Fil info
23:24 Tellement vrai ! Et triste...
22:42A lire et à méditer: Que vaut une association de bénévoles dans une société qui promeut l’individualisme, le «je pa… https://t.co/ZUpeipEpgl
20:28notre communiqué sur l' et le dans l ' aujourd'hui https://t.co/6ChbCQK4k5
19:58Périgueux : Grosse mobilisation contre la haine et les racismes -> https://t.co/U2RwAQ8i6J
19:14Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/BzKlvfJ5fM via
18:19Le Blanc : Un chèque pour le Secours populaire -> https://t.co/F7fTiGPw9h
18:18Bélâbre : La Comédie bélâbraise rigole en famille -> https://t.co/zx8EuH26Ts
18:17La Châtre : Chantal Goya a enchanté petits et grands -> https://t.co/fTxaqCSl3C
18:15Indre : Appel à témoin -> https://t.co/QhzYi1g2dU
18:15Indre : La région sera bien représentée au salon de l’agriculture -> https://t.co/lLuf3D2Ly1
17:49Face au mécontentement social grandissant, la CGT met en place les mardis de l'urgence sociale. Premier rassembleme… https://t.co/tm7c2QaZsX
17:17RT : L’appel du Barreau pour les rassemblements républicains du 19 février. https://t.co/ZMpHg1kAPw
17:11# # - -Vienne : Une centaine de harpistes du monde entier attendus à Limoges -> https://t.co/yQqMoCOxbi
17:08# # - -Vienne : «En Israël, nous allons droit dans le mur» -> https://t.co/Zs5YCA1on4
17:06# # - -Vienne : Toujours plus de droits humains à défendre -> https://t.co/ep5v1Yd9XO
15:57Région : Plus de trente ans de prestige -> https://t.co/WFDMdoJxZ2
15:45Périgueux : Le vivre ensemble passe par le respect -> https://t.co/g5aoBcWOgl
15:16 Avec L'Echo, j'espère aussi !!!
15:02Disparition de Joseph Akouissonne - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/NnFyGaLQ4C
14:47RT : Fier de mon journal préféré. https://t.co/kQN5TphI73
14:21RT : 🚨⚠️ [FLASH-INFO] Intervention en cours à , rue des Dahlais ⏩ EVITEZ CE SECTEUR et FACILITEZ LE PASSAGE DE… https://t.co/e8a5tv1876
13:35 Votre pizzeria-épicerie fine italienne ouverte à l'année au coeur de Belvès en Périgord Noir https://t.co/dnKTGWPRDC
10:05Périgueux : la FSU appelle les adhérents et plus largement l’ensemble des citoyens à rejoindre le rassemblement pré… https://t.co/6QZtf0teAW
07:57# # - -Vienne : LO, le camp des travailleurs... toujours -> https://t.co/Mow1BrQjOq
07:55Région : Pour une meilleure prise en charge des personnes âgées -> https://t.co/71261YTkIZ
07:53Région : Gérard Vandebroucke; une idée certaine de l’intérêt public -> https://t.co/C3WlEXELUP
07:50Région : Ian Brossat: les Européennes, un enjeu de proximité -> https://t.co/k9t4XVAG7O

Pour Adama, famille et soutiens réclament justice

MOBILISATION

Deux ans après le décès d’Adama Traoré dans une gendarmerie, sa famille a organisé samedi une marche à Beaumont-sur-Oise pour faire la lumière sur les circonstances de la mort du jeune homme.
On n’oublie pas, on ne pardonne pas »: deux ans après la mort d’Adama Traoré à la suite de son interpellation, quelque 1 500 personnes ont défilé en banlieue parisienne pour dénoncer la lenteur de la justice et exiger des « réponses » de l’État.
Toutes les formations de gauche étaient représentées, du NPA au PCF en passant par la France insoumise (LFI) ou EELV, et jusqu’au Parti socialiste.
« Si on est aux côtés de la famille d’Adama Traoré, c’est pour leur dire que ce qui est arrivé à leur frère ne concerne pas qu’une personne noire issue des quartiers populaires, mais l’ensemble des Françaises et Français », a résumé David Cormand, secrétaire national d’EELV.
Comme l’an passé, la famille Traoré a tenu à rendre hommage à Adama en remontant les rues de la petite ville de Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), à 30 kilomètres au Nord de Paris, jusqu’au quartier HLM de Boyenval, où il a vécu.
Il est mort dans la ville mitoyenne de Persan, le 19 juillet 2016, le jour de ses 24 ans.
Mais, cette année, la famille entendait aussi dénoncer avec force la lenteur de la justice, après avoir appris mardi qu’une expertise médicale très attendue - la quatrième - pour faire la lumière sur les causes de sa mort, encore très discutées deux ans après, ne serait pas rendue avant fin septembre.
Son décès - par « asphyxie », comme l’a établi une précédente expertise il y a un an - avait été constaté deux heures après son interpellation par les gendarmes, qui l’avaient maintenu au sol sous le poids de leurs corps, selon la technique du « placage ventral », mais sans lui porter de coups.
Le jeune homme, dont une expertise a révélé une fragilité cardiaque antérieure, avait fait un malaise dans leur véhicule avant de décéder dans la cour de la gendarmerie de Persan, la ville.
Le cortège, qui a rassemblé entre 1 400 et 1 500 personnes selon la préfecture, a fait halte devant la caserne. Une minute de silence a été observée, une prière psalmodiée.
« On a tué Adama ce jour-là, dans la cour de cette gendarmerie », a lancé sa soeur aînée Assa Traoré au micro. « Un pays sans justice est un pays en danger », a-t-elle scandé, juchée sur un camion.
Un dossier qui n’avance pas
« C’est inadmissible ce qui est en train de se passer, on est dans un déni de justice. Les juges ont la volonté clairement d’étouffer l’affaire de mon frère », avait-elle affirmé plus tôt devant la presse.
« Nous allons passer à la vitesse supérieure. Nous allons soulever toute la France, nous allons soulever tous les quartiers (...) et on va aller renverser ce système », a-t-elle assuré.
« Pas de justice, pas de paix », a scandé la foule: un slogan frappé en noir et blanc sur de nombreux t-shirts.
« Ce qui me choque dans cette affaire, c’est que deux ans après, les gendarmes n’ont toujours pas été auditionnés. Pour que la justice passe, il faut la faire avancer à coups de pied au derrière », a dit François Ruffin, député LFI de la Somme.
« Il est temps que ce dossier avance, pour la famille, la mémoire de ce jeune homme, et pour tous les citoyens qui se sentent eux-mêmes injuriés dans le fait que cette affaire n’avance pas », a renchéri Benoît Hamon, fondateur de Générations.
Dans son appel à manifester ce jour-là, le PCF avait également réitéré « l'exigence de l'instauration d’une police de proximité bien formée, disposant des moyens et des effectifs nécessaires à sa mission, gardienne de la paix et loin de la politique du chiffre et du tout répressif ». Pour le Parti Communiste, « c'est loin d'être le cas, notamment dans les quartiers populaires. Les effectifs sont à bout, écrasés par l'accumulation des heures supplémentaires. » Et de rappeler que les parlementaires communistes « sont porteurs d’une proposition de loi mettant fin aux contrôles au faciès, trop souvent à l’origine des violences policières, et demandent une réflexion globales sur la mission de la police. »
L’affaire Benalla
dans toutes les têtes Alors que la famille Traoré dénonce une « bavure policière », l’affaire Benalla, du nom de ce collaborateur d’Emmanuel
Macron filmé en train de frapper des manifestants à Paris le 1er mai, en se faisant passer pour un policier, est dans toutes les têtes. Sur une pancarte: « L’État protège des "Benalla", nous on veut sauver des Adama ».
« Il y a des gens qui sont protégés et d’autres qui n’arrivent même pas à avoir le minimum de justice pour quelqu’un qui est mort. Dans une France démocratique, ça met dans la tête des gens le soupçon, en disant "Est-ce que tous les citoyens sont égaux devant la loi ?"», a interrogée Esther Benbassa, sénatrice EELV.
M.R. avec AFP