Fil info
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y
08:29 d'agriculture - -Vienne : Quel président à la Chambre d'agriculture après Jean-Marie Delage?… https://t.co/Oh7SMjFZsO
08:26 # - -Vienne : 16e recensement, décollage imminent -> https://t.co/t7mV3P91WF
07:58France : Les Steva veulent du concret -> https://t.co/rA8Xgxx9HC
07:46Région : Un bon début d’année pour les ventes aux enchères -> https://t.co/pYOxVrUEUN
21:22Saint-Sulpice-le-Guérétois : Le travail du bois, une passion, un métier | L'Echo https://t.co/Vdq0ECnUrO via
20:52 Engendrer..
20:51 L’écologie n’a rien à voir avec tout ça !!! Vous ne savez rien de ce que peut engendré ce… https://t.co/W12hCtgkST
19:53Brive-la-Gaillarde : Solidaire est le Secours Populaire -> https://t.co/pmngsMMHRb
19:47 Le cri de soulagement du Patrimoine et de la biodiversité 🐾🌳🌍
19:08Indre : 258 millions d’euros pour un an -> https://t.co/3qu1tQJEnK
18:12Plus que jamais Président des Régions de France… https://t.co/cwZ8G394sk
17:52Dordogne : Le parti socialiste compte sur ses valeurs pour retrouver des couleurs -> https://t.co/x71S0Ovl7u
17:49Beynac-et-Cazenac : Déviation : le cri de colère des entreprises -> https://t.co/uEmRSQEDBv
17:28RT : Les agents des finances publiques ont protesté à Tulle contre 17 suppressions de postes en https://t.co/TebYxVnJE7
17:20RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
17:10Périgueux : Nouvelle saignée aux impôts -> https://t.co/fIsU0LOw5Y
16:54Sarlat-la-Canéda : A vos agendas 2019 -> https://t.co/hXvkLBbxtE
15:57RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
15:53Marsac-sur-l'Isle : Un salon de passionnés à l’ambition régionale -> https://t.co/PYalTw0ytJ
15:37Mérigny : Les seuils de l'Anglin arasés cette année -> https://t.co/UnmtKOBc0c
15:32Indre : Le photovoltaïque au centre des vœux -> https://t.co/xqPyrT2nf2
15:26RT : Pour conquérir le numérique, « La Marseillaise » a un besoin vital de votre soutien https://t.co/zsWebVd2tu

CFDT : et maintenant, quelle stratégie face à Macron ?

Je suis d’accord avec la ligne de Laurent (Berger) de vouloir négocier plutôt que de manifester. » La position exprimée par ce délégué a trouvé
un large écho parmi les participants au 49e congrès de la CFDT, qui s’est tenu à Rennes du 4 au 8 juin. Mais pour négocier il faut être au moins deux. Croyant devenir l’interlocuteur privilégié d’Emmanuel Macron, Laurent Berger essuie déconvenue sur déconvenue depuis un an. Ce qui s’était avéré possible sous le quinquennat de François Hollande ne l’est plus désormais tant le nouveau chef de l’Etat se plaît à contourner les corps intermédiaires. Ce revers interroge sur la stratégie de la CFDT. C’est d’ailleurs l’une « des questions qui a été posée au congrès et à laquelle il n’y a pas de réponse manifeste », relève Jean-Marie Pernot, chercheur en Sciences politiques et spécialiste des mouvements sociaux. Pour lui, la stratégie retenue par la CFDT est problématique et peut être qualifiée de « dépendante » dans la mesure où elle est fonction de « l’attention que veulent bien lui porter ses interlocuteurs, que ce soit le patronat ou le gouvernement ». Or si « ce gouvernement refuse la discussion,
c’est une stratégie qui n’a pas de solution de repli ». A fortiori puisque la CFDT « ne veut pas descendre dans la rue ». Pour le moment, donc, la CDFT n’a pas trouvé « le moyen de peser sur le refus de discuter de Macron », estime le chercheur. Face à cette impasse, Laurent Berger a, dans son discours de clôture, incité le gouvernement à organiser un rendez-vous avec les partenaires sociaux en septembre, afin de « repartir sur de nouvelles bases ». Autrement dit, le mur auquel il se heurte n’a suscité aucun infléchissement de la ligne de l’organisation.
Syndicalisation en berne En témoignent les différentes consultations qui ont eu lieu lors du congrès. Le secrétaire général, en l’occurrence Laurent Berger, a été reconduit jeudi avec 94,42% des suffrages et la « résolution » – document qui fixe le programme des quatre années à venir – a été votée vendredi à 87,89%. Ce qui démontre « une certaine stabilité et un large consensus », souligne Jean-Marie Pernot. Ce qui fait de la CFDT « l’organisation la plus homogène » dans le paysage syndical français. Dans ce contexte, la centrale s’est notamment fixé l’objectif de devenir « numéro un » dans la Fonction publique, au terme des élections professionnelles qui se dérouleront en décembre. Et ce après avoir déjà ravi la première place à la CGT dans le privé en 2017. Or, relève, Jean-Marie Pernot « des délégués ont repris l’idée, que j’ai souvent formulée, que c’est plutôt la CGT qui est passée derrière, car la CFDT a en réalité très peu progressé ». Et s’il est une caractéristique qu’elle partage avec les autres organisations, c’est que « la syndicalisation n’y décolle pas ». A.M.