Fil info
17:39Radio la Creuse, Radio France Creuse puis désormais France Bleu Creuse, voilà 35 ans que l’antenne creusoise du... https://t.co/2mJOK8AX2m

Fonction publique : boycott d’un rendez-vous ministériel

SYNDICATS

Les organisations – avec la même unité que le 10 octobre – ont refusé de participer au conseil commun qui devait examiner hier compensation de la hausse de la CSG et report du plan de revalorisation des carrières.
« Tous les syndicats » de la fonction publique (CGT, CFDT, FO, Unsa, FSU, Solidaires, CFE-CGC, CFTC et FA-FP) « portent l’idée qu’il faut au minimum infléchir » la position du gouvernement sur la compensation de la hausse de la CSG et sur le report d’un an du PPCR (Plan de revalorisation des carrières acté sous le gouvernement précédent, ndlr) mais ce dernier « semble avoir choisi l’affrontement », estime Jean-Marc Canon (CGT).
Face au silence quant à leurs revendications, les organisations syndicales ne se sont donc pas rendus à la réunion prévue hier avec leur ministre de tutelle Gérald Darmanin. Un rassemblement a en revanche eu lieu devant Bercy en signe de protestation.
« On attend toujours des réponses », a indiqué Mylène Jacquot (CFDT) qui a regretté que le gouvernement « n’aborde le sujet que sous l’angle budgétaire ».
« On revendique toujours deux choses : que 2018 ne soit pas une année blanche pour les agents », ce qui passe par « l’application du PPCR » et une compensation de la hausse de la CSG qui « redonne du pouvoir d’achat aux agents », comme l’avait promis le président Emmanuel Macron, a expliqué Luc Farré (Unsa). « On ne peut pas démarrer un quinquennat sans écouter les agents publics», a-t-il ajouté.
Pour Christian Grolier (FO) « les fonctionnaires ont suffisamment contribué » aux efforts sur la dépense publique avec le gel du point d’indice (qui sert au calcul de leur rémunération, ndlr) pendant six ans. Concernant la CSG, il demande que la prime compensatoire prévue par le gouvernement soit « calculée différemment et pérenne ».
« On donne une ultime chance au gouvernement de revoir sa copie », a averti Bernadette Groison (FSU) en déplorant elle aussi « des signaux très négatifs » envoyés aux agents.
Un nouveau conseil commun devrait être convoqué prochainement.
« On ne s’arrêtera pas là », a aussi prévenu M. Grolier.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.