Fil info
16:09Bergerac : Dégradations sur la future mosquée : « Ils n’auront pas notre colère » -> https://t.co/FAgeabA8Qr
16:00Dordogne : Les méfaits de la réforme du ferroviaire -> https://t.co/c1CRO1oDAc
15:48Dordogne : L’occitan vivant et contemporain -> https://t.co/g3gv1aIXrm
10:55Guéret : Une panne de réveil douloureuse | L'Echo https://t.co/j728aOzsqi via
10:28 a commencé en Corrèze. Un spécimen géant a été vu ce matin au pied de la collégiale Sain… https://t.co/gEc1ncGXA9
09:22# # - Grands-Chézeaux : Maçons et paveurs migrants à l’honneur -> https://t.co/liZyD5c2CD
09:18# # - : Un concours de belote qui a fait salle comble -> https://t.co/YkOIdUh1ZC
09:16# # - : L’association des commerçants de la ville mis en veille -> https://t.co/d1Tjql8aKn
09:13Région : Unis pour la maison de santé et pour les services publics de Chabanais (16) ! -> https://t.co/5QOHB586v4
09:10# # - -Anne-Saint-Priest : Editions La Veytizou, la mémoire se perpétue -> https://t.co/AciWv1WdnH
09:02# # - : Faites des Livres 2019 : une formation au Kamishibai, une autre façon de lire -> https://t.co/oGtFwSUjUH
08:58# # - -Martin-de-Jussac : Une fête toujours populaire sous le signe de Panazô -> https://t.co/t0SXJjZyxq
08:55# # - -Vienne : Agathe en concert vendredi à Limoges -> https://t.co/LQWPTocB73
08:53# # - -Vienne : Vendredi à Jean-Gagnant: trio de cordes improvisé -> https://t.co/7FuegBnzdE
08:51# # - : Valoriser les métiers de la salle et des arts de la table -> https://t.co/jgbadjZgmc
07:58# # - -Vienne : Lutte Ouvrière se bat pour une Europe qui porte les intérêts des travailleurs -> https://t.co/cE177b1CfZ
07:55# # - -Vienne : Les Gilets jaunes toujours inventifs -> https://t.co/TXGqMoxu4c
07:53Région : Loger pour rebondir -> https://t.co/YjIvr9MTxT
07:51Région : La Région et le CNRS renforcent leur coopération -> https://t.co/YX8T5WeSVs
07:36 Retrouvez le questionnaire en ligne : https://t.co/fAdpBdQPtk, à vous de jouer !
21:23Naves : L’agglo de Tulle mise sur les circuits courts -> https://t.co/QWWfgVIdne
19:42Boulazac : Souvenir et vigilance -> https://t.co/OUB59l94YS
19:36Périgueux : Ta différence, c’est ma richesse -> https://t.co/IzYsbhRbgm
19:28Trélissac : Besoin d’honnêteté en politique -> https://t.co/SxaTVJI2tz
18:13Sarlat-la-Canéda : Une voix palestinienne à Sarlat -> https://t.co/qK2jdd2WXL
18:12Dordogne : Faire du sport ou aller au cinéma, même combat -> https://t.co/3ySLsunvrZ

Les retraités restent déterminés

Après leurs rencontres avec les parlementaires qui ont bien voulu les recevoir, les retraités réunis au sein du G9 sont déçus. Ils ont le sentiment de ne pas être écoutés, d’autant qu’il n’a été répondu à aucune de leurs revendications sur leur pouvoir d’achat. Pire, ils ressentent un certain mépris de la part du gouvernement.

Les retraités en ont assez que le gouvernement leur fasse les poches et ils le font savoir depuis maintenant plusieurs mois. Un combat pour la défense de leur pouvoir d’achat qui est loin d’être terminé, d’autant qu’aucune des annonces formulées par Emmanuel Macron ne va dans le sens de leurs revendications.
« La marque de fabrique de ce gouvernement et de ses élus, c’est le mépris vis-à-vis du peuple, et particulièrement des retraités ». Et ce n’est pas la dernière sortie de Gilles Legendre, le patron du groupe La République en marche à l’Assemblée Nationale, qui a déclaré lundi que l’action du gouvernement était incomprise parce que les membres de la majorité étaient « trop intelligents et subtils », qui viendra contredire les retraités périgordins, engagés, comme au plan national, depuis des mois dans un bras de fer avec le gouvernement pour être tout simplement entendus sur leurs revendications légitimes portant sur leur pouvoir d’achat.
Comme ils s’y attendaient un peu, les rencontres sollicitées auprès des parlementaires se sont révélées infructueuses, voire leur ont permis de constater tout le mépris dont ils faisaient l’objet de la part des gouvernants. Le sénateur Cazeau a décliné la demande d’audience, Jean-Pierre Cubertafon s’est fait représenter au dernier moment par son attaché parlementaire et Jacqueline Dubois a attendu les dernières minutes précédant le rendez-vous pour indiquer qu’elle se trouvait... à Paris. Bref, seuls Philippe Chassaing et Michel Delpon les ont reçus. Au menu, les revendications portées depuis des mois, à savoir une annulation de la hausse de la CSG (effective puis le 1er janvier), une augmentation des pensions et des retraites indexées sur le taux d’inflation, et une augmentation globale des pensions et retraites. « On a toujours l’impression d’être peu écoutés et que les retraités comptent peu dans la vision des députés. Un député nous a clairement dit qu’il s’intéressait plus aux gens qui travaillent qu’aux retraités », souligne Jean-Louis Bagault, membre de FO. « Notre colère est intacte, car nos revendications restent entières ». Le lest lâché par Emmanuel Macron face à la pression des Gilets jaunes n’est en effet qu’un leurre pour les retraités. « Il n’a pas annulé la hausse de la CSG. Seulement pour les revenus inférieurs à 2 000 euros. Mais pour un couple, cela va vite si l’on considère l’ensemble des revenus. Il ne s’agit pas d’une augmentation du pouvoir d’achat, mais de supprimer une partie de sa diminution », s’agace Gérard Quéval, de la CGT retraités. Entre la CSG augmentée de 1,7 % et l’inflation comprise entre 1,7 et 2 %, les retraités estiment que leur pouvoir d’achat recule d’environ 3,5 %. Pire, avec le gel des pensions depuis 2013, le 0,1 % d’augmentaiton l’an dernier et la hausse limitée à 0,3 % les trois prochaines années, la perte est estimée à deux mois de retraite sur trois ans. « Le gouvernement a décidé d’apauvrir les retraités », résument-ils. C’est d’ailleurs le sens de la lettre adressée au plan national à Gérald Darmanin, le ministère de l’Economie et des finances. « Gratter partout où il peut, c’est la marque de fabrique de ce gouvernement, qui se base sur le revenu fiscal de référence et plus sur les salaires ou pensions individualisés », soupirent les retraités qui n’hésitent plus à qualifier le gouvernement et la majorité « d’armée de Playmobil. On nous écoute à peine et tout ce que l’on est capable de nous dire nous l’avons déjà entendu à la télévision ou à la radio ».
Les retraités du G9 ont prévu de se retrouver au début du mois de janvier pour décider de la suite à porter à leur mouvement qui continuera tant qu’ils n’auront pas obtenu satisfaction sur leurs revendications. En attendant, maigre consolation, les retraités agricoles ont appris que la loi Chassaigne, qui veut porter leur retraite à 85 % du Smic et votée à l’unanimité par l’Assemblée Nationale avant d’être retoquée par le gouvernement au Sénat, doit être représentée au Parlement au printemps prochain. Elle doit être défendue par André Chassaigne et un certain... Jean-Pierre Cubertafon.