Fil info
01:11 DESDE SALUDOS A Y A TODOS LOS COMPAÑEROS LUCHADORES DE… https://t.co/FZrMHxRNmM
23:17Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes | L'Echo https://t.co/txBydPUZxh via
23:11Basket : Les dés sont jetés -> https://t.co/S9nwin3FrL
23:09Football : Et Mboné surgit… -> https://t.co/dHlUp7oKmN
19:34Châteauroux : La rectrice auprès des tous petits -> https://t.co/X4UdYiXwuo
19:32Indre : La couveuse : un dispositif qui a fait ses preuves -> https://t.co/KeDoShBSY7
19:31Châteauroux : Des travaux à la résidence des Rives de l’Indre -> https://t.co/hoFMaELL8E
18:52RT : Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
18:36Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
16:41Saint-Barthélemy-de-Bellegarde : Le pastolarisme en exemple -> https://t.co/WTVlHIibwi
16:29Sarlat-la-Canéda : Vers de nouvelles modalités de collecte -> https://t.co/LKSm8QZgRn
15:14RT : Les salariés de Carrefour se battent pour une revalorisation de leurs salaires : « On ne vit pas, on survit »… https://t.co/u0GCFAwa2q
15:07Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes -> https://t.co/fHGJLF3bLu
15:06Périgueux : La permanence du député Philippe Chassaing vandalisée -> https://t.co/DFIpWtOj4F
15:00Dordogne : Un bol d’air financier pour la Semitour qui veut voir plus loin -> https://t.co/8U8VMDUtrp
14:58Dordogne : L’école pour tous les enfants -> https://t.co/0aqEHYICp3
14:32Bergerac : Cheminots et retraités s’invitent à la permanence En Marche -> https://t.co/XINzPaf5J6
13:56Vous souhaitez devenir partenaire du ! Contactez nous via Gael Champier ou Michel Bremont https://t.co/42ZRHT1UBH
11:08Bergerac : CAB : les deux points de hausse fiscale définitivement entérinés -> https://t.co/6s7DbBAq0r
11:05Mérinchal : prévention du risque routier et aide à la conduite Le département de la Creuse, la conférence des finan… https://t.co/qMg9uuj0K1

Les mirages des miracles ferrés allemand et anglais

TRANSPORT. Service, tarif, ponctualité, finances publiques : il est faux de dire que les chemins de fer allemand et britannique fonctionnent mieux après la libéralisation.

LIBÉRALISATION
« Cette réforme, les Allemands ont à peu près fait la même. Regardez ce qu’il s’est passé avec le recul. Meilleur service, plus de gens qui prennent le train, et plus de petites lignes ». Dans son allocution télévisée, Emmanuel Macron s’est encore une fois référé à l’Allemagne pour justifier le bien-fondé de la libéralisation du rail. Mais ce type d’arguments n’engage que ceux qui les croient comme le montre la derrière note des Economistes atterrés sur le sujet.
Plus de gens qui prennent le train ? 90 milliards de passagers.km (c’est l’unité de mesure) en 2016 en Allemagne selon Eurostats, 87 milliards pour la France selon l’Arafer (Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières) sachant qu’il y a 82 millions d’Allemands et 66 millions de Français… « Les comparaisons sont d’emblée dévoyées par l’attachement culturel que les Allemands ont au train, culture n’ayant rien à voir avec la libéralisation » commente Léo Charles, un des auteurs de la note des Economistes atterrés, « de plus les chiffres ne font pas état de différences flagrantes, la tendance pouvant même être inversée si on prend en compte la population ».
Angleterre : le prix moyen des billets a augmenté de 117% entre 1995 et 2015 Meilleur service ? « Sur les grandes lignes où l’opérateur historique, la Deutsche Bahn (DB), est en quasi-monopole, un train sur quatre est en retard » assure Léo Charles. Pas mieux du côté du Royaume-Uni qui a aussi joué le jeu libéral et est également montré en exemple. « Quand on compare les 20 années de service public de la British Rail aux 19 ans effectués sous égide privés, il apparaît que les trains publics étaient plus ponctuels que les trains privés » est-il écrit dans la note des Economistes atterrés.
Quant aux tarifs, le rapport Rebuilding rail affirme que l’augmentation du prix moyen des billets a été de 117 % entre 1995 et 2015 et que l’abonnement des salariés au progressé de 27 % depuis 2010. Des hausses vertigineuses qui ont poussé le TUC - fédération de 71 syndicats britanniques - a creusé la question et en conclure que les salariés Britanniques consacrent 14 % de leur revenu au déplacement domicile-travail. Soit sept fois plus que les Français.
Même après la libéralisation, les Länders allemands dépensent deux fois plus que les régions françaises La note des Economistes atterrés ne se résume pas au service mais interroge aussi tous les arguments mis en avant par le gouvernement pour justifier sa réforme.
Moins cher pour les finances publiques le transport ferré après libéralisation ? Faux. Les Länders allemands ont dépensé 8,2 milliards d’euros en 2017 pour le transport ferroviaire quand leur équivalent français - les Régions - en dépensaient 4,3 milliards.
« Loin d’avoir été allégées, les dépenses des Länders ont au contraire augmenté de 30 % par rapport à 1994 » commente l’économiste.
Au Royaume-Uni, l’État - et donc les contribuables - a dû récupérer le réseau pour assurer l’entretien non assuré par les privés
et ayant provoqué des accidents (Hatfield en 2000 et Potters Bar en 2002) en créant la Network Rail, compagnie publique à but non lucratif, et y consacrer des sommes non négligeables - 3,8 milliards de livres en 2013-2014. Mais il donne également de conséquentes subventions chaque année aux 25 entreprises qui se partagent le réseau - de 3,4 à 4,4 milliards de livres - certaines ayant même servi à rémunérer les actionnaires comme l’a révélé un article du Guardian en 2005.
De 3,4 à 4,4 milliards de livres de subventions annuelles aux entreprises privées au Royaume Uni « Le système est basé sur des concessions et chaque année, si les entreprises trouvent que la rentabilité n’est pas au rendez-vous, le gouvernement les subventionne pour les convaincre de rester.
Subventions qui comprennent également le financement du transport des personnels à statut, comme l’armée par exemple, ce qui en France est assuré au nom du service public » détaille Léo Charles avant de préciser : « aucun contrôle n’est réalisé quant à l’utilisation de ces subventions ».
Comment s’étonner au final que 60 % des Britanniques demandent une renationalisation complète du rail selon un sondage Yougov de janvier dernier ?
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.