Fil info
11:07Région : Elections:A trop tirer sur la corde... -> https://t.co/9ETLeam3AZ
11:04Région : Les morsures de chien cause d’accidents de travail de postiers -> https://t.co/nHpaVKTTXm
22:40 Garder la mémoire pour soutenir notre tête !
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).

Renault : résultats florissants mais avenir incertain

AUTOMOBILE

La CGT Renault s’est invitée au Salon. Pas de projection sur la voiture du futur mais un cri d’alarme sur la production dans l’Hexagone.
Que restera-t-il de Renault et de la filière automobile en France ? » : hier, la CGT Renault s’est invitée au salon de l’automobile pour faire part de ses craintes quant à l’avenir de son entreprise en France. Ces syndicalistes estiment en effet que la baisse des ventes du diesel est utilisée par la direction pour masquer l’amplification de la délocalisation de la production et de l’ingénierie de l’entreprise. Chiffres à la clé.
Alors qu’elle assurait 53% de la production européenne en 2004, la France ne produit plus que 19% des véhicules particuliers de Renault. « Entre 2012 et 2017, la production européenne a augmenté de 143 000 unités et la France en a perdu 41 000 », synthétise Fabien Gache, délégué syndical central de Renault. Et ce malgré un accord de compétitivité signé en 2013 promettant de faire des « usines françaises une référence pour l’ensemble du groupe ».
Et dans ce salon qui vante les véhicules de demain, le syndicaliste n’est pas rassuré.
La direction était restée sourde aux appels des ingénieurs et techniciens à investir dans les systèmes de dépollution.
Aujourd’hui Carlos Ghosn ignore « les nombreuses sollicitations des salariés et des organisations syndicales à travailler sérieusement sur le véhicule hybride », souligne Fabien Gache. Le PDG n’en fait d’ailleurs pas mystère, affirmant qu’il ne cherche « pas à prendre le leadership sur ces technologies ».
Et ce n’est pas les annonces sur les véhicules électriques qui rassurent le syndicaliste : «Non seulement les prévisions de vente semblent bien démesurées et quand bien mêmes les volumes seraient au rendez-vous, ils sont très inférieurs aux productions délocalisées ».
La recherche au point mort
  L’obstination de Carlos Ghosn à ne pas vouloir étendre l’offre technique et notamment l’hybride pour des questions de rentabilité optimale conduit à ce que la baisse des ventes du diesel soit compensée très largement par le moteur essence », ajoute Fabien Gache. De fait, les résultats annoncés en 2018 et promis pour 2019 le confirme. Mais la CGT aimerait que les 5,2 milliards de résultat net servent à autre chose qu’alimenter les dividendes et le cash-flow. La R&D est en effet au point mort, les usines vouées au diesel laissées à l’abandon et les fonderies enchaînent les suppressions de postes.
Angélique Schaller