Fil info
22:45Assemblée citoyenne de préparation du conseil municipal ce vendredi 14 décembre 2018 à 19h à notre local du 11 bd S… https://t.co/zdkixOPLXW
22:03Quand t'es plongé dans un simili de thriller avec un brouillard à couper au couteau !! Arrivera, arrivera pas !! 😂… https://t.co/M2I1esxcao
18:49Châteauroux : Dernier chantier à la peupleraie -> https://t.co/pfvW6RFY6w
18:46Dordogne : Ils n’ont plus confiance et veulent la démission de Macron -> https://t.co/VazS1u1NLj
18:46Indre : Gilets jaunes : « On reste là, les annonces faites ne suffisent pas » -> https://t.co/D22YnigAPA
18:42Corrèze : Les avocats creusois en grève -> https://t.co/J1DjpUZS39
17:53RT : Bellac : Un automobiliste en panne vêtu d'un gilet jaune, proclamé porte-parole de la fédération 87. Sa première r… https://t.co/noek8ZnaA0
16:49Sarlat-la-Canéda : Trouver le Juste Prix -> https://t.co/IkaKBdtl1B
16:45Corrèze : Ce qui est humain les concerne -> https://t.co/BjaA1IQBaS
15:41Périgueux : Le salon du tatouage victime collatérale des Gilets jaunes -> https://t.co/6vmTzxMKn9
14:01Périgueux : « Une mascarade de notre méprisant de la République » -> https://t.co/nTWhmkF4d1
13:44Un nouvel article sur la prestation de à Limoges. Merci ! https://t.co/JP9Rkv3hNL
13:38Coulounieix-Chamiers : La Société d’économie mixte (Sem) Périgord énergies inaugure sa première centrale photovolt… https://t.co/S0hQA3ewVE
12:40Bergerac : L’intersyndicale des retraités bouscule le député -> https://t.co/fhlgfYdxLE
11:58RT : . n’entend que de l’oreille droite . Les riches restent ses protégés , ils ne seront pas mis à contr… https://t.co/hziRZ6uM9Q
11:51RT : L'exercice de sécurité civile simulant un incendie actuellement en cours au est destiné à tester l… https://t.co/fQk8XsOJck
11:08RT : Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
10:59Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
09:49RT : Les agriculteurs souhaitaient rencontrer la Préfète de la Creuse et le député, réunis hier à la préfecture de Guére… https://t.co/zkY4EfPrKN
08:56 avec Thomas Milon et Marion Haranger à , bourg perché dominant la et célèbre pour son école… https://t.co/wBsm2VP5fb

Contrôler les industriels : la leçon de l’affaire Lactalis

SALMONELLOSE

Cadrer et surveiller : la commission d’enquête sur l’affaire Lactalis tire les leçons d’un système de surveillance sanitaire basé sur l’auto-contrôle.
Mieux contrôler les industriels en les tapant au porte-feuille si nécessaire, mettre en place une autorité unique pour les crises sanitaires et reviser les procédures de retrait des produits : voici les principales recommandations de la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Lactalis, présentées hier.
Fin décembre 2017, 36 nourrissons ont été contaminés à la salmonellose après avoir consommé un lait infantile produit par ce géant français laitier.
Le long silence de la direction et le processus de retrait plus que chaotique ont alimenté ce qui est devenu le « scandale Lactalis » et qui a également donné lieu à une enquête judiciaire toujours en cours.
L’audition de dizaines de spécialistes par les députés a permis de lever quelques lièvres. Comme celui d’un système basé sur l’auto-contrôle avec des laboratoires effectuant les tests qui travaillent à 90% pour la même entreprise. Ou celui de la « concurrence », entre les trois ministères concernés par la sécurité sanitaire : Santé, Economie et Agriculture. D’où les propositions de « vérifications de l’indépendance des contrôleurs » ou d’une autorité unique, le président de la commission, Christian Hutin, dénonçant « une armée mexicaine ».
Le PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, s’était présenté plein de morgue devant les députés pour leur affirmer que « il n’y a pas de responsabilité de personnes au sein de l’usine ». Si, ont répondu en substance les parlementaires, l’usine n’ayant pas jugé bon de prévenir les autorités aux premiers signaux de présence de salmonelle.
«Cela va dans le bon sens » a commenté Quentin Guillemain, président de l’association des victimes de Lactalis qui précise cependant que « avant de contrôler les contrôleurs, il faudrait déjà contrôler les usines. Ce qui est déjà possible mais n’a pas été fait depuis 15 ans ». Mais « nous attendions davantage » déplore-t-il, «nous voulions que les produits à destination des nourrissons soient considérés comme des médicaments afin d’assurer les meilleures procédures de rappels ».
Angélique Schaller