Fil info
01:11 DESDE SALUDOS A Y A TODOS LOS COMPAÑEROS LUCHADORES DE… https://t.co/FZrMHxRNmM
23:17Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes | L'Echo https://t.co/txBydPUZxh via
23:11Basket : Les dés sont jetés -> https://t.co/S9nwin3FrL
23:09Football : Et Mboné surgit… -> https://t.co/dHlUp7oKmN
19:34Châteauroux : La rectrice auprès des tous petits -> https://t.co/X4UdYiXwuo
19:32Indre : La couveuse : un dispositif qui a fait ses preuves -> https://t.co/KeDoShBSY7
19:31Châteauroux : Des travaux à la résidence des Rives de l’Indre -> https://t.co/hoFMaELL8E
18:52RT : Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
18:36Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
16:41Saint-Barthélemy-de-Bellegarde : Le pastolarisme en exemple -> https://t.co/WTVlHIibwi
16:29Sarlat-la-Canéda : Vers de nouvelles modalités de collecte -> https://t.co/LKSm8QZgRn
15:14RT : Les salariés de Carrefour se battent pour une revalorisation de leurs salaires : « On ne vit pas, on survit »… https://t.co/u0GCFAwa2q
15:07Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes -> https://t.co/fHGJLF3bLu
15:06Périgueux : La permanence du député Philippe Chassaing vandalisée -> https://t.co/DFIpWtOj4F
15:00Dordogne : Un bol d’air financier pour la Semitour qui veut voir plus loin -> https://t.co/8U8VMDUtrp
14:58Dordogne : L’école pour tous les enfants -> https://t.co/0aqEHYICp3
14:32Bergerac : Cheminots et retraités s’invitent à la permanence En Marche -> https://t.co/XINzPaf5J6
13:56Vous souhaitez devenir partenaire du ! Contactez nous via Gael Champier ou Michel Bremont https://t.co/42ZRHT1UBH
11:08Bergerac : CAB : les deux points de hausse fiscale définitivement entérinés -> https://t.co/6s7DbBAq0r
11:05Mérinchal : prévention du risque routier et aide à la conduite Le département de la Creuse, la conférence des finan… https://t.co/qMg9uuj0K1

La stratégie du mensonge avant les élections ?

LOI TRAVAIL. La sincérité du gouvernement dans les négociations est encore entamée par une nouvelle publication de documents internes. À quatre jours du premier tour des élections législatives.

NÉGOCIATIONS
Un document qui « émane de quelqu’un de la direction du travail, ce n’est pas signé par la direction du travail » : telle a été la ligne de défense de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, hier sur France Inter, suite aux documents publiés par Libération.
Subtile nuance alors que des images reproduisent dans le quotidien des texte avec, surlignés, « réformes demandées par le cabinet » et « version du 31 mai 2017 ».
Les documents sortis en début de semaine par le Parisien ont été repoussés d’un revers de main par un « c’était avant la mise en place du gouvernement ». Aujourd’hui, l’argument du calendrier ne pouvant plus être invoqué, ce serait donc un « ce n’est pas un document officiel » qui serait censé clore toutes discussions, ces discussions étant forcément vues comme « sans intérêt » par la ministre qui reprend son couplet sur la concertation et les 48 réunions programmées : « C’est vrai que c’est un changement de méthode, je sais que certains ont du mal à le comprendre  (...) On ne cache pas une copie, on la coconstruit. »
Pourtant, le contenu de ces documents a de quoi inquiéter. Pire, il accuse le trait sur des points vus comme de véritables lignes rouges par les syndicats de salariés et que Premier ministre comme ministre du Travail ont présenté comme non tranchés et soumis à la discussion. Ainsi, l’inversion de la hiérarchie des normes ou le plafonnement des indemnités prud’homales. Si bien que les leaders des centrales syndicales  s’étaient montrés relativement discrets, jouant le jeu de la concertation. Mais mardi, après l’annonce de la feuille de route, Philippe Martinez de la CGT a fini par lâcher que les salariés seraient les « grands perdants » et promis des « mobilisations ».
« Coup d’état social »
Le document diffusé par Libération fait clairement état d’une « primauté de l’accord d’entreprise sur le contrat de travail ». C’est également à cette échelle que seraient négociées les conditions d’un licenciement automatique (pour non respect des objectifs par exemple), du préavis, des congés, des indemnités de licenciement, de contraction d’un CDD etc. « Halte au feu », a réagi hier Jean-Claude Mailly de FO. « Le gouvernement va devoir s’expliquer », a-t-il ajouté, « si ce sont des pistes et que ces pistes ça reflète l’état d’esprit du gouvernement, ce qu’il veut faire, alors ça va être clair, la concertation ce n’est pas possible ». De son côté, Laurent Berger de la CFDT « note le démenti » mais ajoute : « Si le gouvernement veut travailler sur un certain nombre de pistes qui sont amenées dans certains journaux ces jours-ci, il faut qu’il arrête tout de suite. » Et de se montrer très agacé par de « pseudo-révélations » qui, si elles se répètent, risquent fort d’entamer le climat de la concertation.
Comment rester serein effectivement quand la ministre affirme devant les micros que « les indemnités ne seront pas plafonnées » en cas de litige pour licenciement abusif devant les prud’hommes et que le document en date du 31 mai mentionne explicitement la volonté de baisser le plancher de 6 mois d’indemnités pour plus deux ans d’activité ? Quand la volonté est de permettre aux patrons d’organiser tous seuls des référendums d’entreprise quand ils ne trouvent pas d’accord
avec les syndicats ? Quand on veut baisser le seuil du nombre de licenciements au-delà duquel se déclenche
un PSE ?
« Emmanuel Macron et le gouvernement doivent dire leurs intentions réelles avant les élections, c’est un impératif démocratique », exhorte Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. « C’est un coup d’état social », a tranché Jean-Luc Mélenchon qui clame : « Équilibrez l’Assemblée, faites en sorte qu’on entende la voix du camp du travail. »

Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.