Fil info
22:44International : Gênes : 43 morts et la société d'autoroute en accusation -> https://t.co/otWSJ3qcDj
19:31Région : Aux côtés des réfugiés d’Obock... -> https://t.co/WxnDzgcEPz
19:30Région : Royaume du conte et des songes -> https://t.co/N4ghDOUNRo
19:25Périgueux : Le cheval dans toute sa beauté -> https://t.co/gIPyB1ZW11
19:22Beynac-et-Cazenac : Beynac, loin d’être un long fleuve tranquille -> https://t.co/IrNMtWn7r6
19:21Châteauroux : Transformer sa cuisine en salle de bains pour prendre soin de soi -> https://t.co/f0OpnWPrUQ
19:19Lurais : Retour en images sur la fête des barques -> https://t.co/4h7FwoOeac
19:14Indre : Resf se mobilise en urgence -> https://t.co/Sy4uWepnRk
18:13Marquay : La Dame Blanche veille sur le château Puymartin -> https://t.co/BBm9yeMZSA
18:07Périgueux : 45 Périgourdins morts en martyrs -> https://t.co/qGLvgYqEz3
17:56Uzerche : Escale d’art sur la route d’Aurillac -> https://t.co/WS2LQfyqKF
16:36# # - -Vienne : La viande à l’heure médiévale -> https://t.co/ZYCV4VzVqj
16:33# # - -Vienne : Une semaine pour se perfectionner -> https://t.co/tjfypXvAre
16:15Lissac-sur-Couze : Le vin est à l’honneur pour un week-end -> https://t.co/EGnOupY8BO
13:51 Sans doute !!!
13:16 On à pas les mêmes oreilles. ..
11:58Creuse : De l'innovation aussi sur le territoire creusois | L'Echo https://t.co/gnC3tR1VCb via

Quartiers prioritaires : 5,5 millions de citoyens concernés

MARC VUILLEMOT. Président de l’association Ville & Banlieue, maire (PS) de La Seyne-sur-Mer (Var), l’élu commente les principales orientations du rapport Borloo remis hier au Premier ministre.

SOLIDARITÉ
Les grandes lignes du plan « Vivre ensemble - vivre en grand la République » ont été annoncées hier. Jean-Louis Borloo a été chargé
par le Président de la République de rédiger le rapport mais c’est un travail de plusieurs mois qui a associé des dizaines et des dizaines de maires, de responsables d’intercommunalités, de responsables associatifs, d’acteurs économiques et sociaux, commente Marc Vuillemot, maire de la Seyne et président de l’association Villes & Banlieue qui en explicite les principaux points. Verbatim.
Un « recrutement massif en alternance »
« La clé de voûte des 19 propositions est bien que tout soit mis en oeuvre pour créer les conditions de l’accès à l’insertion professionnelle pour le maximum des habitants des quartiers prioritaires. Car si l’on prend juste la tranche d’âge des moins de 25 ans, le chômage y est deux fois et demie supérieure à la moyenne nationale des moins de 25 ans. Rien que cet indicateur-là justifie que l’effort majeur engagé soit engagé là-dessus.
Relance de la rénovation urbaine A côté de ces mesures spécifiques dédiées particulièrement à la formation professionnelle, à l’insertion
professionnelle, à la création d’emplois, à l’implication du monde économique dans les territoires prioritaires, le reste n’est pas pour autant anecdotique. L’une des 19 propositions concerne par exemple la promotion de la pratique du sport. On pourrait considérer
qu’il s’agit de loisir, mais non. Car on y voit aussi le fait que dans une pratique sportive, on apprend des savoir-être nécessaires à l’insertion professionnelle, le respect de règles, de codes, le respect de l’adversaire, la coopération... Tout ça concourt à l’objectif majeur qu’est l’emploi comme parti pris de la recherche d’un équilibre visant à ce que 8 à 10% de nos concitoyens ne regardent pas passer le train de la République. »
« On a connu de belles aventures avec le programme de rénovation urbaine de première génération, commencé à être mis en oeuvre en 2005, 2006, 2007, et qui se termine aujourd’hui.
C’est le cas chez nous à La Seyne. Il a permis d’agir sur l’infrastructurel, c’est-à-dire sur l’habitat avec la construction-démolition, sur les équipements publics. Et ce, pas uniquement au bénéfice des gens des quartiers d’ailleurs. A La Seyne, 60% qui sont abonnés à la médiathèque Andrée-Chedid n’habitent pas le quartier Berthe, et parmi eux 20% logent dans d’autres communes. C’est du coup un moyen de changer le regard que les non-habitants des quartiers prioritaires posent sur ces derniers mais aussi de changer l’image qu’ont d’eux-mêmes les habitants de nos quartiers populaires urbains. Le programme a aussi agi structurellement sur la déghettoïsation géographique en ouvrant les quartiers, en barrant des organisations urbaines qui faisaient qu’ils étaient déconnectés, stigmatisés même. Ca a bien fonctionné, des moyens considérables ont été engagés. Il a donc été décidé de lancer une saison 2 avec un nouveau programme. Cela fait quatre ans et cela fait quatre ans qu’on attend que la tirelire collective de l’Etat, des collectivités, des bailleurs sociaux, de la Caisse des dépôts et consignations, etc. se remplisse. A ce jour ce n’est pas le cas.
Il faut agir car il y a urgence. Aujourd’hui, dans bien des endroits, lorsque la République disparaît, certains, qui ne l’aiment pas, se chargent d’occuper le terrain. Ceux-là peuvent amener à du communautarisme, à de la radicalisation religieuse, et ça c’est plus grave encore que de ne pas être présent du tout. »
Ecole : émergence de « cités éducatives »
« Pour les enfants et adolescents de familles qui n’ont pas tiré parti de l’école, la co-éducation est nécessaire, entre enseignants, acteurs du périscolaire, éducateurs, animateurs culturels et parents. Il est important, pour ceux qui n’arrivent pas à jouer leur rôle, de simplifier la relation entre les bénéficiaires de l’école et tous ces autres co-éducateurs.
Les enfants et adolescents doivent pouvoir mesurer l’engagement de la puissance publique et associative, de leur famille, qui coopèrent,
qui font le « pack » comme dirait Hubert Falco [maire de Toulon, ndlr]. Afin de créer les conditions pour qu’ils tirent parti des apprentissages scolaires, mais pas seulement, de savoir-être aussi qui sont nécessaires en amont de toute perspective d’insertion professionnelle.
Le calendrier est terrible en ce moment : le jour même où le ministre de l’Education nationale explique qu’il faut revenir aux fondamentaux, nous tous nous disons oui bien sûr il faut ça, mais il faut également que l’école se rouvre sur son environnement, admette qu’avec les professeurs d’autres adultes peuvent travailler dans l’intérêt de l’enfant, qu’il puisse y avoir des espaces de médiation entre l’école et le quartier. gParce que ce n’est pas Relance de la rénovation urbaine facile pour les parents de rentrer dans l’école lorsqu’ils ont peur de s’entendre dire "Votre enfant ne travaille pas bien, vous ne l’aidez pas comme il faut". C’est un des chantiers essentiels du plan. »
Mobilisation de 48 milliards « On a effectivement besoin de 48 milliards d’euros pour ce plan. Mais pas la semaine prochaine... Si l’on estime qu’il doit se mettre en oeuvre sur dix ans, cela fait 5 milliards d’euros par an à l’échelle d’une nation dont 5,5 des 65 millions d’habitants ont besoin que la fraternité républicaine, inscrite au fronton de nos édifices publics, s’exerce. C’est que dalle si on ramène ce chiffre par exemple aux 90 milliards d’euros pour le CICE. Si la France n’est pas capable de trouver 50 milliards d’euros pour éviter que 8 à 10% des enfants de la République ne restent sur le quai, elle devra avoir honte d’elle-même. »
Recueilli par Agnès Masseï

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.