Fil info
22:47France : Première visite officielle du président Weah à Paris -> https://t.co/4EZQy3fisd
22:46International : De noirs nuages sur la tête de « Bibi » -> https://t.co/066x1lQ4n4
22:44France : Répression et humanité : l’impossible « en même temps » -> https://t.co/SVtPgVu4To
22:42France : Droits de l’homme : défaillances des Etats et sursauts citoyens -> https://t.co/CEJBAm8h8q
21:15Indre : Yann enfin dans la vie active | L'Echo https://t.co/0m1kWNVDU4 via
21:15 Ils veulent du libéralisme la semaine et du protectionnisme le weekend. Qu’ils continuent à voter à droite
19:07Région : Les candidatures sont ouvertes -> https://t.co/XLsoavKXT6
18:59RT : [Solidarité] Plan ❄️ en : activation niveau 2. Températures ressenties très froides dans jours… https://t.co/9AW5vO4rKN
18:48Indre : La Confédération paysanne réfléchit à l’agriculture du futur -> https://t.co/LrL8iKiewP
18:25Dordogne : Les agriculteurs ne veulent pas d’accord avec le Mercosur -> https://t.co/tHCQF5s70I
18:23Dordogne : Quatre mois de prison ferme pour corruption de mineur -> https://t.co/KG7LKHwaR5
18:20RT : Conférence de presse dans les locaux de la Fédération du PCF de la Creuse. Avec un joli kit de communication !!! https://t.co/2ypFSVn06q
18:19RT : Région : Des parents d’autistes atterrés -> https://t.co/jNwQaO3T4V
17:17# # - : Villefavard sera «cité livre» le samedi 3 mars -> https://t.co/yQwdKvi9yt
17:15# # - : Soirée concert «La Grange hip hop» à Limoges le 28 avril -> https://t.co/w3IEtNTPbW
17:15# # - -Léonard-de-Noblat : Les sports plein air ont le vent en poupe -> https://t.co/QbzfB4xYa8
17:13# # - -Yrieix-la-Perche : La fin des marchés primés -> https://t.co/ZtCO4TZ80x
17:12# # - -Junien : Un trésor à découvrir au cœur de la collégiale -> https://t.co/t70YmK64bk
17:11# # - : La culture à la disposition de tous dans toute la Haute-Vienne -> https://t.co/kp8dCoEUw5
17:00# # - : Déblaiement, étaiement : ça avance -> https://t.co/Ty7Pdxt5da
16:59# # - : Une aide pour utiliser les outils informatiques -> https://t.co/bginwdt2rS
16:07Vézac : Pour le maintien des deux classes de Vézac -> https://t.co/qLwwpP83H9
14:46Bourbon Street (folk-blues) sera en concert vendredi 23 février au café littéraire à Limoges, à partir de 19 heures.
14:19Région : Des parents d’autistes atterrés -> https://t.co/jNwQaO3T4V
13:24RT : “ n'a aucun ancrage territorial. Les parlementaires LREM en marche n'ont alors aucune remontée du terrain,… https://t.co/SGPZhZgkuh
13:22RT : Entretien avec Laurent Brun secrétaire général de la : « Le rapport Spinetta enterre les petites lign… https://t.co/KzlHHNXdHj
13:21RT : À lire dans https://t.co/IRZZRXv2Ty
11:57Heureuse de te retrouver en compagnie de pour échanger sur les enjeux de la politique nati… https://t.co/37uyIPxzvy
11:57RT : « Il est aujourd’hui le président des riches » à lire dans l’. https://t.co/OgjVoL2ThL
11:52RT : À lire dans https://t.co/IRZZRXv2Ty
10:02À lire dans https://t.co/IRZZRXv2Ty

Une «bulle de repos» en Creuse

Sophrologie

Le corps n’est pas une machine», martèle Florence Parot, sophrologue depuis une dizaine d’années et qui a ouvert avec l’aide d’autres professionnels un centre des gestion et de prévention des burn-out en Creuse. Une première qui est amenée à se développer avec un vrai lieu de déconnexion «La bulle de repos» à La Serre-Bussière-Vieille dans la ferme familiale.
Le burn-out, Florence Parot le connaît bien. Elle en a fait un il y a une vingtaine d’années alors qu’elle n’avait que 23 ans. A l’époque, son médecin n’a pas parlé de burn-out mais l’a emmenée  vers la sophrologie. Elle a suivi des cours pendant un an. «ça a tout changé, j’ai appris à gérer mon stress, mes angoisses. Aller chercher des outils pour remonter la pente, c’est ce que m’a apporté la sophrologie», stipule Florence Parot. Petit à petit, elle a retrouvé sa force physique, morale et psychologique et a même pu reprendre le travail... tout en continuant la sophrologie.  Travaillant aux côtés de la direction dans plusieurs entreprises et gérant sa vie de famille en parallèle, elle a pu mettre à profit ce qu’elle avait appris au quotidien. Elle s’est aussi aperçue que ses collègues venait la voir dans son bureau... «Ils ressentait ma tranquillité», confesse-t-elle. Son envie de devenir sophrologue était consolidée. Elle a suivi une formation en deux ans sur Paris avant d’exercer sur la région parisienne puis d’ouvrir une école de sophrologie à Londres il y a 8 ans. Au quotidien, elle rencontre des gens qui sont à deux doigt du burn out ou qui sont en burn-out et a étoffé son expérience sur ce sujet qui est devenu sa spécialité. Comme «une évidence», admet-elle.  Aujourd’hui, elle veut mettre toute cette expérience au profit des autres avec ce lieu en résidentiel, un lieu déconnecté de ce monde où il faut aller toujours plus vite tout le temps. La ferme de ses grands-parents maternels à La Serre-Bussière-Veille paraissait le lieu idéal pour cette Creusoise «à 100%»,  confie Florence Parot qui travaille sur le projet depuis deux ans.
Un «phénomène
de société»
En attendant la rénovation du bâtiment familial pour laquelle une campagne de financement participatif a été lancée (voir encadré), une équipe d’une vingtaine de thérapeutes est déjà impliquée aux Ateliers de la mine à Lavaveix-les-Mines pour les séances de sophrologie et pour l’hébergement et le spa aux Maisons du pont à Aubusson. Trois programmes sont déjà proposés dont un service dédié aux entreprises, «un des maillons importants de la chaîne», note-t-elle.
Le lien avec le corps médical n’est pas négligé. Au contraire. «Aucun d’entre nous ne peut faire tout tout seul. Poser le diagnostic est particulièrement important pour la personne et il n’y a que le médecin qui peut le faire, affirme la sophrologue. Dans 95 % des cas, ça tombe brutalement. Si la personne est en pré burn-out, elle peut s’en sortir, une fois la chute, le corps lâche, c’est redoutablement effroyable. Il faut un an pour s’en sortir».
Aujourd’hui, le nombre de personnes touchées est considérable. Florence Parot le constate jour après jour. «Avant, c’étaient des gens du secteur médical, paramédical,  dans l’encadrement des entreprises, à l’heure actuelle, tout le monde est touché, hommes et femmes, de tout niveau social et de tout âge, déplore-t-elle. C’est un phénomène de société». S’il est souvent lié à l’environnement professionnel, ce n’est pas forcément le cas tout le temps. «Le burn-out c’est trop de tout pendant trop longtemps, explicite-t-elle. Tout le monde peut craquer».  Le temps de récupération est donc nécessaire.  Le conseil numéro 1 de Florence Parot est donc de faire des pauses. Vous vous dites que vous n’avez pas le temps ?  «Elle  peut durer qu’une minute, en soufflant et en fermant les yeux» , précise-t-elle. Le geste peut être répété à plusieurs reprises dans la journée.  «On est dans la performance au sens noble du terme, ça s'apprend et nous sommes là pour ça», avoue  Florence Parot.

Bulle de repos. www.labullederepos.com
Adresse : Les Ateliers de la Mine, 2 allée de la Mine 23150 Lavaveix-Les-Mines
Téléphone : Florence Parot au 06 68 16 02 04
Mail : info@labullederepos.com

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.