Fil info
23:24 Tellement vrai ! Et triste...
22:42A lire et à méditer: Que vaut une association de bénévoles dans une société qui promeut l’individualisme, le «je pa… https://t.co/ZUpeipEpgl
20:28notre communiqué sur l' et le dans l ' aujourd'hui https://t.co/6ChbCQK4k5
19:58Périgueux : Grosse mobilisation contre la haine et les racismes -> https://t.co/U2RwAQ8i6J
19:14Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/BzKlvfJ5fM via
18:19Le Blanc : Un chèque pour le Secours populaire -> https://t.co/F7fTiGPw9h
18:18Bélâbre : La Comédie bélâbraise rigole en famille -> https://t.co/zx8EuH26Ts
18:17La Châtre : Chantal Goya a enchanté petits et grands -> https://t.co/fTxaqCSl3C
18:15Indre : Appel à témoin -> https://t.co/QhzYi1g2dU
18:15Indre : La région sera bien représentée au salon de l’agriculture -> https://t.co/lLuf3D2Ly1
17:49Face au mécontentement social grandissant, la CGT met en place les mardis de l'urgence sociale. Premier rassembleme… https://t.co/tm7c2QaZsX
17:17RT : L’appel du Barreau pour les rassemblements républicains du 19 février. https://t.co/ZMpHg1kAPw
17:11# # - -Vienne : Une centaine de harpistes du monde entier attendus à Limoges -> https://t.co/yQqMoCOxbi
17:08# # - -Vienne : «En Israël, nous allons droit dans le mur» -> https://t.co/Zs5YCA1on4
17:06# # - -Vienne : Toujours plus de droits humains à défendre -> https://t.co/ep5v1Yd9XO
15:57Région : Plus de trente ans de prestige -> https://t.co/WFDMdoJxZ2
15:45Périgueux : Le vivre ensemble passe par le respect -> https://t.co/g5aoBcWOgl
15:16 Avec L'Echo, j'espère aussi !!!
15:02Disparition de Joseph Akouissonne - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/NnFyGaLQ4C
14:47RT : Fier de mon journal préféré. https://t.co/kQN5TphI73
14:21RT : 🚨⚠️ [FLASH-INFO] Intervention en cours à , rue des Dahlais ⏩ EVITEZ CE SECTEUR et FACILITEZ LE PASSAGE DE… https://t.co/e8a5tv1876
13:35 Votre pizzeria-épicerie fine italienne ouverte à l'année au coeur de Belvès en Périgord Noir https://t.co/dnKTGWPRDC
10:05Périgueux : la FSU appelle les adhérents et plus largement l’ensemble des citoyens à rejoindre le rassemblement pré… https://t.co/6QZtf0teAW
07:57# # - -Vienne : LO, le camp des travailleurs... toujours -> https://t.co/Mow1BrQjOq
07:55Région : Pour une meilleure prise en charge des personnes âgées -> https://t.co/71261YTkIZ
07:53Région : Gérard Vandebroucke; une idée certaine de l’intérêt public -> https://t.co/C3WlEXELUP
07:50Région : Ian Brossat: les Européennes, un enjeu de proximité -> https://t.co/k9t4XVAG7O

Benalla : l’affaire qui éclabousse le pouvoir

VIOLENCES

Outre les enquêtes judiciaire et administrative, Sénat et Assemblée tiendront des commissions pour faire la lumière dans cette affaire où la responsabilité de l’État est pointée.
« Violences en réunion par personne chargée d’une mission de service public, usurpation de fonctions, port illégal d’insignes réservés à l’autorité publique et complicité de détournement d’images issues d’un système de vidéo-protection.
» Tels sont les faits, selon une source proche du dossier, qui ont justifié hier le placement en garde à vue d’Alexandre Benalla. Un nom que la France entière connaît désormais pour l’avoir découvert en même temps qu’une vidéo le montrant, portant tous les attributs d’un policier, violenter des manifestants le 1er mai.
Acculé à réagir, l’Élysée a dès vendredi annoncé le licenciement d’Alexandre Benalla. En arguant néanmoins que cette décision est motivée par l’émergence de « faits nouveaux », à savoir la transmission par des policiers au collaborateur de l’Élysée d’images de vidéo-surveillance le mettant en cause. Manière de minimiser son silence alors qu’il avait eu vent de l’affaire dès début mai. Des révélations en cascade
ont notamment fait état de la mise à disposition d'un logement de fonction dans une prestigieuse dépendance de l'Elysée, quai Branly, depuis le 9 juillet. Soit, après sa mise à pied de 15 jours, « sanction » initiale de l'Elysée.
Au-delà du sort de Benalla, le dossier suscite nombre d’interrogations sur les responsabilités au plus haut niveau de l’État. Notamment celles de la Présidence de la République. Emmanuel Macron ayant balayé d’un revers de main toutes les questions à ce sujet et opté pour le mutisme le plus total.
« Mensonges »
Il est en outre apparu vendredi que les faits reprochés à Benalla auraient été portés à la connaissance du ministre de l’Intérieur dès le 2 mai. Gérard Collomb sera d’ailleurs auditionné mardi au Sénat. La chambre haute a également annoncé son intention de se doter d’une commission d’enquête.
Les députés (hors LREM), qui ont unanimement dénoncé ses « mensonges », ont réclamé qu’il s’exprime aussi au sein de l’Assemblée Nationale afin de répondre aux légitimes questions de la représentation nationale.
Assemblée Nationale où les débats sur la réforme constitutionnelle accusent du retard en raison d’échanges majoritairement consacrés à cette affaire.
Jean-Luc Mélenchon (LFI), qui a jugé « extraordinaire que le ministre de l’Intérieur ne vienne pas », au mépris de « la décence démocratique», a avancé l’hypothèse d’un dépôt d’une « motion de censure ».
Le bureau de la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale, composé d’un représentant de chaque groupe parlementaire, devait se réunir vendredi soir afin de fixer le calendrier de ses travaux et d’établir une liste de personnes à auditionner. Cette commission, explique Stéphane Peu (PCF), membre du bureau, est complémentaire de la procédure judiciaire et de l’enquête administrative de l’IGPN, chacune
ayant « des rôles différents ».
« Nous allons surtout nous attacher à démontrer s’il s’agit d’un dysfonctionnement majeur du fonctionnement de l’État ou du dérapage d’une seule personne.
C’est cette distinction-là qu’il va falloir établir », poursuit-il. S’il est « un peu tôt » pour tirer des conclusions, pour le député communiste il s’avère d’ores et déjà que « c’est une affaire extrêmement grave et qui, à l’évidence, ne concerne pas que la personne d’Alexandre Benalla ».
A.M.