Fil info
19:16Sarlat-la-Canéda : Un Molière d’honneur pour Sarlat -> https://t.co/GTrN9ukmA5
18:30Indre : L’industrie se gave pendant que les familles se serrent la ceinture -> https://t.co/vO98d9RAxH
18:24Châteauroux : La 95e foire-exposition fera voyager dans les îles -> https://t.co/O6XA4ju96q
18:23Périgueux : Le cluster veut donner un nouveau souffle à la ruralité -> https://t.co/XAj7MprWjA
18:21Indre : L’invitation au voyage du festival Debussy -> https://t.co/TVWX6LPytw
18:02Tulle : Les enfants au centre des soins -> https://t.co/9836Weaesr
17:10RT : Nous le sentons depuis plusieurs semaines maintenant, "il se passe vraiment quelque chose dans la campagne".Oui, on… https://t.co/FCOKNl9cBK
17:10RT : La commune de Saint-Sulpice-les-Feuilles en reçoit aujourd'hui le label "Territoire Bio Engagé" de la… https://t.co/HSLTKhE37t
17:09RT : Les stars, ce sont les salariés d' qui se battent pour notre patrimoine commun face à ce gouvernement de vendeu… https://t.co/JDYHsYrFpJ
17:08RT : Il faut bien constater qu’il y a plus d’enthousiasme à rebâtir Notre-Dame qu’à restaurer la France. Les malheurs de… https://t.co/4nx5JBLbDs
17:07RT : « Les communistes ont la banane », « fait salle comble », « Une très belle campagne », « L’ambiance a c… https://t.co/3uhHeqkX34
17:06RT : 3 raisons de refuser la privatisation d'ADP : ➡️ Parce que c'est une infrastructure stratégique ➡️ Parce que l'en… https://t.co/EH8Sa56GJN
16:46# # - -sur-Benaize : Succès collectif de l’association de réinsertion Maximum -> https://t.co/CS5tCmzPWa
16:14# # - : Un budget 2019 ambitieux pour de gros investissements -> https://t.co/Uisl3akjYC
16:03Brive-la-Gaillarde : «Japon invisible» et secret révélé -> https://t.co/YmaSmd7RB7
15:47Rosnay : Le concours des « Prairies fleuries » 2019 est lancé ! -> https://t.co/NfhcnVQF3i
15:46Indre : Chez les Aupetit-Dubois, à la Ménardière, on chassera les œufs lundi -> https://t.co/jW79Huwgh8
15:44Indre : Une carte datant de 1810 a été retrouvée -> https://t.co/QLfSbhbOw7
10:37Une belle journée qui débute, avant / 3 pts obligatoires!!! https://t.co/L0p2K8RCJ9
10:33Bergerac : Inondations : ce long travail de reconstruction -> https://t.co/nHzzdIqevc
08:11"Carmen et Emilio au cœur de la Résistance" Sur les traces d’un couple uni par l’amour et la Résistance | Cc… https://t.co/bPKK5AYDZW
08:04Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/DzoIRucIyO via
07:43# # - : Des ateliers théâtre pour dénoncer les discriminations -> https://t.co/wSDc1sHdb1
07:39Région : Sur les traces d’un couple uni par l’amour et la Résistance -> https://t.co/2s1mO4Uapx

Marion Fontaine : « Faire basculer le mouvement du “bon côté”»

ENTRETIEN

Quelle analyse des réactions des forces politiques de gauche face aux gilets jaunes, avec quels enjeux ? La réflexion de Marion Fontaine, chercheuse en histoire contemporaine à Avignon.
La Marseillaise. Comment analysez-vous les réactions des forces politiques de gauche face au mouvement des gilets jaunes ?
Marion Fontaine. Ce mouvement dont nous n’avons ni les clés ni les codes et dont on ne sait pas dans quel sens il va, a laissé beaucoup de monde dans la perplexité, et pas seulement les politiques.
Il sort notamment des cadres de gauche, surtout au départ, car on ne retrouvait pas les catégories habituellement mobilisées comme les cheminots, les enseignants, les ouvriers des centres pétroliers... Il exprime de plus des choses très différentes. Certaines vont dans le sens de l’émancipation, d’autres s’apparentent à du conservatisme ou du repli.
La question s’est déjà posée au 19e siècle, avec des mobilisations ouvrières mêlant des choses très différentes, comme la nationalisation des moyens de production et la volonté de “virer” ceux qui “prenaient le travail”. Mais à l’époque, le parti socialiste et la CGT ont béné? cié d’un contexte : l’affaire Dreyfus a permis de clari? er les choses et de montrer qu’on ne pouvait pas tout revendiquer en même temps.
Quel enjeu pour les forces politiques de gauche ?
M. F.: Faire basculer le mouvement “du bon côté”, qu’il aboutisse à un renforcement des partis de gauche. Mais pour l’heure, rien n’est clair.
C’est d’autant plus important que Marine Le Pen réactive un discours ambigü sur le “nationalisme-social” qui est certes faux mais fait son succès. Je trouve particulièrement frappant que malgré un Rassemblement national inaudible, avec des députés inactifs et des histoires crapuleuses, ce parti fasse déjà les plus hauts scores dans les sondages pour les Européennes.
Quand et comment cela va-t-il se clari? er ?
M.F. : Les sondages dans quelques semaines donneront une première idée mais il faut du temps pour qu’un mouvement
laisse percevoir sa vérité. A la fin du 19e siècle, on a eu le boulangisme, un général voulant prendre le pouvoir au nom de la lutte contre la corruption et la défense de la République. C’était un mouvement “attrape-tout” qui a d’abord eu le soutien de la population et séduit certaines formes de gauche.
Jusqu’à ce qu’il bascule, en l’occurence à l’extrême-droite. Et là, le mouvement ouvrier s’en est éloigné.
Que dit selon vous le rejet des partis politiques et des syndicats?
M.F.: Qu’il y ait un rejet des organisations partisanes et syndicales dans la forme dans laquelle elle se sont enfermées et dont on a le sentiment qu’elles ne sont plus adaptées, est une chose. Est-ce que que cela signi? e le rejet de toutes formes syndicales et partisanes ?
Je ne le pense pas. Car le mouvement dit aussi un besoin de collectif, de représentation et de s’inscrire dans la durée.
Sans organisation, un mouvement ne tient pas. On l’a vu avec Nuit debout, très sympathique mais qui, six mois après, a donné l’arrivée de Macron. Si on veut agir sur la politique, il faut faire de la politique.
C’est cependant la première fois qu’est dit aussi clairement que cette colère “vient de loin”, qu’elle résulte de 40 ans de politique injuste ?
M. F.:On ne fait con? ance au politique que si on pense qu’il peut changer
les choses. Le problème est qu’aujourd’hui,
le gens ont le sentiment que non. Après le “gauche et droite c’est pareil”, les reculs de Macron montrent que le “ni gauche ni droite” associé à
une mise en avant de la société civile ne marche pas non plus. La question est donc quelle option pour les prochaines
élections ? Mais elle est aussi de savoir ce que les gens attendent comme changement. Or, on est face à des demandes tous azimuts qu’il faudra formuler en propositions qui puissent susciter une transformation. Si le mouvement refuse de recourir aux forces politiques traditionnelles, on voit également qu’organiser une représentation en interne est dif? cile ?
M. F.: C’est toute la question de la démocratie. L’ambition est que le peuple puisse s’exprimer et diriger directement.
Sauf que, d’un point de vue logistique, ce n’est pas possible sauf à être quelques milliers d’Athéniens en mesure de se réunir régulièrement pour discuter et décider. Mais à 67 millions, ce n’est pas pareil. Et aucun réseau social ne peu changer cela. Il faut des représentants d’une majorité
ou, au moins, du plus grand nombre.
Ce hiatus, le mouvement ouvrier le connait bien. La CGT très radicale et très révolutionnaire du début du 20e siècle y a été confrontée. Mais il
est mal vécu par les gilets jaunes qui rêvent de fusion alors qu’ils sont tous très différents.
Ce mouvement interroge également notre démocratie. Comment autant de gens peuvent-ils à ce point là se sentir aussi mal représenté ?
Entretien réalisé par Angélique Schaller