Fil info
22:47France : Première visite officielle du président Weah à Paris -> https://t.co/4EZQy3fisd
22:46International : De noirs nuages sur la tête de « Bibi » -> https://t.co/066x1lQ4n4
22:44France : Répression et humanité : l’impossible « en même temps » -> https://t.co/SVtPgVu4To
22:42France : Droits de l’homme : défaillances des Etats et sursauts citoyens -> https://t.co/CEJBAm8h8q
21:15Indre : Yann enfin dans la vie active | L'Echo https://t.co/0m1kWNVDU4 via
21:15 Ils veulent du libéralisme la semaine et du protectionnisme le weekend. Qu’ils continuent à voter à droite
19:07Région : Les candidatures sont ouvertes -> https://t.co/XLsoavKXT6
18:59RT : [Solidarité] Plan ❄️ en : activation niveau 2. Températures ressenties très froides dans jours… https://t.co/9AW5vO4rKN
18:48Indre : La Confédération paysanne réfléchit à l’agriculture du futur -> https://t.co/LrL8iKiewP
18:25Dordogne : Les agriculteurs ne veulent pas d’accord avec le Mercosur -> https://t.co/tHCQF5s70I
18:23Dordogne : Quatre mois de prison ferme pour corruption de mineur -> https://t.co/KG7LKHwaR5
18:20RT : Conférence de presse dans les locaux de la Fédération du PCF de la Creuse. Avec un joli kit de communication !!! https://t.co/2ypFSVn06q
18:19RT : Région : Des parents d’autistes atterrés -> https://t.co/jNwQaO3T4V
17:17# # - : Villefavard sera «cité livre» le samedi 3 mars -> https://t.co/yQwdKvi9yt
17:15# # - : Soirée concert «La Grange hip hop» à Limoges le 28 avril -> https://t.co/w3IEtNTPbW
17:15# # - -Léonard-de-Noblat : Les sports plein air ont le vent en poupe -> https://t.co/QbzfB4xYa8
17:13# # - -Yrieix-la-Perche : La fin des marchés primés -> https://t.co/ZtCO4TZ80x
17:12# # - -Junien : Un trésor à découvrir au cœur de la collégiale -> https://t.co/t70YmK64bk
17:11# # - : La culture à la disposition de tous dans toute la Haute-Vienne -> https://t.co/kp8dCoEUw5
17:00# # - : Déblaiement, étaiement : ça avance -> https://t.co/Ty7Pdxt5da
16:59# # - : Une aide pour utiliser les outils informatiques -> https://t.co/bginwdt2rS
16:07Vézac : Pour le maintien des deux classes de Vézac -> https://t.co/qLwwpP83H9
14:46Bourbon Street (folk-blues) sera en concert vendredi 23 février au café littéraire à Limoges, à partir de 19 heures.
14:19Région : Des parents d’autistes atterrés -> https://t.co/jNwQaO3T4V
13:24RT : “ n'a aucun ancrage territorial. Les parlementaires LREM en marche n'ont alors aucune remontée du terrain,… https://t.co/SGPZhZgkuh
13:22RT : Entretien avec Laurent Brun secrétaire général de la : « Le rapport Spinetta enterre les petites lign… https://t.co/KzlHHNXdHj
13:21RT : À lire dans https://t.co/IRZZRXv2Ty
11:57Heureuse de te retrouver en compagnie de pour échanger sur les enjeux de la politique nati… https://t.co/37uyIPxzvy
11:57RT : « Il est aujourd’hui le président des riches » à lire dans l’. https://t.co/OgjVoL2ThL
11:52RT : À lire dans https://t.co/IRZZRXv2Ty
10:02À lire dans https://t.co/IRZZRXv2Ty

Le Maire en Italie pour trouver «un compromis»

STX. Le ministre français de l’Économie devait rencontrer une nouvelle fois son homologue hier à Rome.

SAINT-NAZAIRE
Le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, devait rencontrer hier à Rome son homologue italien Pier Carlo Padoan pour tenter de «trouver un compromis» sur les chantiers navals de STX France, axé principalement sur une proposition d’alliance dans l’industrie navale militaire.
Alors que le dossier a créé cet été de vives tensions entre les deux capitales, le ton semble s’être apaisé, même si M. Padoan a souligné récemment que l’Italie réclamait toujours 51% de STX France, chantier basé à Saint-Nazaire, dans l’ouest de la France. Lors d’un déplacement en Italie le 2 septembre, M. Le Maire s’est dit confiant sur la possibilité de conclure un accord.
«Je suis toujours d’avis qu’une coopération entre la France et (le constructeur italien) Fincantieri reste la meilleure option pour Saint-Nazaire», a dit le ministre. «Nous devons résoudre certains problèmes», mais «je suis profondément convaincu que si chacun est capable de faire un effort, nous trouverons un compromis avant la fin de septembre », a-t-il affirmé. Le lendemain, M. Padoan s’est lui aussi dit «optimiste », en soulignant avoir d’«excellentes relations» avec M. Le Maire. Il a néanmoins indiqué que l’Italie n’avait «pas changé d’idée» concernant les 51% de STX. «Nous devrons voir maintenant s’il y a des propositions plus acceptables que celles faites jusqu’ici», a-t-il dit.
«Offre améliorée»
Selon Emma Marcegaglia, la présidente de Business Europe, l’association des industriels européens, qui a déjeuné le 2 septembre avec M. Le Maire, Paris devait proposer ce lundi «une offre améliorée», avec «quelque chose sur la partie militaire». La crise entre les deux pays est née avec la nationalisation «temporaire» fin juillet de STX France, pourtant promis à Fincantieri sous la présidence de François Hollande. Son successeur Emmanuel Macron a décidé de rouvrir le dossier, estimant que l’accord n’était «pas suffisamment protecteur des intérêts industriels stratégiques français». Révisant le pacte d’actionnaires, il a proposé à l’Italie un accord 50-50, ce que Rome refuse. Les deux capitales se sont donné jusqu’au 27 septembre, date d’un sommet entre M. Macron et le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni, pour tenter de trouver une solution «réciproquement acceptable». Paris a évoqué l’idée d’un grand pôle naval, civil et militaire, entre la France et l’Italie, pour faciliter un accord, ce à quoi le gouvernement italien s’est montré favorable.
«Nous travaillons avec nos collègues italiens à la constitution d’une alliance entre les industries navales militaires française et italienne, dans le domaine des bâtiments de surface, avec l’ambition de constituer à terme un leader mondial», a expliqué mardi la ministre française des Armées Florence Parly. «Ce projet ambitieux avance, en concertation étroite avec les industriels concernés», a-t-elle ajouté. On se dirigerait ainsi vers une alliance large entre Naval Group (ex-DCNS), STX France et Fincantieri, groupes représentant un chiffre d’affaires combiné de 9 milliards d’euros.
Mais Bruno Retailleau, le président de la région des Pays de la Loire où est situé STX France, a appelé le gouvernement français à «résister aux pressions de l’Italie» et à faire en sorte que «Fincantieri ne dispose pas de la majorité du capital». Il a également demandé que le pacte d’actionnaires «puisse intégrer de solides garde-fous destinés à sécuriser l’emploi et le savoir-faire des chantiers de Saint-Nazaire, comme ceux de ses sous-traitants, rendre impossibles contractuellement les délocalisations de commandes et préserver l’autonomie des chantiers navals en matière commerciale et de recherche et développement».
Avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.