Fil info
23:17RT : Le Blanc : 1500 personnes s’opposent à la fermeture de la maternité -> https://t.co/T1rLp4G6fF
23:16France : Accueil des migrants : la France hors-la-loi ! -> https://t.co/8oLRKbXIdv
22:38Football : La Russie écrase Salah -> https://t.co/nGLTwjbKGn
22:37Football : Le pôle Pogba pour orienter les Bleus -> https://t.co/MHHytpyyO4
22:34France : Le CDD incompatible avec l'allocation privé d'emploi ? -> https://t.co/5Yu2V78T8J
21:12RT : Région : Qui sauvera le site Anovo-Brive ? -> https://t.co/0vLLkRpIgG
20:45Région : Des bons plans pour l’été... avec arrière-pensée -> https://t.co/zYFYbrxVVG
20:12Région : Qui sauvera le site Anovo-Brive ? -> https://t.co/0vLLkRpIgG
19:14Coulounieix-Chamiers : Des solutions pour se lancer -> https://t.co/bMnd6aIx3H
18:51Châteauroux : [intégral] Une heure pour découvrir les charmes insolites de la ville -> https://t.co/7tmHRe5f6Y
18:08Le Blanc : 1500 personnes s’opposent à la fermeture de la maternité -> https://t.co/T1rLp4G6fF
17:06Périgueux : Affrontements entre jeunes et policiers sur le stade -> https://t.co/quSt37daqn
15:58RT : Le musée de la Résistance de Peyrat-le-Château est ouvert. Quatre salles retracent la vie de Georges Guingouin et d… https://t.co/eKT8X8cnfS
15:58RT : Les salariés d' ANOVO en grève pendant les négociations à Paris car 95 emplois doivent être supprimés. Le to… https://t.co/5q7D73IJt8
15:45Pouligny-Saint-Pierre : Fête de la musique : début des festivités ! -> https://t.co/GMDBsoXSb9
15:42Thenay : Un chœur d’hommes pour que vivent les chants traditionnels -> https://t.co/KMKXaaXT8L
15:40Périgueux : Un été musical et mélodieux -> https://t.co/I8l7HcUp7z
15:33Périgueux : Méthodes autoritaires et démocratie absente -> https://t.co/GjKTP6R7Q9
15:32Dordogne : Etre une collectivité exemplaire dans la lutte contre les discriminations -> https://t.co/yYzrqfLBSQ
15:09RT : Le musée de la Résistance de Peyrat-le-Château est ouvert. Quatre salles retracent la vie de Georges Guingouin et d… https://t.co/eKT8X8cnfS
15:01Le musée de la Résistance de Peyrat-le-Château est ouvert. Quatre salles retracent la vie de Georges Guingouin et d… https://t.co/eKT8X8cnfS
12:21 Les salariés d' ANOVO en grève pendant les négociations à Paris car 95 emplois doivent être supprimés. Le to… https://t.co/5q7D73IJt8
09:56Retweeted L'Echo info (): Région : Pompadour : une action symbolique pour défendre la ligne Brive-Limoge… https://t.co/U9aX8jgSMd
08:48RT : Région : Pompadour : une action symbolique pour défendre la ligne Brive-Limoges par Saint-Yrieix -> https://t.co/AmirsJKJvA
08:48RT : Tournoi de foot en soutien à la maison aux volets rouges 17/06/18 à Tarnac https://t.co/voH2ushrDW
07:41RT : Région : Pompadour : une action symbolique pour défendre la ligne Brive-Limoges par Saint-Yrieix -> https://t.co/AmirsJKJvA
07:40RT : Corrèze : Le sage pays et les paysages de Cueco à voir à Sédières -> https://t.co/l0eVVh8gQT

Après le salarié kleenex, le locataire jetable

LOGEMENT. Après les contrats de chantier qui veulent inaugurer le CDI précaire, c’est désormais à la création d’un bail précaire que va s’atteler le gouvernement. Emploi, logement : la société ubérisée voulue par Emmanuel Macron se dessine doucement.

TOULOUSE
Hier, le président de la République a tenu à présenter lui-même sa politique pour le logement lors d’un déplacement à Toulouse. Se faisant, il a grillé la politesse à son ministre de la Cohésion et des Territoires qui, demain, doit présenter le dossier en conseil des ministres. Il a ainsi repris la main sur un sujet où les impairs ont été nombreux. Le Canard enchaîné a fait état de la colère jupitérienne face à une annonce non maîtrisée et qualifiée de coup de rabot « pas intelligent » par le Premier ministre Edouard Philippe lui-même.
Emmanuel Macron entend reprendre la main en focalisant l’attention sur le volet social du plan logement. Dans la ville rose, il a commencé son déplacement par une visite de centre d’hébergement, discuté longuement avec les usagers, fait face à une interpellation d’un militant du Droit au logement avec un non-réponse diffusée en boucle sur les réseaux sociaux par son staff, s’est enorgueilli de la présence à ses côtés de la fondation Abbé Pierre qui, illico, a précisé sur twitter : « physiquement oui, notre délégué général est à ses côtés, politiquement, on verra plus tard ».
Puis de détailler le « logement d’abord » annonçant 50 000 dans des pensions de famille ou dans le locatif par opposition aux solutions d’hébergement d’urgence et sa volonté d’accroître la construction de logement neufs, à la fois en portant à 40.000 par an dès 2018 et « sur tout le quinquennat » la construction de logements « très sociaux » et en faisant augmenter « massivement » la construction dans le parc libre, grâce à « une réduction des exigences des normes » environnementales et sociales.
Dans la foulée est martelée sa conviction concernant le logement en général : 42 milliards d’euros dépensés par l’État, c’est trop. Officiellement, c’est trop en regard d’un résultat insatisfaisant. Mais, officieusement, le détail du diagnostic montre surtout que la réflexion macronienne estime que le logement actuel n’est plus adapté à la société -société qui divorce, société qui est mobile… - et que, évidemment, il est sclérosé par des normes qui rendent tout difficile, long etc.
Passons sur le fait que c’était un leitmotif de François Hollande qui s’est enorgueilli d’avoir supprimé 50 normes qui freinait la construction entre 2014 et 2016. Mais surtout, rien dans le discours actuel ne pointe le noeud gordien de la crise : le fait que le logement est été transformé en produit spéculatif, que les investisseurs non contents de se constituer un patrimoine, veulent le faire de manière rentable en exigeant que les défiscalisations et les loyers tirés vers le haut pour rembourser intégralement les prêts bancaires fassent de l’ensemble une opération quasi blanche. L’objectif du plan logement présenté demain est bien le « choc de l’offre » en vertu de la sempiternelle logique de la main invisible du marché qui fera baisser les loyers dès lors que l’offre sera supérieure à la demande. Etant donné la situation actuelle, il faudra sûrement attendre longtemps. D’ici là, pas question d’imposer un encadrement des loyers. L’idée est plutôt de faire des économies sur l’APL, de faire porter le chapeau aux bailleurs sociaux et d’en profiter pour imposer un bail précaire, de 1 à 8 mois non renouvelable, histoire d’apaiser les bailleurs privés qui trouvent que la « surprotection » des locataires est un vrai frein à la location.
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.