Fil info
16:47La fête de la citrouille bat son plein à Saint-Laurent. https://t.co/iv2XTiXvZq
16:21Lubersac : Rencontre émouvante des collégiens avec Robert Hébras -> https://t.co/N9Y5MvN4FI
16:04Le Lardin-Saint-Lazare : Lecta louche sur les fonds publics -> https://t.co/adGIjN6a26

Un 1er-Mai syndical en ordre dispersé

S'ils sont unis à la SNCF ou chez les fonctionnaires, les syndicats abordent le 1er-Mai en ordre dispersé, pour cause de positions irréconciliables sur la «convergence des luttes» prônée par la CGT.

Cette année, le 1er-Mai s'inscrit dans un contexte social très agité. Fonctionnaires, cheminots, retraités, salariés des Ehpad, de Carrefour, personnel d'Air France... Depuis le début de l'année, le mécontentement monte et les mobilisations se multiplient et le gouvernement ne veut rien entendre.
La mobilisation du 1er-Mai intervient d'ailleurs entre deux séquences de grève des cheminots contre la réforme de la SNCF, les 28 et 29 avril et les 3 et 4 mai. Chose rare, les syndicats font front commun chez les cheminots, comme d'ailleurs chez les fonctionnaires.
Une large intersyndicale est également à la manoeuvre dans le conflit à Air France. Mais l'unité ne s'étend pas aux confédérations.
Pour l'heure, il n'y a guère que Solidaires, syndicat non représentatif au niveau interprofessionnel, qui réponde aux appels cégétistes à une «convergence des luttes». CGT et Solidaires ont défilé ensemble le 19 avril et seront de nouveau côte à côte à l'occasion du 1er-Mai. A Paris, leur manifestation partira à 14h30 de la place de la Bastille, pour rejoindre la place d'Italie. Mais les autres syndicats sont plus réticents, voire totalement récalcitrants. La convergence des luttes n'est «pas la tasse de thé de la CFDT», selon son leader Laurent Berger. Estimant que ce mode d'action «ne permet jamais d'avoir des résultats concrets pour les travailleurs», son syndicat a dit «non» au 1er-Mai unitaire proposé par Philippe Martinez, son homologue de la CGT. Le syndicat réformiste organise, à la place, un «1er-Mai culturel et revendicatif » avec la CFTC et l'Unsa, autour de la diffusion en avant-première d'un film italien, «7 minuti», sur les ouvrières d'une usine textile.
«UNITÉ LA PLUS LARGE»
La CFE-CGC, quant à elle, n'organise pas d'événement pour le 1er-Mai. Selon son président, François Hommeril, la convergence des luttes «nuit à l'efficacité syndicale» et comporte «beaucoup trop de risques» de mélange des genres avec le politique. Reste FO, dont la position est en train d'évoluer. Le syndicat, qui a changé vendredi de chef, est au milieu du gué. Au cours de l'année écoulée, le
sortant, Jean-Claude Mailly, rechignait à battre le pavé avec la CGT, mais son successeur, Pascal Pavageau, se montre plus ouvert. Il ne
manifestera pas avec la CGT le 1er Mai mais veut construire «l'unité la plus large» pour la suite. Il a indiqué que, «dès la semaine prochaine », il allait prendre contact avec ses homologues pour discuter d'une future «mobilisation interprofession- nelle», conformément au mandat que lui ont donné les militants de FO.
En attendant, M. Pavageau ne «s'affichera avec aucune autre organisation syndicale» pour le 1er-Mai et, s'il manifeste, ce sera avec ses «camarades FO». Certains seront pourtant aux côtés de la CGT demain, l'union régionale d'Ile-de-France (Urif) de Force ouvrière s'étant jointe à l'appel parisien.
MACRON ESPÈRE LA DISPERSION
Du côté de l'exécutif, Emmanuel Macron ne croit pas à une «coagulation » des «mécontentements» qui, selon lui, ont «peu à voir» entre eux. La mobilisation interprofessionnelle du 19 avril, à l'appel de la CGT, avait tout de même fait descendre plus de 100.000 personnes dans les rues de France. A Paris, les syndicats ne seront pas seuls à manifester ce mardi : le Mili (Mouvement inter luttes indépendant)
a lancé un appel général sur Facebook à «faire vivre une journée en enfer» à Emmanuel «Macron et son monde». Ce collectif «antifasciste et anticapitaliste », proche de l'extrême gauche, compte sur «la résonance internationale » du 50e anniversaire de Mai 68
pour drainer dans le cortège «des camarades venus des pays voisins». La dernière grande manifestation des cheminots du 22 mars avait vu des jeunes cagoulés, qui n’ont rien à voir avec les revendications des manifestants, s'en prendre aux vitrines d'agences
bancaires et de sociétés d'assurance. Bouteilles et pierres avaient également été lancées sur les CRS qui avaient répliqué par un canon à eau et des gaz lacrymogènes. L'an passé, le défilé du 1er mai av ait fait six blessés chez les policiers, dont l'un avait été très grièvement brûlé par un cocktail Molotov.