Fil info
19:16Sarlat-la-Canéda : Un Molière d’honneur pour Sarlat -> https://t.co/GTrN9ukmA5
18:30Indre : L’industrie se gave pendant que les familles se serrent la ceinture -> https://t.co/vO98d9RAxH
18:24Châteauroux : La 95e foire-exposition fera voyager dans les îles -> https://t.co/O6XA4ju96q
18:23Périgueux : Le cluster veut donner un nouveau souffle à la ruralité -> https://t.co/XAj7MprWjA
18:21Indre : L’invitation au voyage du festival Debussy -> https://t.co/TVWX6LPytw
18:02Tulle : Les enfants au centre des soins -> https://t.co/9836Weaesr
17:10RT : Nous le sentons depuis plusieurs semaines maintenant, "il se passe vraiment quelque chose dans la campagne".Oui, on… https://t.co/FCOKNl9cBK
17:10RT : La commune de Saint-Sulpice-les-Feuilles en reçoit aujourd'hui le label "Territoire Bio Engagé" de la… https://t.co/HSLTKhE37t
17:09RT : Les stars, ce sont les salariés d' qui se battent pour notre patrimoine commun face à ce gouvernement de vendeu… https://t.co/JDYHsYrFpJ
17:08RT : Il faut bien constater qu’il y a plus d’enthousiasme à rebâtir Notre-Dame qu’à restaurer la France. Les malheurs de… https://t.co/4nx5JBLbDs
17:07RT : « Les communistes ont la banane », « fait salle comble », « Une très belle campagne », « L’ambiance a c… https://t.co/3uhHeqkX34
17:06RT : 3 raisons de refuser la privatisation d'ADP : ➡️ Parce que c'est une infrastructure stratégique ➡️ Parce que l'en… https://t.co/EH8Sa56GJN
16:46# # - -sur-Benaize : Succès collectif de l’association de réinsertion Maximum -> https://t.co/CS5tCmzPWa
16:14# # - : Un budget 2019 ambitieux pour de gros investissements -> https://t.co/Uisl3akjYC
16:03Brive-la-Gaillarde : «Japon invisible» et secret révélé -> https://t.co/YmaSmd7RB7
15:47Rosnay : Le concours des « Prairies fleuries » 2019 est lancé ! -> https://t.co/NfhcnVQF3i
15:46Indre : Chez les Aupetit-Dubois, à la Ménardière, on chassera les œufs lundi -> https://t.co/jW79Huwgh8
15:44Indre : Une carte datant de 1810 a été retrouvée -> https://t.co/QLfSbhbOw7
10:37Une belle journée qui débute, avant / 3 pts obligatoires!!! https://t.co/L0p2K8RCJ9
10:33Bergerac : Inondations : ce long travail de reconstruction -> https://t.co/nHzzdIqevc
08:11"Carmen et Emilio au cœur de la Résistance" Sur les traces d’un couple uni par l’amour et la Résistance | Cc… https://t.co/bPKK5AYDZW
08:04Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/DzoIRucIyO via
07:43# # - : Des ateliers théâtre pour dénoncer les discriminations -> https://t.co/wSDc1sHdb1
07:39Région : Sur les traces d’un couple uni par l’amour et la Résistance -> https://t.co/2s1mO4Uapx

Carburants : à son tour, le BTP entre dans la danse

Les accès à l’A89 autour de l’agglomération périgourdine ont été fortement perturbés hier toute la journée par la mobilisation des professionnels du BTP contre la hausse des taxes sur le carburant.
Des embouteillages monstres à l’heure de l’embauche à Saint-Laurent-sur-Manoire et au Pont-du-Cerf... Dès 6 h 30 du matin, les professionnels du BTP ont mis en place des barrages filtrants aux bretelles d’accès de l’autoroute A89, à grands renforts de matériel de chantier. A travers ce coup de force, ils souhaitaient être vus et entendus. Car eux aussi sont touchés par la hausse du prix des carburants. Jusqu’alors, ils bénéficiaient d’un avantage fiscal, en faisant fonctionner leurs engins au Gazole non routier (GNR, rouge). Mais au 2 janvier, ils devaient passer au gazole routier (blanc), qui est 60 centimes plus chers au litre. Et même si la mesure est repoussée de six mois, elle risque d’impacter fortement le secteur qui emploie de nombreuses personnes en Dordogne. Selon les professionnels du secteur, l’existence même de 60 % des entreprises est menacée au cours du premier trimestre prochain, car les contrats ou les appels d’offre ayant été signés avant, la hausse des prix ne pourra pas être répercutée sur la facture des clients. Dumont TP qui emploie 110 employés et qui possède 80 machines à Négrondes a fait le calcul, la facture s’alourdirait de 6 000 euros par jour. Impensable. D’autres entreprises, bien plus modestes, ont fait une simulation avec leur expert-comptable et la sentance est sans appel : ça ne passe plus, il faudra fermer. Les professionnels du BTP espèrent être entendu et avoir une réponse à leurs revendications. Ils devaient se réunir hier soir pour décider des suites à apporter à leur mouvement.