Fil info
01:42RT : Peinée d’apprendre ce soir le décès de Gérard Vandenbroucke, président de , vice-prés de la… https://t.co/OpoA3Zr9Ot
01:42RT : Gérard Vandenbroucke est parti ce soir après un long combat contre la maladie. Homme engagé, avec des convictions s… https://t.co/8DZ9kNj9c7
21:00Indre : Ian Brossat, tête de liste PC aux Européennes, demain dans l’Indre -> https://t.co/s2mM7rZ8bC
20:58Indre : E. Macron face à l’entreprise -> https://t.co/tYGEyi80Kx
19:38Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/QmzR1p5h55 via
18:52RT : [🏆🗳 Mobilisation Générale !!!] On est une nouvelle fois en liste pour les ! Alors on a besoin de votre so… https://t.co/oi8EpoZCNU
18:10RT : Lors de sa commission permanente qui s'est tenue aujourd'hui, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une… https://t.co/unwgDAWjIP
18:10RT : 🎊👉FESTIVAL AUX CHAMPS 👍😊 Rendez-vous JEUDI 21 FÉVRIER à 16H pour découvrir les premiers noms !!! 💥CONCOURS 💥 Ga… https://t.co/1HVVlDkLDX
17:22Dordogne : Jean-Philippe Granger dans un fauteuil pour six ans -> https://t.co/RVSvJjYYIS
17:22Lors de sa commission permanente qui s'est tenue aujourd'hui, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une… https://t.co/unwgDAWjIP
17:02Sarlat-la-Canéda : Le grand débat débouchera-t-il sur du concret ? -> https://t.co/57px26e5G1
16:21RT : Compte rendu du SNUipp87 du Cden de ce jour : 14 classes fermeront et 8 ouvriront en septembre 2019… https://t.co/vBbKW6b112
16:21Après le CDEN de ce matin : rien de nouveau concernant le projet de carte scolaire présenté hier et publié dans notre édition de ce jour.
16:00Trélissac : La commune s’engage dans le sport sur ordonnance -> https://t.co/WRGi8arfLO
15:56RT : : stéphane ostrowski attaque le aux prud’hommes
15:48 ce n'est qu'un début....continuons le....
15:31Argenton-sur-Creuse : Victoire des défenseurs de la gare ! -> https://t.co/755BJMTeaz
14:38RT : C'est bien beau de vouloir CHANGER LE MONDE. ✊🌏✊ Mais y a un moment, on peut pas boire son CAFÉ dans un Ché Gu… https://t.co/HliiWSFUTZ
14:13RT : Alain Juppé, premier homme politique condamné à entrer au https://t.co/o69hV4IkTS
14:10Neutralisation de la voie de droite entre les échangeurs n°37 « Boisseuil » et n°28 « Grossereix » sur l’autoroute… https://t.co/mdkj3AbYks
14:07Dordogne : Incertitudes sur l’avenir de Condat -> https://t.co/mruMxrPUAb
13:51 en vidant les etangs, il y a une serie a produire tellement il y avait de curieux qd chichi etait roi,
12:56Tulle : Le téléfilm « Meurtre en Corrèze » recherche des figurants -> https://t.co/PLUWz4NzoX
12:37Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/lObLn8tbDH via https://t.co/izT1fh7mXG
12:16RT : Tous unis contre toutes les formes de racisme et d'antisémitisme rdv lundi 18 février à 18h devant l'école Simone… https://t.co/qu7utpT8b8
12:00Tous unis contre toutes les formes de racisme et d'antisémitisme rdv lundi 18 février à 18h devant l'école Simone… https://t.co/qu7utpT8b8
11:29 C'est que ce n'est pas le débat que vous cherchiez mai… https://t.co/ezvpCqvKVk
10:40RT : France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
09:59RT : France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
09:41Région : Gibo fait la tête à la fac -> https://t.co/mrEwm78VQj
09:39Région : Les étudiants au service de la prévention routière -> https://t.co/g6H587qvTD
09:37# # - -Vienne : 14 fermetures de classes au lieu de 17 , encore trop pour les syndicats -> https://t.co/6OXHYQjAe6
09:35# # - -Vienne : Fermeture du PADE : recul de l’accès au droit des étrangers -> https://t.co/ManYacVHdi
09:32# # - -Vienne : Limoges Métropole, investir et préserver l’avenir -> https://t.co/X0nvPHLEcP
09:29France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
07:49# # - -Vienne : Cambriolages : les auteurs interpellés et emprisonnés -> https://t.co/d6WCOzXfbK
07:48France : Dans l'Indre, Macron prend le pouls des ruraux -> https://t.co/FHPVLx50cX

Grand débat, les maires ne lâchent rien

 

Offensif, ancré sur ses réformes hormis quelques ouvertures, Emmanuel Macron a lancé mardi le grand débat national par un échange-marathon de près de sept heures avec 653 maires normands, qui témoignaient des «fractures» françaises.

 

«Nous pouvons faire du moment que traverse la France une chance», a souhaité le président devant les maires rassemblés dans le gymnase de Grand Bourgtheroulde (Eure), la première d'une dizaine de rencontres qu'il mènera dans toute la France, sa réponse politique à la crise des «gilets jaunes».

Après avoir promis en arrivant qu'il n'allait «pas parler longtemps, car l'objectif, c'est surtout de vous entendre», le chef de l'Etat a parlé pendant près de 3h30, répondant en détail à des questions pointues, et finissant par échanger des rires avec son auditoire d'abord méfiant.

Les maires l'ont longuement applaudi debout à la fin de l'échange, vers 22h10, quand il a prôné «une République de la délibération permanente».

«J'ai donné mon avis mais je n'ai fermé aucun sujet», a-t-il déclaré à la sortie. «J'ai beaucoup donné de faits, la réalité. Et j'ai donné un avis. Je dois me découvrir, avec sincérité, a-t-il dit, en promettant que durant ces deux mois ils rencontrerait aussi de simples citoyens.

Sa première sortie en région depuis un mois se déroulait sous haute sécurité. Aux cris de «Macron démission», une centaine de «Gilets jaunes» s'étaient rassemblés à Grand Bourgtheroulde après avoir réussi à contourner les barrages. Les forces de l'ordre ont fait deux fois usage de gaz lacrymogènes pour les contenir et interpellé deux hommes.

Pour la première fois, le chef de l'Etat a nommé publiquement les «gilets jaunes», ce qu'il avait évité depuis le début de leur mobilisation il y a deux mois.

«Réagir plus fort»

Cette crise est «une chance» pour «réagir plus fort» et continuer à réformer plus profondément, a-t-il plaidé, en se reprochant de ne pas avoir suffisamment impliqué les Français depuis son élection.

A Grand Bourgtheroulde, Emmanuel Macron a écouté les maires énumérer une longue liste des «doléances» de leurs administrés. «La France est malade. Il y a une grande souffrance», a témoigné l'un d'eux.

Et les élus de citer le pouvoir d'achat, la justice fiscale, le niveau des retraites ou l'affaiblissement des services publics en milieu rural.

«Toutes ces fractures, on les a devant nous, et d'un seul coup, les choses s'effritent», a reconnu le chef de l'Etat, citant son prédécesseur Jacques Chirac et sa fracture sociale.

Courtois mais insistants, les élus ont suggéré plusieurs réformes: baisser la TVA sur les produits de première nécessité, rendre des compétences aux maires, rendre le vote obligatoire... D'autres en ont profité pour protester contre des normes. «Faites confiance aux maires», ont réclamé les élus, dont plusieurs ont vu dans les «Gilets jaunes» l'exemple d'un «réveil démocratique».

Tombant la veste, debout au milieu des maires assis en rond autour de lui, Emmanuel Macron a défendu ses réformes, de la suppression de l'ISF à la hausse de la CSG. Et même la fermeture de la maternité de Bernay, un cas qu'il avait visiblement étudié. «Il est fort», commentaient nombre d'élus à la sortie.

Pour les convaincre, le président de la République a mêlé logique, chiffres et formules choc, parfois émaillées d'argot: «Il ne faut pas raconter de craques, c'est pas parce qu'on rétablira l'ISF que les Gilets jaunes iront mieux. C'est de la pipe».

Du côté  des ouvertures, il a admis qu'il pouvait y avoir des aménagements au décret limitant la vitesse à 80 km/h et qu'il pourrait rendre aux communes la délivrance de la carte d'identité ou de la carte grise. Il s'est dit aussi prêt à réviser la loi NOTRe sur l'organisation des collectivités, bête noire des maires.

Acte II

Le président s'est également dit d'accord pour «donner une place» aux référendums citoyens - l'une des principales revendications des «Gilets jaunes» -- mais pas sur tous les sujets». Le cas du Brexit «nous dit beaucoup sur ces référendums qui paraissent sympathiques».

Pas convaincu, le maire PCF de Brionne, Valéry Beuriot, a souligné: «Les vraies questions qui minent notre pays, ce sont les questions de justice sociale, auxquelles on n'a pas apporté de réponse» depuis de nombreuses années, demandant au chef de l'Etat de revenir sur la supression de l'ISF.

«Sa majesté Jupiter étant toujours en train de parler en direct et depuis 15h sur toutes les chaînes d'infos du pays, on patiente en plateau sans être certain que le débat ait lieu...», a tweeté avec agacement vers 22 heures Jean-Luc Melenchon.

«Je tirerai des solutions véritables de ce débat car je veux en faire un acte II de mon mandat», a-t-il promis en conclusion.

L'enjeu est crucial pour Emmanuel Macron, qui compte reprendre l'initiative après deux mois de crise. Il aura fort à faire pour convaincre des Français méfiants, qui selon un sondage sont seulement 34% à croire que le débat permettra une sortie de crise.

«L'année 2019 débute comme elle s'est achevée. Des débats s'ouvrent mais toujours le même mépris pour les Français!», a dénoncé Valérie Soyer (LR). Olivier Faure, le patron du PS, a jugé «insupportable» cette «façon de jeter en pâture les plus faibles».