Fil info
22:08Alors que les inquiétudes pèsent quant à l’éloignement programmé du tribunal des justiciables, les justiciables lam… https://t.co/1cP3nMndcy
21:26Tulle : La Ville de demain s’imagine avec Minecraft -> https://t.co/vePlPqyR7I
18:32Indre : Tea time au lycée pour améliorer son anglais -> https://t.co/vraNnZkLtM
17:47RT : Pour la plus belle gare de France, Limoges Bénédictins est en demi-finale contre Tours.
17:33Châteauroux : Saint-Denis : une agence postale à la place du relais, c’est non ! -> https://t.co/V8k36YqyKJ
17:25Bergerac : Journée d’actions de la CGT pour répondre aux urgences sociales -> https://t.co/64rAHkuja0
17:02Pour la plus belle gare de France, Limoges Bénédictins est en demi-finale contre Tours.
17:02Région : Nécrologie: Bernard ! On ne t’oubliera pas | L'Echo https://t.co/dcs9Bd6WWI via
16:59Terrasson-Lavilledieu : Une Sainte Barbe honorée -> https://t.co/zwRpB3tRpg
16:57Sarlat-la-Canéda : La procédure est enclenchée pour la déviation nord -> https://t.co/as1w695VE9
15:51Périgueux : « C’est Macron qui nous a assassinés » -> https://t.co/jkMKeOtuJL
15:47Saint-Aquilin : Une gestion à construire -> https://t.co/XlwvXAoJWi
15:09Région : Bernard Defaix n'est plus -> https://t.co/RJY6Gz1Rey
11:47 grève TER annoncée
11:39Grève demain : service minimum d’accueil à Limoges au centre de loisirs de Beaublanc, (103, avenue Montjovis). Les… https://t.co/7h0Q7QBTrQ
11:21RT : samedi, les portes de la mairie seront ouvertes afin de recueillir les doléances des citoyens dans le cadre… https://t.co/l8hDVb1XtL
11:19 samedi, les portes de la mairie seront ouvertes afin de recueillir les doléances des citoyens dans le cadre… https://t.co/l8hDVb1XtL
09:42 municipal # - : Le budget au menu du conseil municipal -> https://t.co/uXpp5REBJs
09:40 - -Vienne : La gronde des avocats ne faiblit pas -> https://t.co/zuQybNTTMu
09:37 jaunes - -Vienne : Pugilat entre Gilets jaunes -> https://t.co/wdSoZ3IEon
09:34Région : A qui appartient «La Joconde des Ferrari ?» -> https://t.co/lKIiTbKgch
08:08RT : Les aides publiques aux entreprises privées, c’est 200 milliards d’euros ! Les grands groupes encaissent ces sommes… https://t.co/HNYWv1ZlJv

L'affaire Seznec relancée après la découverte de deux os humains

ÉNIGME JUDICIAIRE. Sans preuves, Guillaume Seznec avait été condamné au bagne à perpétuité en 1924 pour le meurtre de Pierre Quémeneur, conseiller général du Finistère. L'enquête pourrait être rouverte sous peu.

MORLAIX (29)
Près d'un siècle après la disparition de Pierre Quémeneur, la découverte de deux os humains, lors de fouilles dans l'ancienne maison de la famille Seznec à Morlaix (Finistère), a relancé une des plus retentissantes énigmes judiciaires en France.
Sans preuves et sans aveux, Guillaume Seznec a été condamné en 1924 au bagne à perpétuité pour le meurtre un an plus tôt de Pierre Quémeneur, conseiller général du Finistère avec lequel il était associé en affaires, ainsi que pour des faux en écriture. Mais le corps de Quémeneur n'a jamais été retrouvé.
C'est pour tenter d'élucider cette énigme qu'un ancien avocat de la famille, Denis Langlois, et l'auteur d'un livre sur l'affaire, Bertrand Vilain, ont lancé des fouilles « privées » dans l'ancienne maison des Seznec où l'élu aurait en fait été tué involontairement par l'épouse du condamné, selon eux.
Les fouilles effectuées dans un ancien cellier ont livré un premier résultat samedi : un os humain a été découvert, « peut-être une tête de fémur
», selon le procureur de Brest Philippe Récappé. « Une photo en a été prise » et « a été transmise au médecin légiste », a assuré le procureur. Un autre fragment d'os a été retrouvé hier, cette fois par les enquêteurs de la police qui ont pris le relais après les premières découvertes. La PJ de Rennes a été saisie de l'enquête.
Avant de repartir vers 16h hier, les enquêteurs ont mis des scellés sur la maison avec les mentions : « lieu de recherche des causes de la mort » et « découverte de deux fragments d'os et une pipe ». « Il y aura d'autres choses. On s'attendait à faire des découvertes à un mètre de profondeur et on trouve à la surface », a déclaré à l'AFP Bertrand Vilain, qui est l'un des initiateurs des fouilles. « On avait une information solide, un témoignage précieux. On n'a pas creusé au hasard ».
Ces nouvelles recherches sont motivées par la révélation, dans un ouvrage de Denis Langlois paru en 2015, du témoignage inédit d'un des enfants du couple Seznec, âgé de 11 ans au moment des faits. Il a été enregistré en 1978 par l'un de ses neveux. En ce jour ensoleillé de mai 1923, « Petit-Guillaume » raconte avoir entendu sa mère repousser les avances d'un certain « Pierre », puis avoir vu Quémeneur par terre et sa mère debout devant lui. « Je crois qu'elle a dû se défendre et le frapper à la tête », racontait-t-il, selon le récit qu'en a fait Denis Langlois dans « Pour en finir avec l'affaire Seznec ».
Mort en 1982, « Petit-Guillaume » a livré ce témoignage au soir de sa vie. Quant à Denis Langlois, il l'a conservé pendant plus de 35 ans.
« L'hypothèse sur laquelle nous travaillons c'est que Pierre Quémeneur aurait tenté d'abuser » de l'épouse de Seznec qui « se serait défendue
en le frappant avec un candélabre », a expliqué dimanche à l'AFP Bertrand Vilain.
Si les nouvelles fouilles corroborent le témoignage de « Petit-Guillaume », une procédure de révision du procès de Seznec devrait être mise en route. Depuis 1924, quatorze demandes en révision du procès ont été rejetées, la dernière en 2006. AFP