résume « Pinel en lutte ». « On nous demande de plus en plus de paperasse, de chiffres qui n’ont pas de sens », explique l’une de ses membres, la psychologue Isabelle Basset. « On ne soigne pas un schizophrène comme on soigne une jambe cassée, ce n’est pas quantifiable », ajoute-t-elle, bien décidée à manifester mardi malgré l’obtention de 30 postes supplémentaires dans son établissement, au terme d’une grève qui aura duré sept mois.
Oriane Cayard, infirmière au GHU Paris psychiatrie et neurosciences dénonce le ratio trop faible de personnel et le recours « plus facile au médicament » qu’à la médiation thérapeutique.
Manque de formation et turnover important des équipes font également partie des griefs, comme les délais d’attente importants pour des consultations ou le manque de places d’hébergement dans les centres médicosociaux.
M.R. avec AFP