Fil info
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y
08:29 d'agriculture - -Vienne : Quel président à la Chambre d'agriculture après Jean-Marie Delage?… https://t.co/Oh7SMjFZsO
08:26 # - -Vienne : 16e recensement, décollage imminent -> https://t.co/t7mV3P91WF
07:58France : Les Steva veulent du concret -> https://t.co/rA8Xgxx9HC
07:46Région : Un bon début d’année pour les ventes aux enchères -> https://t.co/pYOxVrUEUN
21:22Saint-Sulpice-le-Guérétois : Le travail du bois, une passion, un métier | L'Echo https://t.co/Vdq0ECnUrO via
20:52 Engendrer..
20:51 L’écologie n’a rien à voir avec tout ça !!! Vous ne savez rien de ce que peut engendré ce… https://t.co/W12hCtgkST
19:53Brive-la-Gaillarde : Solidaire est le Secours Populaire -> https://t.co/pmngsMMHRb
19:47 Le cri de soulagement du Patrimoine et de la biodiversité 🐾🌳🌍
19:08Indre : 258 millions d’euros pour un an -> https://t.co/3qu1tQJEnK
18:12Plus que jamais Président des Régions de France… https://t.co/cwZ8G394sk
17:52Dordogne : Le parti socialiste compte sur ses valeurs pour retrouver des couleurs -> https://t.co/x71S0Ovl7u
17:49Beynac-et-Cazenac : Déviation : le cri de colère des entreprises -> https://t.co/uEmRSQEDBv
17:28RT : Les agents des finances publiques ont protesté à Tulle contre 17 suppressions de postes en https://t.co/TebYxVnJE7
17:20RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
17:10Périgueux : Nouvelle saignée aux impôts -> https://t.co/fIsU0LOw5Y
16:54Sarlat-la-Canéda : A vos agendas 2019 -> https://t.co/hXvkLBbxtE
15:57RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
15:53Marsac-sur-l'Isle : Un salon de passionnés à l’ambition régionale -> https://t.co/PYalTw0ytJ
15:37Mérigny : Les seuils de l'Anglin arasés cette année -> https://t.co/UnmtKOBc0c
15:32Indre : Le photovoltaïque au centre des vœux -> https://t.co/xqPyrT2nf2
15:26RT : Pour conquérir le numérique, « La Marseillaise » a un besoin vital de votre soutien https://t.co/zsWebVd2tu

Les retraités restent déterminés

Après leurs rencontres avec les parlementaires qui ont bien voulu les recevoir, les retraités réunis au sein du G9 sont déçus. Ils ont le sentiment de ne pas être écoutés, d’autant qu’il n’a été répondu à aucune de leurs revendications sur leur pouvoir d’achat. Pire, ils ressentent un certain mépris de la part du gouvernement.

Les retraités en ont assez que le gouvernement leur fasse les poches et ils le font savoir depuis maintenant plusieurs mois. Un combat pour la défense de leur pouvoir d’achat qui est loin d’être terminé, d’autant qu’aucune des annonces formulées par Emmanuel Macron ne va dans le sens de leurs revendications.
« La marque de fabrique de ce gouvernement et de ses élus, c’est le mépris vis-à-vis du peuple, et particulièrement des retraités ». Et ce n’est pas la dernière sortie de Gilles Legendre, le patron du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale, qui a déclaré lundi que l’action du gouvernement était incomprise parce que les membres de la majorité étaient « trop intelligents et subtils », qui viendra contredire les retraités périgordins, engagés, comme au plan national, depuis des mois dans un bras de fer avec le gouvernement pour être tout simplement entendus sur leurs revendications légitimes portant sur leur pouvoir d’achat.
Comme ils s’y attendaient un peu, les rencontres sollicitées auprès des parlementaires se sont révélées infructueuses, voire leur ont permis de constater tout le mépris dont ils faisaient l’objet de la part des gouvernants. Le sénateur Cazeau a décliné la demande d’audience, Jean-Pierre Cubertafon s’est fait représenter au dernier moment par son attaché parlementaire et Jacqueline Dubois a attendu les dernières minutes précédant le rendez-vous pour indiquer qu’elle se trouvait... à Paris. Bref, seuls Philippe Chassaing et Michel Delpon les ont reçus. Au menu, les revendications portées depuis des mois, à savoir une annulation de la hausse de la CSG (effective puis le 1er janvier), une augmentation des pensions et des retraites indexées sur le taux d’inflation, et une augmentation globale des pensions et retraites. « On a toujours l’impression d’être peu écoutés et que les retraités comptent peu dans la vision des députés. Un député nous a clairement dit qu’il s’intéressait plus aux gens qui travaillent qu’aux retraités », souligne Jean-Louis Bagault, membre de FO. « Notre colère est intacte, car nos revendications restent entières ». Le lest lâché par Emmanuel Macron face à la pression des Gilets jaunes n’est en effet qu’un leurre pour les retraités. « Il n’a pas annulé la hausse de la CSG. Seulement pour les revenus inférieurs à 2 000 euros. Mais pour un couple, cela va vite si l’on considère l’ensemble des revenus. Il ne s’agit pas d’une augmentation du pouvoir d’achat, mais de supprimer une partie de sa diminution », s’agace Gérard Quéval, de la CGT retraités. Entre la CSG augmentée de 1,7 % et l’inflation comprise entre 1,7 et 2 %, les retraités estiment que leur pouvoir d’achat recule d’environ 3,5 %. Pire, avec le gel des pensions depuis 2013, le 0,1 % d’augmentaiton l’an dernier et la hausse limitée à 0,3 % les trois prochaines années, la perte est estimée à deux mois de retraite sur trois ans. « Le gouvernement a décidé d’apauvrir les retraités », résument-ils. C’est d’ailleurs le sens de la lettre adressée au plan national à Gérald Darmanin, le ministère de l’Economie et des finances. « Gratter partout où il peut, c’est la marque de fabrique de ce gouvernement, qui se base sur le revenu fiscal de référence et plus sur les salaires ou pensions individualisés », soupirent les retraités qui n’hésitent plus à qualifier le gouvernement et la majorité « d’armée de Playmobil. On nous écoute à peine et tout ce que l’on est capable de nous dire nous l’avons déjà entendu à la télévision ou à la radio ».
Les retraités du G9 ont prévu de se retrouver au début du mois de janvier pour décider de la suite à porter à leur mouvement qui continuera tant qu’ils n’auront pas obtenu satisfaction sur leurs revendications. En attendant, maigre consolation, les retraités agricoles ont appris que la loi Chassaigne, qui veut porter leur retraite à 85 % du Smic et votée à l’unanimité par l’Assemblée nationale avant d’être retoquée par le gouvernement au Sénat, doit être représentée au Parlement au printemps prochain. Elle doit être défendue par André Chassaigne et un certain... Jean-Pierre Cubertafon.