Fil info
23:29France : Qui pour croire que Macron tend la main aux syndicats? -> https://t.co/juET9tiYe7
23:27International : 2030 : l’objectif d’un monde sans sida -> https://t.co/HhLatbmpjO
20:37Cyclisme : Alaphilippe ouvre les Alpes par la 1re victoire française -> https://t.co/yAYR6SB214
18:56Villars : Nouvelle vie pour le hangar de Boschaud -> https://t.co/uUUU6t4YtK
18:53Boulazac : Des conditions de vie inhumaines -> https://t.co/E3vzIw5XzR
18:40Châteauroux : A l’atelier de l’éventail, tout l’art de s’éventer avec classe et volupté -> https://t.co/TbbKS8UAxh
18:28Tulle : Tagada... tsoin-tsoin les papilles ! -> https://t.co/D5H8R4vqhv
18:22La Châtre : Trois familles syriennes reçues à l'hôtel de ville -> https://t.co/8vlh0khPht
18:19Guéret a une nouvelle fois vibré au rythme des concerts en tous genres pour les Nuits d’été qui se sont terminées s… https://t.co/jL9Q3VFNL7
18:18RT : Devant le avec les handicapés pour le droit au logement pour tous , contre la loi https://t.co/Iufl1p9Vxs
18:13C’est l’une des fiertés de la commune, un petit pont roman classé au patrimoine national, qui surplombe la Creuse e… https://t.co/YDgXqJDXWl
16:16Dordogne : Enquêtes dans le passé -> https://t.co/CAqIDvr7mt
14:42Seilhac : Un réseau de Voisineurs en projet -> https://t.co/2U3Ql5pM1y
13:48Faux-la-Montagne : Fichés F comme Fraternité https://t.co/NlxpLr9W7O via
12:49RT : Plus que 3 et on a bioman https://t.co/LJi54gAME6
12:48RT : Retour à « l’ancien monde » : en visite à pour évoquer le désenclavement de la région la ministre des tran… https://t.co/r4wWEiCMP5
12:46RT : Hier, nous avons appris la démission du doyen de la fac de droit https://t.co/7Vb1p3lHKi

Une proximité indispensable

Rectorat de Limoges

 

Treize académies superposées à la carte des treize nouvelles régions ; un ministère de l’éducation Nationale limité à ventiler des moyens aux académies des grandes régions, avec notamment un recteur unique à Bordeaux muni de toutes les compétences ; des mutualisations de services et le spectre de fermetures d’écoles, de collèges, de lycées et lycées professionnels dramatiques dans l’académie de Limoges ; et au final davantage d’inégalités dans l’accès des jeunes aux qualifications : c’est tout cela que sont venus dénoncer hier d’une seule voix, les personnels de l’Education Nationale réunis en interfédérale, devant le rectorat de Limoges. «Il y a une vraie mobilisation au travers de la pétition en ligne, qui rassemble déjà près de 5000 signatures, et cela nous encourage, comme nous encourage aujourd’hui la présence d’élus du territoire» souligne Nicolas Villacampa, co-secrétaire de la FSU 87. «Sans prise en compte du caractère rural de nos territoire, cette réforme s’annonce comme une catastrophe pour la qualité du service public de l’éducation dans notre ex-région Limousin. Nous craignons que le caractère rural vu de Bordeaux soit moins pris en compte avec pour conséquences des fermeture d’établissements et des regroupements forcés. Avec également une diminution de l’of-fre de proximité, et au final des choix par défaut pour les élèves». A l’occasion d’une rencontre hier au rectorat sur les problématiques du premier degré, le SE-Unsa n’a pas manqué d’évoquer la question avec la rectrice de l’académie. «Nous avons insisté sur le besoin de proximité dans cette région aussi grande que l’Autriche, lorsque se poseront des questions ponctuelles sur telle ou telle situation dans tels petits établissements ou écoles ruraux. Là dessus, nous avons besoin de garanties qu’on n’a pas. La rectrice a répondu qu’elle attendait les arbitrages du ministre, mais que la mobilisation ici était relayée et remarquée au ministère et que cela aurait des conséquences, que nous espérons positives» précise Thibault Bergeron, secrétaire du SE-Unsa de Limoges.  De nombreux élus, appelés à la rescousse, ont hier répondu présents, mobilisés avec «la volonté ne pas perdre une occasion pour rappeler la nécessité du maintien du rectorat à Limoges» comme le précise Jean-Claude Leblois, président du conseil départemental de la Haute-Vienne : «Aujourd’hui le rectorat, hier la cour d’appel, etc. : l’Etat trouve tous les jours une fausse bonne raison pour partir,  raisons qui à nos yeux ne tiennent pas.  La décentralisation et la déconcentration ont amené des services publics il y a plusieurs dizaine d’années sur nos territoires, on ne peut pas effacer l’histoire comme ça ! La présence du rectorat, c’est la proximité. Les formations existantes en milieu rural, on ne les re-trouve pas forcément dans une métropole. La particularité de notre territoire doit être reconnue au travers du maintien de services publics d’Etat». «Tout rassembler à Bordeaux, ce n’est plus possible poursuit Martine Nebout Lacourarie, adjointe au maire de Saint-Junien, quand en plus on nous diminue les moyens de communication avec par exemple les menaces pesant sur la ligne ferroviaire Limoges-Angoulême.  Perdre le rectorat, c’est perdre des postes administratifs, de la population et de la proximité. On aurait besoin d’une très très grosse mobilisation».Pour Gaston Chassain, maire de Feytiat et vice-président de Limoges Métropole en charge de l’économie, c’est l’image du territoire qui est en jeu et avec elle le dynamisme de l’économie  : «On nous a dit il y a quelques mois que ce rectorat ne serait pas supprimé, aujourd’hui on nous dit le contraire. Il y a une énorme perte de confiance de la part de la population. Un territoire qui perd ses centres de décisions s’affaiblit.   On a besoin d’un territoire fort, avec des centres de décisions propres, pour les emplois, pour la vie sociale, mais aussi pour les entreprises qui souhaitent s’implanter sur un territoire qui a de l’ambition». Un citoyen conclut au micro : «J’ai participé à la mobilisation des habitants pour le maintien du poste menacé de suppression sur le RPI de Cieux-Javerdat. Malgré 1400 signatures, seulement 6 postes seront maintenus. A la rentrée, il y aura deux classes à double niveau à 27 élèves. Toutes ces économies sur le service public ne sont pas bonnes pour notre jeunesse. L’école, nous devons tous la défendre».

Treize académies superposées à la carte des treize nouvelles régions ; un ministère de l’éducation Nationale limité à ventiler des moyens aux académies des grandes régions, avec notamment un recteur unique à Bordeaux muni de toutes les compétences ; des mutualisations de services et le spectre de fermetures d’écoles, de collèges, de lycées et lycées professionnels dramatiques dans l’académie de Limoges ; et au final davantage d’inégalités dans l’accès des jeunes aux qualifications : c’est tout cela que sont venus dénoncer hier d’une seule voix, les personnels de l’Education Nationale réunis en interfédérale, devant le rectorat de Limoges. «Il y a une vraie mobilisation au travers de la pétition en ligne, qui rassemble déjà près de 5000 signatures, et cela nous encourage, comme nous encourage aujourd’hui la présence d’élus du territoire» souligne Nicolas Villacampa, co-secrétaire de la FSU 87. «Sans prise en compte du caractère rural de nos territoire, cette réforme s’annonce comme une catastrophe pour la qualité du service public de l’éducation dans notre ex-région Limousin. Nous craignons que le caractère rural vu de Bordeaux soit moins pris en compte avec pour conséquences des fermeture d’établissements et des regroupements forcés. Avec également une diminution de l’of-fre de proximité, et au final des choix par défaut pour les élèves». A l’occasion d’une rencontre hier au rectorat sur les problématiques du premier degré, le SE-Unsa n’a pas manqué d’évoquer la question avec la rectrice de l’académie. «Nous avons insisté sur le besoin de proximité dans cette région aussi grande que l’Autriche, lorsque se poseront des questions ponctuelles sur telle ou telle situation dans tels petits établissements ou écoles ruraux. Là dessus, nous avons besoin de garanties qu’on n’a pas. La rectrice a répondu qu’elle attendait les arbitrages du ministre, mais que la mobilisation ici était relayée et remarquée au ministère et que cela aurait des conséquences, que nous espérons positives» précise Thibault Bergeron, secrétaire du SE-Unsa de Limoges.  De nombreux élus, appelés à la rescousse, ont hier répondu présents, mobilisés avec «la volonté ne pas perdre une occasion pour rappeler la nécessité du maintien du rectorat à Limoges» comme le précise Jean-Claude Leblois, président du conseil départemental de la Haute-Vienne : «Aujourd’hui le rectorat, hier la cour d’appel, etc. : l’Etat trouve tous les jours une fausse bonne raison pour partir,  raisons qui à nos yeux ne tiennent pas.  La décentralisation et la déconcentration ont amené des services publics il y a plusieurs dizaine d’années sur nos territoires, on ne peut pas effacer l’histoire comme ça ! La présence du rectorat, c’est la proximité. Les formations existantes en milieu rural, on ne les re-trouve pas forcément dans une métropole. La particularité de notre territoire doit être reconnue au travers du maintien de services publics d’Etat». «Tout rassembler à Bordeaux, ce n’est plus possible poursuit Martine Nebout Lacourarie, adjointe au maire de Saint-Junien, quand en plus on nous diminue les moyens de communication avec par exemple les menaces pesant sur la ligne ferroviaire Limoges-Angoulême.  Perdre le rectorat, c’est perdre des postes administratifs, de la population et de la proximité. On aurait besoin d’une très très grosse mobilisation».Pour Gaston Chassain, maire de Feytiat et vice-président de Limoges Métropole en charge de l’économie, c’est l’image du territoire qui est en jeu et avec elle le dynamisme de l’économie  : «On nous a dit il y a quelques mois que ce rectorat ne serait pas supprimé, aujourd’hui on nous dit le contraire. Il y a une énorme perte de confiance de la part de la population. Un territoire qui perd ses centres de décisions s’affaiblit.   On a besoin d’un territoire fort, avec des centres de décisions propres, pour les emplois, pour la vie sociale, mais aussi pour les entreprises qui souhaitent s’implanter sur un territoire qui a de l’ambition». Un citoyen conclut au micro : «J’ai participé à la mobilisation des habitants pour le maintien du poste menacé de suppression sur le RPI de Cieux-Javerdat. Malgré 1400 signatures, seulement 6 postes seront maintenus. A la rentrée, il y aura deux classes à double niveau à 27 élèves. Toutes ces économies sur le service public ne sont pas bonnes pour notre jeunesse. L’école, nous devons tous la défendre».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.