Fil info
08:00🔜 vous invite à , un village médiéval remarquable du . Laissez-vous guider par Nadia… https://t.co/qnKXg3btV9
07:55 jaunes - -Vienne : Des gilets jaunes reçus par le préfet -> https://t.co/IKTJ6Wgned
07:53 # - -Vienne : Manifestation vendredi: la CGT très très remontée -> https://t.co/14JOVi3O5c
07:50Région : Lycées: faible mobilisation mais grosse détermination -> https://t.co/X4xYRYqd0x
07:48France : Le mensonge d’une augmentation du Smic -> https://t.co/vJyECp6fPj
07:46France : Fusillade à Strasbourg: "du sang et des douilles" sous les illuminations de Noël -> https://t.co/izj9XTH8qD
22:45Assemblée citoyenne de préparation du conseil municipal ce vendredi 14 décembre 2018 à 19h à notre local du 11 bd S… https://t.co/zdkixOPLXW
22:03Quand t'es plongé dans un simili de thriller avec un brouillard à couper au couteau !! Arrivera, arrivera pas !! 😂… https://t.co/M2I1esxcao
18:49Châteauroux : Dernier chantier à la peupleraie -> https://t.co/pfvW6RFY6w
18:46Dordogne : Ils n’ont plus confiance et veulent la démission de Macron -> https://t.co/VazS1u1NLj
18:46Indre : Gilets jaunes : « On reste là, les annonces faites ne suffisent pas » -> https://t.co/D22YnigAPA
18:42Corrèze : Les avocats creusois en grève -> https://t.co/J1DjpUZS39
17:53RT : Bellac : Un automobiliste en panne vêtu d'un gilet jaune, proclamé porte-parole de la fédération 87. Sa première r… https://t.co/noek8ZnaA0
16:49Sarlat-la-Canéda : Trouver le Juste Prix -> https://t.co/IkaKBdtl1B
16:45Corrèze : Ce qui est humain les concerne -> https://t.co/BjaA1IQBaS
15:41Périgueux : Le salon du tatouage victime collatérale des Gilets jaunes -> https://t.co/6vmTzxMKn9
14:01Périgueux : « Une mascarade de notre méprisant de la République » -> https://t.co/nTWhmkF4d1
13:44Un nouvel article sur la prestation de à Limoges. Merci ! https://t.co/JP9Rkv3hNL
13:38Coulounieix-Chamiers : La Société d’économie mixte (Sem) Périgord énergies inaugure sa première centrale photovolt… https://t.co/S0hQA3ewVE
12:40Bergerac : L’intersyndicale des retraités bouscule le député -> https://t.co/fhlgfYdxLE
11:58RT : . n’entend que de l’oreille droite . Les riches restent ses protégés , ils ne seront pas mis à contr… https://t.co/hziRZ6uM9Q
11:51RT : L'exercice de sécurité civile simulant un incendie actuellement en cours au est destiné à tester l… https://t.co/fQk8XsOJck
11:08RT : Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
10:59Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
09:49RT : Les agriculteurs souhaitaient rencontrer la Préfète de la Creuse et le député, réunis hier à la préfecture de Guére… https://t.co/zkY4EfPrKN

Pour Adama, famille et soutiens réclament justice

MOBILISATION

Deux ans après le décès d’Adama Traoré dans une gendarmerie, sa famille a organisé samedi une marche à Beaumont-sur-Oise pour faire la lumière sur les circonstances de la mort du jeune homme.
On n’oublie pas, on ne pardonne pas »: deux ans après la mort d’Adama Traoré à la suite de son interpellation, quelque 1 500 personnes ont défilé en banlieue parisienne pour dénoncer la lenteur de la justice et exiger des « réponses » de l’État.
Toutes les formations de gauche étaient représentées, du NPA au PCF en passant par la France insoumise (LFI) ou EELV, et jusqu’au Parti socialiste.
« Si on est aux côtés de la famille d’Adama Traoré, c’est pour leur dire que ce qui est arrivé à leur frère ne concerne pas qu’une personne noire issue des quartiers populaires, mais l’ensemble des Françaises et Français », a résumé David Cormand, secrétaire national d’EELV.
Comme l’an passé, la famille Traoré a tenu à rendre hommage à Adama en remontant les rues de la petite ville de Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), à 30 kilomètres au Nord de Paris, jusqu’au quartier HLM de Boyenval, où il a vécu.
Il est mort dans la ville mitoyenne de Persan, le 19 juillet 2016, le jour de ses 24 ans.
Mais, cette année, la famille entendait aussi dénoncer avec force la lenteur de la justice, après avoir appris mardi qu’une expertise médicale très attendue - la quatrième - pour faire la lumière sur les causes de sa mort, encore très discutées deux ans après, ne serait pas rendue avant fin septembre.
Son décès - par « asphyxie », comme l’a établi une précédente expertise il y a un an - avait été constaté deux heures après son interpellation par les gendarmes, qui l’avaient maintenu au sol sous le poids de leurs corps, selon la technique du « placage ventral », mais sans lui porter de coups.
Le jeune homme, dont une expertise a révélé une fragilité cardiaque antérieure, avait fait un malaise dans leur véhicule avant de décéder dans la cour de la gendarmerie de Persan, la ville.
Le cortège, qui a rassemblé entre 1 400 et 1 500 personnes selon la préfecture, a fait halte devant la caserne. Une minute de silence a été observée, une prière psalmodiée.
« On a tué Adama ce jour-là, dans la cour de cette gendarmerie », a lancé sa soeur aînée Assa Traoré au micro. « Un pays sans justice est un pays en danger », a-t-elle scandé, juchée sur un camion.
Un dossier qui n’avance pas
« C’est inadmissible ce qui est en train de se passer, on est dans un déni de justice. Les juges ont la volonté clairement d’étouffer l’affaire de mon frère », avait-elle affirmé plus tôt devant la presse.
« Nous allons passer à la vitesse supérieure. Nous allons soulever toute la France, nous allons soulever tous les quartiers (...) et on va aller renverser ce système », a-t-elle assuré.
« Pas de justice, pas de paix », a scandé la foule: un slogan frappé en noir et blanc sur de nombreux t-shirts.
« Ce qui me choque dans cette affaire, c’est que deux ans après, les gendarmes n’ont toujours pas été auditionnés. Pour que la justice passe, il faut la faire avancer à coups de pied au derrière », a dit François Ruffin, député LFI de la Somme.
« Il est temps que ce dossier avance, pour la famille, la mémoire de ce jeune homme, et pour tous les citoyens qui se sentent eux-mêmes injuriés dans le fait que cette affaire n’avance pas », a renchéri Benoît Hamon, fondateur de Générations.
Dans son appel à manifester ce jour-là, le PCF avait également réitéré « l'exigence de l'instauration d’une police de proximité bien formée, disposant des moyens et des effectifs nécessaires à sa mission, gardienne de la paix et loin de la politique du chiffre et du tout répressif ». Pour le Parti communiste, « c'est loin d'être le cas, notamment dans les quartiers populaires. Les effectifs sont à bout, écrasés par l'accumulation des heures supplémentaires. » Et de rappeler que les parlementaires communistes « sont porteurs d’une proposition de loi mettant fin aux contrôles au faciès, trop souvent à l’origine des violences policières, et demandent une réflexion globales sur la mission de la police. »
L’affaire Benalla
dans toutes les têtes Alors que la famille Traoré dénonce une « bavure policière », l’affaire Benalla, du nom de ce collaborateur d’Emmanuel
Macron filmé en train de frapper des manifestants à Paris le 1er mai, en se faisant passer pour un policier, est dans toutes les têtes. Sur une pancarte: « L’État protège des "Benalla", nous on veut sauver des Adama ».
« Il y a des gens qui sont protégés et d’autres qui n’arrivent même pas à avoir le minimum de justice pour quelqu’un qui est mort. Dans une France démocratique, ça met dans la tête des gens le soupçon, en disant "Est-ce que tous les citoyens sont égaux devant la loi ?"», a interrogée Esther Benbassa, sénatrice EELV.
M.R. avec AFP