Fil info
19:17Châteauroux : A la découverte de la danse -> https://t.co/iWqIRXpBEq
18:50Indre : Vendanges précoces : un bon vin en quantité limitée -> https://t.co/4f7y5j8feK
17:07Villedieu-sur-Indre : Hommage aux combattants de Longeville -> https://t.co/5icclEj2vd
17:05Bazaiges : Gros succès pour la journée des arts de la main -> https://t.co/W3r6AZRsbi

Pas d’offre dans les temps et pas de gouvernement impliqué

GM&S

L’équipementier automobile creusois en redressement judiciaire, n’a fait l’objet d’aucune offre de reprise dans les délais. Les salariés écoeurés mettent la pression sur Emmanuel Macron.
« Le résultat, c’est qu’il y a zéro offre, donc on se fout de notre gueule », a déclaré hier Patrick Brun, délégué CGT du site de La Souterraine, à l’issue d’une assemblée générale des salariés convoquée après un comité d’entreprise (CE).
Le tribunal de commerce de Poitiers avait laissé jusqu’au 7 juin la possibilité aux repreneurs d’étoffer leurs offres pour une entreprise placée pour la 3e fois en redressement judiciaire depuis 8 ans. Mais les 277 salariés qui vivent dans l’angoisse
d’une fermeture depuis décembre, n’ont pas été rassurés. « Il y a juste eu un échange de mails » avec le leader français de l’emboutissage GMD, « mais on ne peut pas considérer ça comme une lettre d’intention », a précisé M. Brun.
Des salariés « déterminés »
Les salariés « continuent d’être inquiets » confirment Yann Augras, secrétaire du CE et représentant CGT, inquiets mais aussi « déterminés », le militant prévenant qu’ils allaient « se battre jusqu’au bout ». Les repreneurs éventuels ont, selon le syndicaliste, « tous eu largement le temps de déposer des offres ». « Ils continuent à jouer avec les nerfs des salariés », mais « nous, on va pas attendre », a insisté le secrétaire du CE, en évoquant un « rendez-vous très important avec M. Macron » aujourd’hui.
Sans attendre la tenue du CE, l’intersyndicale CGT-FO avait demandé dès mercredi une entrevue avec Emmanuel Macron à l’occasion d’un déplacement du président en Haute-Vienne voisine pour l’exhorter à « agir enfin notablement sur (ce) dossier, comme l’État s’y était engagé ».
L’Élysée n’a cependant pas « confirmé » ce rendez-vous avec les salariés de GM&S Industry qui dans un communiqué ont écrit explicitement : « Il est temps de s’impliquer et de ne plus rester en observateur indifférent. Il y a urgence ! »
Avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.