Fil info
19:16Sarlat-la-Canéda : Un Molière d’honneur pour Sarlat -> https://t.co/GTrN9ukmA5
18:30Indre : L’industrie se gave pendant que les familles se serrent la ceinture -> https://t.co/vO98d9RAxH
18:24Châteauroux : La 95e foire-exposition fera voyager dans les îles -> https://t.co/O6XA4ju96q
18:23Périgueux : Le cluster veut donner un nouveau souffle à la ruralité -> https://t.co/XAj7MprWjA
18:21Indre : L’invitation au voyage du festival Debussy -> https://t.co/TVWX6LPytw
18:02Tulle : Les enfants au centre des soins -> https://t.co/9836Weaesr
17:10RT : Nous le sentons depuis plusieurs semaines maintenant, "il se passe vraiment quelque chose dans la campagne".Oui, on… https://t.co/FCOKNl9cBK
17:10RT : La commune de Saint-Sulpice-les-Feuilles en reçoit aujourd'hui le label "Territoire Bio Engagé" de la… https://t.co/HSLTKhE37t
17:09RT : Les stars, ce sont les salariés d' qui se battent pour notre patrimoine commun face à ce gouvernement de vendeu… https://t.co/JDYHsYrFpJ
17:08RT : Il faut bien constater qu’il y a plus d’enthousiasme à rebâtir Notre-Dame qu’à restaurer la France. Les malheurs de… https://t.co/4nx5JBLbDs
17:07RT : « Les communistes ont la banane », « fait salle comble », « Une très belle campagne », « L’ambiance a c… https://t.co/3uhHeqkX34
17:06RT : 3 raisons de refuser la privatisation d'ADP : ➡️ Parce que c'est une infrastructure stratégique ➡️ Parce que l'en… https://t.co/EH8Sa56GJN
16:46# # - -sur-Benaize : Succès collectif de l’association de réinsertion Maximum -> https://t.co/CS5tCmzPWa
16:14# # - : Un budget 2019 ambitieux pour de gros investissements -> https://t.co/Uisl3akjYC
16:03Brive-la-Gaillarde : «Japon invisible» et secret révélé -> https://t.co/YmaSmd7RB7
15:47Rosnay : Le concours des « Prairies fleuries » 2019 est lancé ! -> https://t.co/NfhcnVQF3i
15:46Indre : Chez les Aupetit-Dubois, à la Ménardière, on chassera les œufs lundi -> https://t.co/jW79Huwgh8
15:44Indre : Une carte datant de 1810 a été retrouvée -> https://t.co/QLfSbhbOw7
10:37Une belle journée qui débute, avant / 3 pts obligatoires!!! https://t.co/L0p2K8RCJ9
10:33Bergerac : Inondations : ce long travail de reconstruction -> https://t.co/nHzzdIqevc
08:11"Carmen et Emilio au cœur de la Résistance" Sur les traces d’un couple uni par l’amour et la Résistance | Cc… https://t.co/bPKK5AYDZW
08:04Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/DzoIRucIyO via
07:43# # - : Des ateliers théâtre pour dénoncer les discriminations -> https://t.co/wSDc1sHdb1
07:39Région : Sur les traces d’un couple uni par l’amour et la Résistance -> https://t.co/2s1mO4Uapx

Des cheminots mobilisés pour faire avancer une autre idée du rail

SOCIAL. Depuis lundi soir, les agents de la SNCF sont en grève et entament un bras de fer avec le gouvernement qui veut imposer une réforme ouvrant grand la porte à la concurrence et à la privatisation.

TRANSPORTS
Les cheminots qui ont débuté hier soir une grève au long cours sont contre la réforme de la SNCF proposée par le gouvernement estimant qu’elle ne permettra par d’améliorer un réseau et un service ferré abandonnés par l’État depuis plusieurs années afin de lui donner la mesure qui devrait être la sienne, tant pour réduire les fractures territoriales que relever les défis de la transition énergétique ; sachant que le train est un des modes de transport les moins polluants.
Que les options avancées par la ministre des Transports Elisabeth Borne ne sont pas non plus efficaces pour régler la question de la dette. Que l’approche comptable du Premier ministre Edouard Philippe, qui veut faire baisser les coûts de 30 %, ne saurait être effective.
Cependant, ces salariés grévistes et leurs soutiens ne sont pas non plus pour le statut quo comme tend à le faire croire la communication gouvernementale en focalisant sur la question du statut qu’ils veulent préserver.
«Ensemble pour le fer»
La CGT Cheminot a en effet édité un document intitulé « ensemble pour le fer » où elle réalise tout d’abord une analyse critique de la situation actuelle où prédomine effectivement un statut quo, mais un « statut quo libéral ». Le syndicat explique la manière dont l’entreprise s’est cachée une façade « d’opérateur public intégré » pour en fait déployer un « groupe commercial internationalisé», où des millions ont été investis non pour développer le réseau ferré français mais pour développer des filiales routières en interne ou acheter des entreprises étrangères. Mais surtout, la CGT propose des pistes alternatives pour améliorer et développer le service public ferré, « un mode de transport économique », qui permettrait de « relever concrètement les défis environnementaux
», d’assurer «une autre conception de l’aménagement du territoire » et présente « un atout pour de nouvelles ambitions industrielles».
« Ensemble pour le fer », propose également des éléments pour trouver les financements nécessaires au développement de la SNCF comme le fléchage de la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (ICPE) pour le financement des infrastructures, la création d’un versement transport additionnel pour les Régions ou la renationalisation des autoroutes.
Certains de ces arguments se retrouvent également dans le contre-projet proposé par les communistes qui ont été reçus la semaine dernière par Elisabeth Borne. « Nous avons exposé nos propositions à la ministre et nous l’avons sentie en difficulté sur la question de la dette. Elle nous a dit que des annonces seraient faites sur ce point, mais pour le moment, il n’y a toujours rien de précis » a commenté Pierre Laurent, secrétaire national du PCF. Il propose notamment la reprise de la dette de la SNCF par la Caisse des dépôts et des banques « à taux zéro », puis par la BCE, ou encore « la création d’un livret épargne transports pour que l’épargne populaire aille vers le transport public », « la renationalisation des autoroutes... ». «Nous sentons que la pression qui s’exerce dans le pays, la mobilisation des cheminots, les manifestations de la semaine dernière, commencent à avoir du poids et nous parlementaires, et le Parti Communiste, serons très actifs dans les semaines à venir pour continuer à porter en amont des contre-propositions au projet gouvernemental » précise Pierre Laurent. Et pendant le débat parlementaire qui débutera le 9 avril.
A.S. Avec AFP