Fil info
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y
08:29 d'agriculture - -Vienne : Quel président à la Chambre d'agriculture après Jean-Marie Delage?… https://t.co/Oh7SMjFZsO
08:26 # - -Vienne : 16e recensement, décollage imminent -> https://t.co/t7mV3P91WF
07:58France : Les Steva veulent du concret -> https://t.co/rA8Xgxx9HC
07:46Région : Un bon début d’année pour les ventes aux enchères -> https://t.co/pYOxVrUEUN
21:22Saint-Sulpice-le-Guérétois : Le travail du bois, une passion, un métier | L'Echo https://t.co/Vdq0ECnUrO via
20:52 Engendrer..
20:51 L’écologie n’a rien à voir avec tout ça !!! Vous ne savez rien de ce que peut engendré ce… https://t.co/W12hCtgkST
19:53Brive-la-Gaillarde : Solidaire est le Secours Populaire -> https://t.co/pmngsMMHRb
19:47 Le cri de soulagement du Patrimoine et de la biodiversité 🐾🌳🌍
19:08Indre : 258 millions d’euros pour un an -> https://t.co/3qu1tQJEnK
18:12Plus que jamais Président des Régions de France… https://t.co/cwZ8G394sk
17:52Dordogne : Le parti socialiste compte sur ses valeurs pour retrouver des couleurs -> https://t.co/x71S0Ovl7u
17:49Beynac-et-Cazenac : Déviation : le cri de colère des entreprises -> https://t.co/uEmRSQEDBv
17:28RT : Les agents des finances publiques ont protesté à Tulle contre 17 suppressions de postes en https://t.co/TebYxVnJE7
17:20RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
17:10Périgueux : Nouvelle saignée aux impôts -> https://t.co/fIsU0LOw5Y
16:54Sarlat-la-Canéda : A vos agendas 2019 -> https://t.co/hXvkLBbxtE
15:57RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
15:53Marsac-sur-l'Isle : Un salon de passionnés à l’ambition régionale -> https://t.co/PYalTw0ytJ
15:37Mérigny : Les seuils de l'Anglin arasés cette année -> https://t.co/UnmtKOBc0c
15:32Indre : Le photovoltaïque au centre des vœux -> https://t.co/xqPyrT2nf2
15:26RT : Pour conquérir le numérique, « La Marseillaise » a un besoin vital de votre soutien https://t.co/zsWebVd2tu

Francis Rocard : « Après cet alunissage, il faudra compter avec la Chine »

ENTRETIEN

Hier, le module d’exploration chinois Chang’e-4, qui avait quitté la Terre le 8 décembre dernier, a aluni sur la face cachée de la Lune. Francis Rocard, astrophysicien et responsable du programme d’exploitation du système solaire au Centre national d’étude spatiale décrypte cet événement pour La Marseillaise.
La Marseillaise : En quoi cet alunissage est-il une prouesse technique ?
Francis Rocard : C’est avant tout une première mondiale, aucun appareil ne s’était jamais posé sur la face cachée de la Lune. Qui plus est avec un site d’alunissage particulièrement cratérisé. La face cachée étant toujours orientée dans le sens opposé de la Terre, toute communication
directe entre la sonde et la Terre est impossible, car les ondes radio sont bloquées par la masse rocheuse de la Lune. La Chine a donc lancé en mai 2018, un satellite baptisé Queqiao positionné en orbite lunaire de façon à relayer les ordres et les données échangées entre la Terre et le module lunaire.
Quel est l’état des connaissances scientifiques sur la face cachée de la Lune ?
F. R. : On dispose aujourd’hui de cartes complètes établies grâce à des orbiteurs lunaires, mais comme aucun appareil ne s’y est jamais posé avant la sonde chinoise, on a aucune connaissance sur la composition des sols. C’est justement ce que va rapporter Chang’e-4, qui va être très intéressant pour la suite des études scientifiques.
Quel est l’objectif de cette mission ?
F. R. : Au sens large, la Chine veut améliorer sa connaissance dans l’exploration spatiale lointaine en ciblant particulièrement la Lune. Plus précisément, Chang’e-4 est un atterrisseur disposé d’un rover (véhicule robotisé) qui va se détacher dans les jours à venir pour exécuter ses missions. Le rover aura comme principal objectif de collecter de la poussière et des cailloux, mais aussi de sonder les sous-sols. Il est également équipé d’un récepteur radio pour écouter l’espace, chose impossible à faire depuis la Terre, car l’activité humaine émet trop de signaux parasites. Chang’e-4 est aussi équipé de petits containers dans lesquels il va faire pousser des plantes, une première mondiale sur la Lune, même si c’est de l’ordre de la démonstration.
Qu’est-ce que cela représente pour la Chine ?
F. R. : Je dirais que la Chine fait des efforts très importants dans le domaine spatial. C’est le premier pays en matière de satellites lancés en 2018. Il y a une véritable montée en puissance et une vraie volonté de s’améliorer dans l’exploration de l’espace lointain qui nécessite des technologies très innovantes et difficiles à maîtriser. Cette mission en est la preuve car elle a nécessité des prouesses technologiques considérables.
En quoi cela fait-il de la Chine une puissance spatiale ?
C’est avant tout un exploit que l’on réussisse à envoyer un appareil sur la face cachée de la Lune mais cela fait déjà quelques années que la Chine commence à s’imposer dans le domaine spatial au niveau mondial.
Les Chinois devraient également envoyer une deuxième station orbitale normalement opérationnelle aux alentours de 2022. Elle deviendrait la seule station à évoluer dans l’espace après la retraite programmée en 2024 de la station spatiale internationale (ISS) qui pourrait tout de même être prolongée jusqu’en 2028. Ils sont en train de faire ce que les États-Unis ont fait pendant les années 70, soit maîtriser toutes les technologies pour pouvoir s’imposer dans le domaine spatial. Ils vont beaucoup se développer dans les années à venir et il faudra compter sur eux.
Lorenzo Consolazione