Fil info
07:57# # - -Vienne : LO, le camp des travailleurs... toujours -> https://t.co/Mow1BrQjOq
07:55Région : Pour une meilleure prise en charge des personnes âgées -> https://t.co/71261YTkIZ
07:53Région : Gérard Vandebroucke; une idée certaine de l’intérêt public -> https://t.co/C3WlEXELUP
07:50Région : Ian Brossat: les Européennes, un enjeu de proximité -> https://t.co/k9t4XVAG7O
19:45Indre : Les Gilets jaunes ont convergé vers Le Blanc, samedi -> https://t.co/bfiI9kPhuJ
19:42Indre : Le Racc a tenu une mi-temps -> https://t.co/e0v3QT3nb0
19:38Indre : Déols élimine Le Poinçonnet -> https://t.co/7tbb3lRMVx
19:18Sarlat-la-Canéda : Sarlat « Jaune » de monde -> https://t.co/COjSLlHXwY
19:14Dordogne : Démonstration de force pour Beynac -> https://t.co/eTd39JRnkf
18:53 Qui c'est qui a dit déjà sur une radio : "ferme ta gueule... Ferme ta gueule". On dédie ces mots à Valls
18:52RT : Ça vient donner des leçons sur l’antisémitisme mais ça manifeste avec l’extrême droite en Espagne. Honte à vous… https://t.co/7IfSLQYbA5
18:52RT : Je souhaite que la colère sociale s'exprime dans les urnes à l'occasion des élections européennes. sur… https://t.co/gbJfKNMXjg
18:51RT : Corrèze : Le syndicat CGT en progression dans la Fonction Publique -> https://t.co/00ty93koSo
18:38Périgueux : Les jeunes sapeurs-pompiers récompensés de leur engagement -> https://t.co/zYXMJsV5Tl
18:28Sarlat-la-Canéda : Les travaux du futur pôle culturel reprennent -> https://t.co/wyRlS6efVQ
17:54Corrèze : Le syndicat CGT en progression dans la Fonction Publique -> https://t.co/00ty93koSo
17:49Chameyrat : L’Agglo touchez pas à notre eau ! -> https://t.co/z0VQpuql6b
13:35Egletons : Un forum détecteur de profils | L'Echo https://t.co/RBvrrgS8xu via
13:31Corrèze : Surendettement : la précarité au cœur des dossiers | L'Echo https://t.co/ZZ7h4gSQOl via
13:29Tulle : Le téléfilm « Meurtre en Corrèze » recherche des figurants | L'Echo https://t.co/88Vf1RrDTa via

Une seule réponse: du concrêt

La crise inédite des «gilets jaunes» marque un «tournant» pour le quinquennat d'Emmanuel Macron, qui, en refusant d’entendre les légitimes revendications des premiers gilets jaunes, cherche désormais à calmer la colère populaire

Le chef de l'Etat a choisi de rester pour l'instant silencieux malgré la pression qui ne cesse de monter.
Ce mutisme semble assumé : il s'agit de laisser le temps au Premier ministre Edouard Philippe de recevoir les représentants des partis politiques hier et une délégation de «gilets jaunes» aujourd’hui.
«Emmanuel Macron a raison de ne pas s'exprimer car pour l'instant son discours est inaudible. La seule façon pour lui de se faire entendre est d'annoncer des mesures fortes, concrètes et immédiates» en réponse aux demandes des protestataires, estime Philippe Moreau-Chevrolet, expert en communication politique.
Ce pourrait être l'annonce de l'annulation de l'augmentation de la taxe sur les carburants prévue début 2019, mais aussi des prochaines hausses des prix de l'électricité et du gaz, selon lui.
En revanche, une initiative d'ordre politique - telle qu'une dissolution, un remaniement ou un référendum - réclamée par l'opposition, ne satisfera pas la majorité des «gilets jaunes», estime le politologue.
Pourtant, «plus le temps passe, plus le prix politique sera élevé» pour l'exécutif, avertit Bruno Cautrès, du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po). «Mais on peut se poser la question de sa capacité à avoir la bonne compréhension de ce qu'il se passe», souligne-t-il.
Emmanuel Macron est connu pour ne pas aimer réagir sous la pression et privilégier la réflexion sur le long terme. Avec, comme fil conducteur, la nécessité de «garder le cap» politique qu'il avait fixé durant la campagne.
Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a ainsi de nouveau fustigé hier ces dirigeants qui «sont élus sur un programme et qui, six mois après, font l'inverse», ce qui a entraîné une «perte de confiance profonde» des Français envers la classe politique depuis des décennies.
«déni»
Une telle attitude relève aujourd’hui «du déni», selon Philippe Moreau-Chevrolet. «Elle n'est plus tenable alors qu'Emmanuel Macron est devenu plus impopulaire que François Hollande et que son socle politique est si faible, avec une majorité inexpérimentée et sans réseaux locaux», estime l'expert.
«A un moment, on ne peut pas gouverner contre le peuple», a mis en garde vendredi François Bayrou, le patron du MoDem et partenaire de la majorité.
De plus en plus d'élus de La République en marche exhortent aussi le pouvoir à se montrer plus attentif aux préoccupations quotidiennes des Français. «Nous avons été certainement trop lointains, trop technocrates, trop sûrs de nous, trop sourds parfois», a reconnu samedi Stanilas Guerini, le nouveau patron du parti présidentiel.
Certains estiment que, comme dans l’affaire Benalla, l'exécutif a trop tardé, comme l'illustre le peu d'enthousiasme suscité par l'annonce par Emmanuel Macron d'une «grande concertation de terrain sur la transition écologique et sociale», rassemblant associations, élus et «représentants des gilets jaunes» pour élaborer des «solutions» dans les trois mois.
Cette crise marque «un tournant dans le quinquennat» car «la méthode bonapartiste qui a réussi au début pour lancer les réformes n'est plus adaptée», souligne Philippe Moreau-Chevrolet. «C'est la fin d'une expérimentation politique sans précédent dans l'histoire politique française. Et très franchement on entre dans l'inconnu».
Dans un éditorial publié en première page, le directeur du Monde Jérôme Fenoglio voit aussi le «point de bascule du quinquennat» et avertit qu'il sera «difficile» pour Emmanuel Macron de sortir du «piège» sans «amender en profondeur» son mode de gouvernance. Celle-ci n'a «pour l'heure en rien interrompu le cycle délétère des détestations successives des présidents en place».
Emmanuel Macron n’a aujour-d’hui plus le choix. Il doit redescendre de sa tour d’ivoire et revenir dans le monde réel. Mais le président saura-t-il comprendre qu’on ne peut pas prendre encore et encore dans la poche de ceux qui ne peuvent joindre les deux bouts tout en supprimant l’ISF?
Annuler les augmentations du début d’année et augmenter le SMIC  serait sans doute perçu comme un premier pas propre à désarmorcer la bombe allumée par Emmanuel Macron lui-même.