Fil info
22:45Assemblée citoyenne de préparation du conseil municipal ce vendredi 14 décembre 2018 à 19h à notre local du 11 bd S… https://t.co/zdkixOPLXW
22:03Quand t'es plongé dans un simili de thriller avec un brouillard à couper au couteau !! Arrivera, arrivera pas !! 😂… https://t.co/M2I1esxcao
18:49Châteauroux : Dernier chantier à la peupleraie -> https://t.co/pfvW6RFY6w
18:46Dordogne : Ils n’ont plus confiance et veulent la démission de Macron -> https://t.co/VazS1u1NLj
18:46Indre : Gilets jaunes : « On reste là, les annonces faites ne suffisent pas » -> https://t.co/D22YnigAPA
18:42Corrèze : Les avocats creusois en grève -> https://t.co/J1DjpUZS39
17:53RT : Bellac : Un automobiliste en panne vêtu d'un gilet jaune, proclamé porte-parole de la fédération 87. Sa première r… https://t.co/noek8ZnaA0
16:49Sarlat-la-Canéda : Trouver le Juste Prix -> https://t.co/IkaKBdtl1B
16:45Corrèze : Ce qui est humain les concerne -> https://t.co/BjaA1IQBaS
15:41Périgueux : Le salon du tatouage victime collatérale des Gilets jaunes -> https://t.co/6vmTzxMKn9
14:01Périgueux : « Une mascarade de notre méprisant de la République » -> https://t.co/nTWhmkF4d1
13:44Un nouvel article sur la prestation de à Limoges. Merci ! https://t.co/JP9Rkv3hNL
13:38Coulounieix-Chamiers : La Société d’économie mixte (Sem) Périgord énergies inaugure sa première centrale photovolt… https://t.co/S0hQA3ewVE
12:40Bergerac : L’intersyndicale des retraités bouscule le député -> https://t.co/fhlgfYdxLE
11:58RT : . n’entend que de l’oreille droite . Les riches restent ses protégés , ils ne seront pas mis à contr… https://t.co/hziRZ6uM9Q
11:51RT : L'exercice de sécurité civile simulant un incendie actuellement en cours au est destiné à tester l… https://t.co/fQk8XsOJck
11:08RT : Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
10:59Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
09:49RT : Les agriculteurs souhaitaient rencontrer la Préfète de la Creuse et le député, réunis hier à la préfecture de Guére… https://t.co/zkY4EfPrKN
08:56 avec Thomas Milon et Marion Haranger à , bourg perché dominant la et célèbre pour son école… https://t.co/wBsm2VP5fb

Ve République : tout le monde ne la désirait pas...

INSTITUTIONS

La Constitution de la Ve République voulue par le général de Gaulle
a 60 ans. Depuis sa création, ses évolutions successives n’ont eu de cesse d’aggraver sa tare congénitale : le présidentialisme. En 1958, en pleine guerre d’Algérie, « La Marseillaise » s’était opposée à cette régression monarchique. Retour sur un clairvoyant engagement pour le Non au référendum du 28 septembre.
Les circonstances de la naissance de la Ve République disent beaucoup de sa nature. Revenu au pouvoir en homme providentiel, à la suite du putsch d’Alger en mai 1958, le général de Gaulle, nommé président du conseil, fait rédiger en urgence une Constitution taillée sur mesure par son ami Michel Debré. Il n’y aura pas d’élection, pas d’assemblée constituante mais un référendum-plébiscite le 28 septembre pour faire approuver ce texte qui réduit considérablement les pouvoirs du parlement au profit de l’exécutif et surtout du président de la République.
Avant cela, dans une période plus que troublée où le général putschiste Salan crie devant la foule d’Alger « vive de Gaulle », La Marseillaise appelle dès le 16 mai à « l’union et à l’action de tous les républicains pour briser toute tentative de coup d’État ». Elle n’a de cesse ensuite de s’opposer à ce qu’elle dénonce comme un viol de la légalité républicaine.
Face à un front très hétéroclite favorable au retour de de Gaulle puis à l’adoption de la Constitution de la Ve République, le PCF multiplie
les communiqués dans les colonnes du journal pour appeler à renverser la vapeur. Alors que le MRP, le parti radical, la SFIO appellent à voter Oui, La Marseillaise donne largement la parole à des éléments socialistes, radicaux et même des syndicalistes de la CFTC qui disent leur opposition à ce texte.
Dans un supplément entièrement dédié à la campagne du Non daté du 14 septembre, notre journal tape très fort sur Gaston Defferre, maire SFIO de Marseille, favorable au projet de Constitution. La Marseillaise rappelle l’« obstination » dont il a fait preuve pour s’opposer à une action commune des républicains contre le coup de force d’Alger et le retour de de Gaulle. « Le socialiste allemand Bebel disait : "lorsque la réaction me félicite, je me demande quelle faute j’ai bien pu commettre" », ajoute le journal.
Une semaine avant le référendum, La Marseillaise publie « six raisons de voter Non » parmi lesquelles, elle prévient : « Les pouvoirs de de Gaulle seraient pratiquement ceux d’un monarque à la seule différence de l’hérédité. » Après l’adoption de l’élection au suffrage universel direct du président, le quinquennat et l’inversion du calendrier législatives-présidentielle, ces lignes frappent par leur clairvoyance. Mais en 1958 le résultat est sans appel : seulement 20,75% de Non en métropole, 26,7% à Marseille.
60 ans après, il y a urgence à faire naître une nouvelle République. Léo Purguette