Fil info
10:22 — 74ème commémoration de la bataille du Mont-Gargan en hommage aux maquisards tombés en juillet 1944. https://t.co/rlwvHIdZEi
17:11 — Saint-Hilaire-Luc : Ouverture du festival 1000 Sources -> https://t.co/zAIzfm0sk2

Hulot, ministre inutile

NUCLÉAIRE. Le ministre est incapable de répondre aux questions des députés sur la sûreté et sur la stratégie demandée par les ONG.

ANALYSE
Ministre potiche, Nicolas Hulot? La question se pose de plus en plus. C’est un homme visiblement gêné qui s’est présenté hier devant la commission Environnement de l’Assemblée nationale qui se livre à une enquête sur la sûreté des installations nucléaires. Gêné car pas en capacité de donner beaucoup de réponses aux questions qui lui sont posées. La présidente, Barbara Pompili, ex-EELV devenue LREM, lui fait en effet part des difficultés rencontrées par les députés enquêteurs à obtenir des informations : «On nous répond quasi systématiquement : on a vérifié, c’est bon. » Si elle comprend « la nécessité de garder le secret sur des dispositifs pour éviter de donner des armes à nos ennemis », elle estime cependant que le manque d’informations va conduire la mission « dans une impasse démocratique » faute de laisser « la représentation nationale vérifier et se faire son avis ». Et de demander explicitement « de l’aide ». Que lui répond le ministre ? « Ce n’est pas de mon ressort », « je vais plaider en ce sens mais ne peux pas augurer de la réponse ». Une réponse toute aussi molle est produite à la députée qui s’interroge sur les errements autour de l’EPR de Flamandville : « Considérez-vous que l’Agence de sûreté nucléaire a les moyens de travailler et peut le faire en toute indépendance ? » « Je ne peux pas le garantir », murmure Nicolas Hulot, reconnaissant que ce n’est « peut être pas ce qui est attendu d’un ministre ».
Pas plus de réponse à la nouvelle interpellation hier, des ONG environnementales qui lui ont pourtant demander de « sortir de [son] silence » à l’heure où se discute la programmation pluriannuelle de l’énergie. Si Nicolas Hulot a acté l’impossibilité d’atteindre les objectifs fixés par la loi sur la transition énergétique de 2015 concernant le nucléaire, il n’a depuis donné aucune nouvelle feuille de route. « On ne comprend pas qu’il ne réagisse pas », lâche Anne Bringault du Réseau action climat, ce dernier, associé au WWF et à la Fondation pour la nature et l’homme (ex-Hulot), rappelant que l’écologiste avait plusieurs fois souligné l’inaction du précédent gouvernement sur ce dossier.
A.S.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisĂ©e.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformĂ©es en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont Ă  la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.