Fil info
20:43Corrèze : Le Melting Potes : Elles hissent haut le pavillon ! -> https://t.co/LcTIFci7J8
19:44Indre : Amapola en résidence à la maisonnette de la Culture -> https://t.co/jPZlJWnpo6
19:30Indre : La municipalité ouvre ses données au public -> https://t.co/aJvUnTijxp
18:06Daniel Taboury, auteur creusois, dédicacera son nouveau roman "De retour" à la librairie "Les belles images" samedi… https://t.co/f3wld9d9Dl
17:51Dordogne : LA Coordination rurale part à la défense des éleveurs -> https://t.co/h2EkFENUbR
17:50Bergerac : Plan de redressement financier pour l’hôpital de Bergerac -> https://t.co/mGMEJxMsvC
17:47Bergerac : L’hôpital ne soigne pas la précarité de ses agents, bien au contraire -> https://t.co/5N3Xmk7Dgk
17:04RT : Anthony Boursaud chute sur le Dakar, blessé au poignet, le jeune motard de Boussac est contraint à l'abandon après… https://t.co/3fFcFiIIAf
16:57Carsac-Aillac : Du grain à moudre pour l’APAM -> https://t.co/OE8a51K3C8
16:54Sarlat-la-Canéda : Une activité très soutenue -> https://t.co/x8ElNQYecH
16:44RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:42RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:24France : Grand débat, les maires ne lâchent rien -> https://t.co/CsjYxze9uk
16:11RT : En tous cas il y en a certains qui ont sacrément bien réussi leur , surtout depuis que Macron leur… https://t.co/KoqH6OhKNX
16:09Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:09Valençay : Les vœux et les espoirs du directeur du centre hospitalier -> https://t.co/QlWIg7NCEP
16:08RT : Primes en liquide : Claude Guéant définitivement condamné à un an ferme https://t.co/JXVuXuhV92 https://t.co/yFsTtmoorz
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y
08:29 d'agriculture - -Vienne : Quel président à la Chambre d'agriculture après Jean-Marie Delage?… https://t.co/Oh7SMjFZsO
08:26 # - -Vienne : 16e recensement, décollage imminent -> https://t.co/t7mV3P91WF
07:58France : Les Steva veulent du concret -> https://t.co/rA8Xgxx9HC
07:46Région : Un bon début d’année pour les ventes aux enchères -> https://t.co/pYOxVrUEUN

Amiante : un tiers des écoles sans contrôle

SANTÉ PUBLIQUE

1 000 personnes ont manifesté vendredi à Paris à l’appel de l’Association des victimes de l’amiante (Andeva). Objectif : dénoncer le danger des écoles amiantées.
Un tiers des écoles primaires n’ont pas fait de diagnostic amiante », a souligné en tête du défilé Alain Bobbio, président de l’Andeva.
Il demande « l’éradication pure et simple » de cette fibre cancérogène interdite dans les nouvelles constructions depuis 1997. « Les demi-mesures, le bricolage, ce n’est pas avec ça qu’on avance », balaie-t-il en pointant les limites des techniques de « recouvrement » des dalles d’amiante.
La grande majorité des établissements scolaires ont au moins un bâtiment construit avant son interdiction, comme le lycée Georges-Brassens de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne), où les professeurs font valoir depuis une semaine leur droit de retrait pour des soupçons de contamination de salles à l’amiante. « Ça nous touche directement », explique Yanis, 17 ans et élève de terminale dans ce lycée. Tatiana Paillotin, professeure de lettres à Georges-Brassens, juge « incroyable qu’aujourd’hui encore il y ait des lycées chargés d’amiante et qu’on laisse des gamins y rentrer, des personnels d’entretien y travailler ».
« Ça concerne des générations : les élèves d’aujourd’hui mais aussi tous ceux qui sont passés par ces écoles », abonde Laurent, 55 ans et ancien soudeur opéré il y a trois ans d’un cancer du poumon lié à l’amiante.
Parmi les manifestants, une soixantaine de membres de l’association locale de Condé-sur-Noireau dans le Calvados, deux semaines après le non-lieu général demandé par le parquet de Paris dans l’affaire de l’exposition à l’amiante de salariés de l’usine locale de Valeo-Ferrodo. Une position « aberrante et difficile à supporter pour les victimes », estime François Martin, président de l’association, partie civile dans ce procès : « Cela revient à donner le permis de tuer à l’ensemble des industriels utilisant des produits cancérigènes ».