Fil info
20:43Corrèze : Le Melting Potes : Elles hissent haut le pavillon ! -> https://t.co/LcTIFci7J8
19:44Indre : Amapola en résidence à la maisonnette de la Culture -> https://t.co/jPZlJWnpo6
19:30Indre : La municipalité ouvre ses données au public -> https://t.co/aJvUnTijxp
18:06Daniel Taboury, auteur creusois, dédicacera son nouveau roman "De retour" à la librairie "Les belles images" samedi… https://t.co/f3wld9d9Dl
17:51Dordogne : LA Coordination rurale part à la défense des éleveurs -> https://t.co/h2EkFENUbR
17:50Bergerac : Plan de redressement financier pour l’hôpital de Bergerac -> https://t.co/mGMEJxMsvC
17:47Bergerac : L’hôpital ne soigne pas la précarité de ses agents, bien au contraire -> https://t.co/5N3Xmk7Dgk
17:04RT : Anthony Boursaud chute sur le Dakar, blessé au poignet, le jeune motard de Boussac est contraint à l'abandon après… https://t.co/3fFcFiIIAf
16:57Carsac-Aillac : Du grain à moudre pour l’APAM -> https://t.co/OE8a51K3C8
16:54Sarlat-la-Canéda : Une activité très soutenue -> https://t.co/x8ElNQYecH
16:44RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:42RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:24France : Grand débat, les maires ne lâchent rien -> https://t.co/CsjYxze9uk
16:11RT : En tous cas il y en a certains qui ont sacrément bien réussi leur , surtout depuis que Macron leur… https://t.co/KoqH6OhKNX
16:09Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:09Valençay : Les vœux et les espoirs du directeur du centre hospitalier -> https://t.co/QlWIg7NCEP
16:08RT : Primes en liquide : Claude Guéant définitivement condamné à un an ferme https://t.co/JXVuXuhV92 https://t.co/yFsTtmoorz
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y
08:29 d'agriculture - -Vienne : Quel président à la Chambre d'agriculture après Jean-Marie Delage?… https://t.co/Oh7SMjFZsO
08:26 # - -Vienne : 16e recensement, décollage imminent -> https://t.co/t7mV3P91WF
07:58France : Les Steva veulent du concret -> https://t.co/rA8Xgxx9HC
07:46Région : Un bon début d’année pour les ventes aux enchères -> https://t.co/pYOxVrUEUN

Quartiers prioritaires : 5,5 millions de citoyens concernés

MARC VUILLEMOT. Président de l’association Ville & Banlieue, maire (PS) de La Seyne-sur-Mer (Var), l’élu commente les principales orientations du rapport Borloo remis hier au Premier ministre.

SOLIDARITÉ
Les grandes lignes du plan « Vivre ensemble - vivre en grand la République » ont été annoncées hier. Jean-Louis Borloo a été chargé
par le Président de la République de rédiger le rapport mais c’est un travail de plusieurs mois qui a associé des dizaines et des dizaines de maires, de responsables d’intercommunalités, de responsables associatifs, d’acteurs économiques et sociaux, commente Marc Vuillemot, maire de la Seyne et président de l’association Villes & Banlieue qui en explicite les principaux points. Verbatim.
Un « recrutement massif en alternance »
« La clé de voûte des 19 propositions est bien que tout soit mis en oeuvre pour créer les conditions de l’accès à l’insertion professionnelle pour le maximum des habitants des quartiers prioritaires. Car si l’on prend juste la tranche d’âge des moins de 25 ans, le chômage y est deux fois et demie supérieure à la moyenne nationale des moins de 25 ans. Rien que cet indicateur-là justifie que l’effort majeur engagé soit engagé là-dessus.
Relance de la rénovation urbaine A côté de ces mesures spécifiques dédiées particulièrement à la formation professionnelle, à l’insertion
professionnelle, à la création d’emplois, à l’implication du monde économique dans les territoires prioritaires, le reste n’est pas pour autant anecdotique. L’une des 19 propositions concerne par exemple la promotion de la pratique du sport. On pourrait considérer
qu’il s’agit de loisir, mais non. Car on y voit aussi le fait que dans une pratique sportive, on apprend des savoir-être nécessaires à l’insertion professionnelle, le respect de règles, de codes, le respect de l’adversaire, la coopération... Tout ça concourt à l’objectif majeur qu’est l’emploi comme parti pris de la recherche d’un équilibre visant à ce que 8 à 10% de nos concitoyens ne regardent pas passer le train de la République. »
« On a connu de belles aventures avec le programme de rénovation urbaine de première génération, commencé à être mis en oeuvre en 2005, 2006, 2007, et qui se termine aujourd’hui.
C’est le cas chez nous à La Seyne. Il a permis d’agir sur l’infrastructurel, c’est-à-dire sur l’habitat avec la construction-démolition, sur les équipements publics. Et ce, pas uniquement au bénéfice des gens des quartiers d’ailleurs. A La Seyne, 60% qui sont abonnés à la médiathèque Andrée-Chedid n’habitent pas le quartier Berthe, et parmi eux 20% logent dans d’autres communes. C’est du coup un moyen de changer le regard que les non-habitants des quartiers prioritaires posent sur ces derniers mais aussi de changer l’image qu’ont d’eux-mêmes les habitants de nos quartiers populaires urbains. Le programme a aussi agi structurellement sur la déghettoïsation géographique en ouvrant les quartiers, en barrant des organisations urbaines qui faisaient qu’ils étaient déconnectés, stigmatisés même. Ca a bien fonctionné, des moyens considérables ont été engagés. Il a donc été décidé de lancer une saison 2 avec un nouveau programme. Cela fait quatre ans et cela fait quatre ans qu’on attend que la tirelire collective de l’Etat, des collectivités, des bailleurs sociaux, de la Caisse des dépôts et consignations, etc. se remplisse. A ce jour ce n’est pas le cas.
Il faut agir car il y a urgence. Aujourd’hui, dans bien des endroits, lorsque la République disparaît, certains, qui ne l’aiment pas, se chargent d’occuper le terrain. Ceux-là peuvent amener à du communautarisme, à de la radicalisation religieuse, et ça c’est plus grave encore que de ne pas être présent du tout. »
Ecole : émergence de « cités éducatives »
« Pour les enfants et adolescents de familles qui n’ont pas tiré parti de l’école, la co-éducation est nécessaire, entre enseignants, acteurs du périscolaire, éducateurs, animateurs culturels et parents. Il est important, pour ceux qui n’arrivent pas à jouer leur rôle, de simplifier la relation entre les bénéficiaires de l’école et tous ces autres co-éducateurs.
Les enfants et adolescents doivent pouvoir mesurer l’engagement de la puissance publique et associative, de leur famille, qui coopèrent,
qui font le « pack » comme dirait Hubert Falco [maire de Toulon, ndlr]. Afin de créer les conditions pour qu’ils tirent parti des apprentissages scolaires, mais pas seulement, de savoir-être aussi qui sont nécessaires en amont de toute perspective d’insertion professionnelle.
Le calendrier est terrible en ce moment : le jour même où le ministre de l’Education nationale explique qu’il faut revenir aux fondamentaux, nous tous nous disons oui bien sûr il faut ça, mais il faut également que l’école se rouvre sur son environnement, admette qu’avec les professeurs d’autres adultes peuvent travailler dans l’intérêt de l’enfant, qu’il puisse y avoir des espaces de médiation entre l’école et le quartier. gParce que ce n’est pas Relance de la rénovation urbaine facile pour les parents de rentrer dans l’école lorsqu’ils ont peur de s’entendre dire "Votre enfant ne travaille pas bien, vous ne l’aidez pas comme il faut". C’est un des chantiers essentiels du plan. »
Mobilisation de 48 milliards « On a effectivement besoin de 48 milliards d’euros pour ce plan. Mais pas la semaine prochaine... Si l’on estime qu’il doit se mettre en oeuvre sur dix ans, cela fait 5 milliards d’euros par an à l’échelle d’une nation dont 5,5 des 65 millions d’habitants ont besoin que la fraternité républicaine, inscrite au fronton de nos édifices publics, s’exerce. C’est que dalle si on ramène ce chiffre par exemple aux 90 milliards d’euros pour le CICE. Si la France n’est pas capable de trouver 50 milliards d’euros pour éviter que 8 à 10% des enfants de la République ne restent sur le quai, elle devra avoir honte d’elle-même. »
Recueilli par Agnès Masseï