Fil info
18:42 en Corrèze aussi c est l Amérique 😉 je la love tro… https://t.co/RlpTUeHwyu
16:14RT : ⚠️ Le département est placé en ⚡️ Soyez prudents dans vos activités extérieures et vos déplacements… https://t.co/ADlGXECG2w

Perturbateurs endocriniens : un rapport choc

SANTÉ

La France a déjà capitulé au niveau européen sur les perturbateurs endocriniens.
Un rapport déplore vendredi le tarissement des financements pour la recherche et la médiocrité des surveillances.
Ils sont dans les jouets ou dans les produits cosmétiques, dans les pesticides vaporisés sur les fruits ou les emballages plastiques, dans les gels douches ou les textiles… Les perturbateurs endocriniens : des substances chimiques capables d’interférer avec le système hormonal, de contaminer aussi bien l’environnement que les organismes humains.
Vendredi, le Monde a divulgué un rapport remis en janvier au gouvernement, réalisé par trois institutions : l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), le Conseil général de l’environnement et du développement durable et le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux. Un rapport qui dit explicitement que « un certain nombre d’affections de la santé humaine sont aujourd’hui suspectées
d’être la conséquence d’une exposition aux PE : baisse de la qualité du sperme, augmentation de la fréquence d’anomalies du développement
des organes ou de la fonction de reproduction, abaissement de l’âge de la puberté, détaille le rapport. Le rôle des PE est aussi suspecté dans la survenue de certains cancers hormonodépendants, ainsi que des cas de diabète de type 2, d’obésité ou d’autisme ».
Un rapport qui se penche également sur le plan national mis en oeuvre depuis 2014, qui a le mérite d’être une des rares démarches menées dans ce sens au niveau européen, avec celles de la Suède et du Danemark. Si ce plan a donné « des résultats positifs », le rapport estime cependant que ces résultats « restent le plus souvent à amplifier ». Et les auteurs de s’alarmer notamment du « tarissement des crédits » affectés à la recherche et de la médiocrité des surveillances des sols et de l’air. Et d’appeler à une montée en puissance précisant qu’il en va de « la crédibilité
des pouvoirs publics », crédibilité déjà très entamée à l’échelon européen qui, selon les auteurs, n’a pas pris « la mesure du problème ».
A.S.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.