Fil info
16:09Bergerac : Dégradations sur la future mosquée : « Ils n’auront pas notre colère » -> https://t.co/FAgeabA8Qr
16:00Dordogne : Les méfaits de la réforme du ferroviaire -> https://t.co/c1CRO1oDAc
15:48Dordogne : L’occitan vivant et contemporain -> https://t.co/g3gv1aIXrm
10:55Guéret : Une panne de réveil douloureuse | L'Echo https://t.co/j728aOzsqi via
10:28 a commencé en Corrèze. Un spécimen géant a été vu ce matin au pied de la collégiale Sain… https://t.co/gEc1ncGXA9
09:22# # - Grands-Chézeaux : Maçons et paveurs migrants à l’honneur -> https://t.co/liZyD5c2CD
09:18# # - : Un concours de belote qui a fait salle comble -> https://t.co/YkOIdUh1ZC
09:16# # - : L’association des commerçants de la ville mis en veille -> https://t.co/d1Tjql8aKn
09:13Région : Unis pour la maison de santé et pour les services publics de Chabanais (16) ! -> https://t.co/5QOHB586v4
09:10# # - -Anne-Saint-Priest : Editions La Veytizou, la mémoire se perpétue -> https://t.co/AciWv1WdnH
09:02# # - : Faites des Livres 2019 : une formation au Kamishibai, une autre façon de lire -> https://t.co/oGtFwSUjUH
08:58# # - -Martin-de-Jussac : Une fête toujours populaire sous le signe de Panazô -> https://t.co/t0SXJjZyxq
08:55# # - -Vienne : Agathe en concert vendredi à Limoges -> https://t.co/LQWPTocB73
08:53# # - -Vienne : Vendredi à Jean-Gagnant: trio de cordes improvisé -> https://t.co/7FuegBnzdE
08:51# # - : Valoriser les métiers de la salle et des arts de la table -> https://t.co/jgbadjZgmc
07:58# # - -Vienne : Lutte Ouvrière se bat pour une Europe qui porte les intérêts des travailleurs -> https://t.co/cE177b1CfZ
07:55# # - -Vienne : Les Gilets jaunes toujours inventifs -> https://t.co/TXGqMoxu4c
07:53Région : Loger pour rebondir -> https://t.co/YjIvr9MTxT
07:51Région : La Région et le CNRS renforcent leur coopération -> https://t.co/YX8T5WeSVs
07:36 Retrouvez le questionnaire en ligne : https://t.co/fAdpBdQPtk, à vous de jouer !
21:23Naves : L’agglo de Tulle mise sur les circuits courts -> https://t.co/QWWfgVIdne
19:42Boulazac : Souvenir et vigilance -> https://t.co/OUB59l94YS
19:36Périgueux : Ta différence, c’est ma richesse -> https://t.co/IzYsbhRbgm
19:28Trélissac : Besoin d’honnêteté en politique -> https://t.co/SxaTVJI2tz
18:13Sarlat-la-Canéda : Une voix palestinienne à Sarlat -> https://t.co/qK2jdd2WXL
18:12Dordogne : Faire du sport ou aller au cinéma, même combat -> https://t.co/3ySLsunvrZ
16:56Festival départemental des sociétés de musique https://t.co/trKmC7mifq

Les prix exorbitants imposés par l’industrie pharmaceutique

MÉDICAMENTS

Des prix délirants
sont imposés au nom de l’innovation même si celle-ci n’est pas synonyme de progrès thérapeutiques.
Tel est le constat de huit associations qui refusent de voir l’Assurance maladie sombrer dans cette dérive qui ne sert que l’intérêt des firmes. Elles exigent de la transparence et un autre système de fixation des prix.
Le « Glivec » est un médicament qui a révolutionné le traitement de cancers rares du sang et de la moelle osseuse.
Commercialisé depuis 2001, c’est un cas d’école. Malgré sa rentabilité croissance suite à une utilisation toujours plus large, son prix n’a pas baissé. Il coûte jusqu’à 40 000 euros par an. Le « Keytruda » est, lui, indiqué dans le traitement de certains mélanomes. Il coûte 72 000 euros par an alors que la Haute Autorité de Santé (HAS) a estimé que « l’amélioration du service médical rendu (ASMR) » était « mineure par rapport aux traitements existants ».
Ces deux exemples sont tirés du libre blanc qu’ont publié hier huit associations*. Ensemble, elles dénoncent « l’inflation continue, injustifiée et injustifiable » des prix des nouveaux médicaments. « Nous avons conscience de l’importance de nouveaux traitements et de l’apport de l’industrie grâce à sa recherche, nous ne nions pas cette réalité », précise en préambule Marc Paris, responsable de communication de France Assos Santé qui fédère 80 structures s’occupant de patients. « Mais le système manque de régulation et de transparence », pointe-t-il.
De nombreuses étapes sont certes prévues par la loi pour la fixation des prix médicaments mais, au final, « on ne sait pas grand chose », explique Marc Paris. En cause, la négociation « opaque » des prix entre gouvernements et industriels du secteur; les « pressions » exercées par les laboratoires et leur « manque de transparence », concernant les coûts de production et de recherche ou encore l’évaluation des médicaments.
D’où l’exigence de « transparence ».
Insoutenable pour l’Assurance maladie
Une exigence d’autant plus nécessaire que le blocage est proche assurent les auteurs du livre blanc. « Si on ne change rien, il y aura toujours plus de médicaments toujours plus chers. Cela va devenir insoutenable pour le système solidaire qu’est l’Assurance maladie », analyse Marc Paris. « On est dans une sorte d’impasse si on ne trouve pas le moyen de faire évoluer le système, de ne financer que ce qui doit être financé. Ce sera problématique pour les patients qui risquent de ne plus avoir accès à l’innovation si ce n’est ceux qui auront les moyens de se la payer. Mais aussi pour l’industrie car le secteur est rentable grâce à son volume ».
Ce livre blanc est publié à la veille du Conseil stratégique des industries de santé qui se déroulera début juillet. Le gouvernement y réunit tous les industriels du secteur. Problème : si l’innovation a bien été mise au menu, c’est pour parler de développement économique, pas de coût ni de la fixation des prix. « Les règles consenties par l’Etat sont inefficientes et les instruments utilisés par les pouvoirs publics sont inflationnistes », explique Olivier Maguet de Médecins du Monde. Aussi les associations plaident-elles pour un nouveau système de fixation des prix.
Angélique Schaller
l * UFC Que Choisir, Médecins du monde, Médecins sans frontière, la Ligue nationale contre le cancer, France assos santé, Aides, Prescrire et l’association de chercheurs Universités Alliées pour les Médicaments essentiels.