Fil info
07:57 — # # - -Vienne : LO, le camp des travailleurs... toujours -> https://t.co/Mow1BrQjOq
07:55 — Région : Pour une meilleure prise en charge des personnes âgées -> https://t.co/71261YTkIZ
07:53 — Région : Gérard Vandebroucke; une idée certaine de l’intérêt public -> https://t.co/C3WlEXELUP
07:50 — Région : Ian Brossat: les Européennes, un enjeu de proximité -> https://t.co/k9t4XVAG7O
19:45 — Indre : Les Gilets jaunes ont convergé vers Le Blanc, samedi -> https://t.co/bfiI9kPhuJ
19:42 — Indre : Le Racc a tenu une mi-temps -> https://t.co/e0v3QT3nb0
19:38 — Indre : Déols élimine Le Poinçonnet -> https://t.co/7tbb3lRMVx
19:18 — Sarlat-la-Canéda : Sarlat « Jaune » de monde -> https://t.co/COjSLlHXwY
19:14 — Dordogne : Démonstration de force pour Beynac -> https://t.co/eTd39JRnkf
18:53 — Qui c'est qui a dit déjà sur une radio : "ferme ta gueule... Ferme ta gueule". On dédie ces mots à Valls
18:52 — RT : Ça vient donner des leçons sur l’antisémitisme mais ça manifeste avec l’extrême droite en Espagne. Honte à vous… https://t.co/7IfSLQYbA5
18:52 — RT : Je souhaite que la colère sociale s'exprime dans les urnes à l'occasion des élections européennes. sur… https://t.co/gbJfKNMXjg
18:51 — RT : Corrèze : Le syndicat CGT en progression dans la Fonction Publique -> https://t.co/00ty93koSo
18:38 — Périgueux : Les jeunes sapeurs-pompiers récompensés de leur engagement -> https://t.co/zYXMJsV5Tl
18:28 — Sarlat-la-Canéda : Les travaux du futur pôle culturel reprennent -> https://t.co/wyRlS6efVQ
17:54 — Corrèze : Le syndicat CGT en progression dans la Fonction Publique -> https://t.co/00ty93koSo
17:49 — Chameyrat : L’Agglo touchez pas à notre eau ! -> https://t.co/z0VQpuql6b
13:35 — Egletons : Un forum détecteur de profils | L'Echo https://t.co/RBvrrgS8xu via
13:31 — Corrèze : Surendettement : la précarité au cœur des dossiers | L'Echo https://t.co/ZZ7h4gSQOl via
13:29 — Tulle : Le téléfilm « Meurtre en Corrèze » recherche des figurants | L'Echo https://t.co/88Vf1RrDTa via

Le coup de pression des nationalistes

MANIFESTATION. « Déçus » par Paris, les dirigeants corses appellent les insulaires à manifester samedi à Ajaccio. Mais le ton du président de l'exécutif Gilles Simeoni se tempère avant la venue d’Emmanuel Macron.

CORSE
Ni « contre le gouvernement » ni « dans une logique de bras de fer » ou de « tension ». L’autonomiste Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de la Collectivité territoriale unique de Corse, a précisé vendredi l’état d’esprit qui est le sien à la veille de la manifestation qui doit se tenir le samedi 3 février à Ajaccio. « Ce n’est pas une manifestation contre le gouvernement, c’est une manifestation de mobilisation, qui s’inscrit aussi dans une logique d’espoir, dans une dynamique de changement profonde qui porte l’ensemble de la société
corse, qui ne vient pas seulement des nationalistes », a-t-il indiqué.
L’appel à investir la rue avait été lancé au lendemain de la rencontre, mi-janvier à Paris, des deux leaders nationalistes Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni avec le Premier ministre Edouard Philippe et le président du Sénat Gérard Larcher. Au terme de ces échanges, les élus insulaires avaient fait part d’une certaine irritation. « Après nos entretiens d’hier et d’aujourd’hui, notre conviction est faite : l’Etat refuse de reconnaître et de prendre en compte la dimension politique de la question corse. Dans ces conditions, nous appelons dans les prochains jours à la tenue d’une grande manifestation populaire », avait ainsi vivement réagi Gilles Simeoni à travers un Tweet.
Changement de ton, donc, alors que le Président de la République doit se rendre en Corse, le mardi 6 février, à l’occasion de la commémoration du vingtième anniversaire de l’assassinat du préfet Erignac à Ajaccio. La visite du chef de l’Etat se prolongera le lendemain et les dirigeants
corses espèrent visiblement trouver en lui un interlocuteur plus favorable à leurs revendications.
« Nous ne voulons pas nous retrouver dans une situation de blocage ou de crise politique. C’est la raison pour laquelle nous attendons beaucoup de la venue du Président de la République », a d’ailleurs commenté Gilles Simeoni.
« Spécificité »
Car, jusqu’ici, le dialogue réclamé par les nationalistes au soir de leur victoire en décembre dernier ne s’est pas, de leur point de vue, véritablement instauré. Ils estiment qu’il n’y a pas eu « pour l’instant de la part de l’Etat la volonté de dialogue, de signe tangible d’une volonté de prendre en compte le message des électeurs ».
Pour Gilles Simeoni, si des « blocages » demeurent quant à certains dossiers (co-officialité du corse, statut de résidant, question des prisonniers dits « politiques »), rien n’empêche de « discuter » sur d’autres points tels que la révision de la Constitution pour « consacrer la reconnaissance de la spécificité de la Corse », et de sujets relevant des domaines de la santé, du développement économique ou de la mise en oeuvre de la nouvelle collectivité.
Les nationalistes ont-ils entrevu une brèche dans les propos, mercredi dernier, du président LREM de l’Assemblée Nationale François de Rugy ? Celui-ci a en effet affirmé : « Il faut reconnaître la spécificité de la Corse, la Corse c’est une île, la Corse a une identité forte, a une langue
qui est encore parlée par beaucoup de monde. »
Reste à savoir ce qu’en dira Emmanuel Macron qui, pour l’heure, ne s’est pas exprimé sur la question.
A.M. avec AFP