Fil info
22:11Région : Affaire Séréna : la mansuétude du tribunal -> https://t.co/yYQ0g4te0e
20:26 Savoureux
19:28 En effet elle n a pas fait de détention
18:55 Superbe.. mais pour accueillir qui au fait ? un club de fédérale2 ? C… https://t.co/GsIZVCdmIs
18:54Indre : « Frontières » : une exposition et plein de beaux projets -> https://t.co/7RJPVjYWGK
18:52Indre : Le rendez-vous des gourmands -> https://t.co/hWZR7Gizw0
18:42Dordogne : La grande inconnue de la vague des gilets jaunes -> https://t.co/t1FplAYN4o
18:40Dordogne : Le coût des routes divise -> https://t.co/zXjKiDKk3X
18:27Tribunal : affaire d'attouchements et d'abus à l'ADAPEI https://t.co/ylIJAphtd6
18:12 Non, pardon. Je croyais qu'elle était en préventive, ce qui n'est pas le cas.
18:01 Donc en fait, elle ne retourne pas en prison ?
17:55RT : Ouverture du de à 9h au Parc des Expositions Venez découvrir les formati… https://t.co/zHuGcAFFLY
17:49RT : Depuis le drame de la rue d'Aubagne, plus de 800 personnes ont dû évacuer leur appartement à Marseille, principe de… https://t.co/ReAEYejqij
17:47RT : La plus grande carte postale de tous les temps a été déployée sur 2.500 m² d'un glacier suisse, pour attirer l'atte… https://t.co/LpNadbRX5P
17:32RT : En raison des risques de de , la Maison du V'Lim sera exceptionnellement fermée durant la journée du 17 novembre.
17:28sursis*
17:13Périgueux : Des mesures concrètes aux effets immédiats -> https://t.co/yaMTktzOeL
17:10Périgueux : La DDCSPP hors les murs -> https://t.co/w2EjdHa3Du
17:08Beynac-et-Cazenac : Déviation : nouvelle opération coup de poing -> https://t.co/AHEYXlstN4
17:08RT : Rosa Maria Da Cruz est condamnée à 5 années de prison dont 2 ans ferme. Trois ans avec surcis avec obligation de soin.
17:08RT : Rosa Maria Da Cruz est condamnée à 5 années de prison dont 2 ans ferme. Trois ans avec surcis avec obligation de soin.
17:07 Rosa Maria Da Cruz est condamnée à 5 années de prison dont 2 ans ferme. Trois ans avec surcis avec obligation de soin.
17:05Dordogne : Le changement de nom de la CAB au cœur des polémiques -> https://t.co/PWbJU8IF77
17:04Bergerac : Le changement de nom de la CAB au cœur des polémiques -> https://t.co/tTV9SEmfOT
16:53Uzerche : Les collégiens en Turquie -> https://t.co/m6U7AHPo0t
16:52RT : Demain, de 13h à 18h, le nouveau stade de ouvre ses portes au public. Une visite guidée dans les couliss… https://t.co/ZNZFqnunB1
16:50Demain, de 13h à 18h, le nouveau stade de ouvre ses portes au public. Une visite guidée dans les couliss… https://t.co/ZNZFqnunB1
16:41Sarlat-la-Canéda : Une bonne comédie à la française -> https://t.co/BY1gscHpmH
16:38Sarlat-la-Canéda : Une première réussie pour Vianney -> https://t.co/Fct6hoVJ3y
16:18RT : On aurait besoin de bénévoles pour la collecte nationale. Vous seriez prêt à venir nous aider le weekend du… https://t.co/WZYy9k5wxl
16:15RT : 📹Le groupe Keltas vient de sortir son nouveau clip tourné au Mont-Gargan dont le Département est propr… https://t.co/xBBWpi5fkl
15:52Le Blanc : Le dessinateur de presse Placide à la rencontre de collégiens -> https://t.co/4HcESCJMUU
15:50Dordogne : La vie d’un maquis à la loupe -> https://t.co/qNUoWKbiRl
15:47Périgueux : Une convention qui sécurise le site universitaire -> https://t.co/cn8rSzDpTW
14:58Région : Ce qu'il faut savoir à cette heure -> https://t.co/3619hrn9iL
12:15RT : 👉🏻 Information confirmée : Le se sépare de London Perrantes et annonce l’arrivée de Jordan Taylor.
11:59RT : Journée du 17 novembre : Annulation des transports en commun et perturbations diverses des services de Limoges Mét… https://t.co/dnNy56L6Yp
11:32Journée du 17 novembre : Annulation des transports en commun et perturbations diverses des services de Limoges Mét… https://t.co/dnNy56L6Yp
11:30Journée du 17 novembre : le communiqué de la préfecture. https://t.co/aEDrfUM0Bi
10:54Corrèze : Les AESH à la porte de l’école inclusive ? -> https://t.co/Dw5jcE5tnw
10:01Sport : Gilets jaunes: les rencontres de foot reportées -> https://t.co/1fU1SNOCAm
07:57Région : Plusieurs loups en Haute-Vienne -> https://t.co/wuXcKNRFWY
22:56Région : Affaire Séréna : Un procès pour l’exemple ? -> https://t.co/r2TLnLKbVF

Une proximité indispensable

Rectorat de Limoges

 

Treize académies superposées à la carte des treize nouvelles régions ; un ministère de l’éducation Nationale limité à ventiler des moyens aux académies des grandes régions, avec notamment un recteur unique à Bordeaux muni de toutes les compétences ; des mutualisations de services et le spectre de fermetures d’écoles, de collèges, de lycées et lycées professionnels dramatiques dans l’académie de Limoges ; et au final davantage d’inégalités dans l’accès des jeunes aux qualifications : c’est tout cela que sont venus dénoncer hier d’une seule voix, les personnels de l’Education Nationale réunis en interfédérale, devant le rectorat de Limoges. «Il y a une vraie mobilisation au travers de la pétition en ligne, qui rassemble déjà près de 5000 signatures, et cela nous encourage, comme nous encourage aujourd’hui la présence d’élus du territoire» souligne Nicolas Villacampa, co-secrétaire de la FSU 87. «Sans prise en compte du caractère rural de nos territoire, cette réforme s’annonce comme une catastrophe pour la qualité du service public de l’éducation dans notre ex-région Limousin. Nous craignons que le caractère rural vu de Bordeaux soit moins pris en compte avec pour conséquences des fermeture d’établissements et des regroupements forcés. Avec également une diminution de l’of-fre de proximité, et au final des choix par défaut pour les élèves». A l’occasion d’une rencontre hier au rectorat sur les problématiques du premier degré, le SE-Unsa n’a pas manqué d’évoquer la question avec la rectrice de l’académie. «Nous avons insisté sur le besoin de proximité dans cette région aussi grande que l’Autriche, lorsque se poseront des questions ponctuelles sur telle ou telle situation dans tels petits établissements ou écoles ruraux. Là dessus, nous avons besoin de garanties qu’on n’a pas. La rectrice a répondu qu’elle attendait les arbitrages du ministre, mais que la mobilisation ici était relayée et remarquée au ministère et que cela aurait des conséquences, que nous espérons positives» précise Thibault Bergeron, secrétaire du SE-Unsa de Limoges.  De nombreux élus, appelés à la rescousse, ont hier répondu présents, mobilisés avec «la volonté ne pas perdre une occasion pour rappeler la nécessité du maintien du rectorat à Limoges» comme le précise Jean-Claude Leblois, président du conseil départemental de la Haute-Vienne : «Aujourd’hui le rectorat, hier la cour d’appel, etc. : l’Etat trouve tous les jours une fausse bonne raison pour partir,  raisons qui à nos yeux ne tiennent pas.  La décentralisation et la déconcentration ont amené des services publics il y a plusieurs dizaine d’années sur nos territoires, on ne peut pas effacer l’histoire comme ça ! La présence du rectorat, c’est la proximité. Les formations existantes en milieu rural, on ne les re-trouve pas forcément dans une métropole. La particularité de notre territoire doit être reconnue au travers du maintien de services publics d’Etat». «Tout rassembler à Bordeaux, ce n’est plus possible poursuit Martine Nebout Lacourarie, adjointe au maire de Saint-Junien, quand en plus on nous diminue les moyens de communication avec par exemple les menaces pesant sur la ligne ferroviaire Limoges-Angoulême.  Perdre le rectorat, c’est perdre des postes administratifs, de la population et de la proximité. On aurait besoin d’une très très grosse mobilisation».Pour Gaston Chassain, maire de Feytiat et vice-président de Limoges métropole en charge de l’économie, c’est l’image du territoire qui est en jeu et avec elle le dynamisme de l’économie  : «On nous a dit il y a quelques mois que ce rectorat ne serait pas supprimé, aujourd’hui on nous dit le contraire. Il y a une énorme perte de confiance de la part de la population. Un territoire qui perd ses centres de décisions s’affaiblit.   On a besoin d’un territoire fort, avec des centres de décisions propres, pour les emplois, pour la vie sociale, mais aussi pour les entreprises qui souhaitent s’implanter sur un territoire qui a de l’ambition». Un citoyen conclut au micro : «J’ai participé à la mobilisation des habitants pour le maintien du poste menacé de suppression sur le RPI de Cieux-Javerdat. Malgré 1400 signatures, seulement 6 postes seront maintenus. A la rentrée, il y aura deux classes à double niveau à 27 élèves. Toutes ces économies sur le service public ne sont pas bonnes pour notre jeunesse. L’école, nous devons tous la défendre».

Treize académies superposées à la carte des treize nouvelles régions ; un ministère de l’éducation Nationale limité à ventiler des moyens aux académies des grandes régions, avec notamment un recteur unique à Bordeaux muni de toutes les compétences ; des mutualisations de services et le spectre de fermetures d’écoles, de collèges, de lycées et lycées professionnels dramatiques dans l’académie de Limoges ; et au final davantage d’inégalités dans l’accès des jeunes aux qualifications : c’est tout cela que sont venus dénoncer hier d’une seule voix, les personnels de l’Education Nationale réunis en interfédérale, devant le rectorat de Limoges. «Il y a une vraie mobilisation au travers de la pétition en ligne, qui rassemble déjà près de 5000 signatures, et cela nous encourage, comme nous encourage aujourd’hui la présence d’élus du territoire» souligne Nicolas Villacampa, co-secrétaire de la FSU 87. «Sans prise en compte du caractère rural de nos territoire, cette réforme s’annonce comme une catastrophe pour la qualité du service public de l’éducation dans notre ex-région Limousin. Nous craignons que le caractère rural vu de Bordeaux soit moins pris en compte avec pour conséquences des fermeture d’établissements et des regroupements forcés. Avec également une diminution de l’of-fre de proximité, et au final des choix par défaut pour les élèves». A l’occasion d’une rencontre hier au rectorat sur les problématiques du premier degré, le SE-Unsa n’a pas manqué d’évoquer la question avec la rectrice de l’académie. «Nous avons insisté sur le besoin de proximité dans cette région aussi grande que l’Autriche, lorsque se poseront des questions ponctuelles sur telle ou telle situation dans tels petits établissements ou écoles ruraux. Là dessus, nous avons besoin de garanties qu’on n’a pas. La rectrice a répondu qu’elle attendait les arbitrages du ministre, mais que la mobilisation ici était relayée et remarquée au ministère et que cela aurait des conséquences, que nous espérons positives» précise Thibault Bergeron, secrétaire du SE-Unsa de Limoges.  De nombreux élus, appelés à la rescousse, ont hier répondu présents, mobilisés avec «la volonté ne pas perdre une occasion pour rappeler la nécessité du maintien du rectorat à Limoges» comme le précise Jean-Claude Leblois, président du conseil départemental de la Haute-Vienne : «Aujourd’hui le rectorat, hier la cour d’appel, etc. : l’Etat trouve tous les jours une fausse bonne raison pour partir,  raisons qui à nos yeux ne tiennent pas.  La décentralisation et la déconcentration ont amené des services publics il y a plusieurs dizaine d’années sur nos territoires, on ne peut pas effacer l’histoire comme ça ! La présence du rectorat, c’est la proximité. Les formations existantes en milieu rural, on ne les re-trouve pas forcément dans une métropole. La particularité de notre territoire doit être reconnue au travers du maintien de services publics d’Etat». «Tout rassembler à Bordeaux, ce n’est plus possible poursuit Martine Nebout Lacourarie, adjointe au maire de Saint-Junien, quand en plus on nous diminue les moyens de communication avec par exemple les menaces pesant sur la ligne ferroviaire Limoges-Angoulême.  Perdre le rectorat, c’est perdre des postes administratifs, de la population et de la proximité. On aurait besoin d’une très très grosse mobilisation».Pour Gaston Chassain, maire de Feytiat et vice-président de Limoges métropole en charge de l’économie, c’est l’image du territoire qui est en jeu et avec elle le dynamisme de l’économie  : «On nous a dit il y a quelques mois que ce rectorat ne serait pas supprimé, aujourd’hui on nous dit le contraire. Il y a une énorme perte de confiance de la part de la population. Un territoire qui perd ses centres de décisions s’affaiblit.   On a besoin d’un territoire fort, avec des centres de décisions propres, pour les emplois, pour la vie sociale, mais aussi pour les entreprises qui souhaitent s’implanter sur un territoire qui a de l’ambition». Un citoyen conclut au micro : «J’ai participé à la mobilisation des habitants pour le maintien du poste menacé de suppression sur le RPI de Cieux-Javerdat. Malgré 1400 signatures, seulement 6 postes seront maintenus. A la rentrée, il y aura deux classes à double niveau à 27 élèves. Toutes ces économies sur le service public ne sont pas bonnes pour notre jeunesse. L’école, nous devons tous la défendre».