Fil info
00:09 macron n assume rien il se fout de vous les gars, faut y croire , et sauver vo… https://t.co/Vjl0NgOaMO
20:21 Belle brochette de vainqueurs
18:35 Une délégation était reçue cet après midi à l'Elysée. S'ils ont pu apporter leur argumentaire les salariés... https://t.co/MmkW7ksHSk
18:29 les salariés sortent amers de la réunion à l'Elysée. Le président n'est pas venu et rien n'en est sorti. "C'es… https://t.co/g6WceuNFDs

Faible participation des Français de l’étranger

SCRUTIN. Les candidats de La République en Marche ! arrivent en tête dans 10 des 11 circonscriptions. Mais la faiblesse de la participation (19,1%) fait qu’un second tour est partout nécessaire les 15 et 16 juin.

TENDANCE
Les électeurs français de l’étranger (1,3 million d’inscrits) ont placé en tête le parti d’Emmanuel Macron dans 10 des 11 circonscriptions en jeu. La République en Marche ! (LRM) franchit même la barre des 50% dans 8 d’entre elles. Mais un second tour est toutefois partout nécessaire, les candidats arrivés en tête n’ayant pas atteint le seuil de 25% des électeurs inscrits,
du fait de la très faible participation (19,1%).
Les Français de l’étranger sont représentés aujourd’hui par quatre députés LR (Frédéric Lefebvre, Claudine Schmid, Alain Marsaud et Thierry Mariani), quatre PS (Axelle Lemaire, Philip Cordery, Arnaud Leroy et Pierre-Yves Le Borgn’), un écologiste (Sergio Coronado), un divers gauche (Pouria Amirshahi) et un UDI (Meyer Habib). Arnaud Leroy et Pouria Amirshahi ne se représentaient pas.
Deux candidats de la France insoumise sont qualifiés pour le second tour : dans la 4e circonscription (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas) Pieyre-Alexandre Anglade (LRM, 52,27%) affrontera Sophie Rauszer (FI) qui a recueilli 10,95% des suffrages.
Dans la 5e (Andorre, Espagne, Monaco, Portugal), Samantha Cazebonne (LRM, 50,36%) est face à François Ralle Andreoli (15,52%),le candidat FI soutenu aussi par EELV.
« Ce qui s’est passé est peut-être annonciateur de manière hypertrophiée des grands mouvements que l’on pourrait observer dimanche prochain lors du premier tour en métropole », estime Frédéric Dabi de l’Ifop. Mais la particularité des vastes circonscriptions des Français « établis hors de France » (Amérique du Nord, Asie/Russie, Moyen-Orient/Afrique...) incite les spécialistes à la prudence. L’ancrage territorial des députés y pèse beaucoup moins qu’en métropole, où les élus présents sur le terrain bénéficient d’une notoriété. Les électeurs expatriés sont en outre globalement en adéquation avec le discours « pro-business », pro-européen d’Emmanuel Macron, et avec la mondialisation qu’ils vivent au quotidien. « Ce vote est une leçon sur ce qui peut se passer dans les très grandes agglomérations, mais il ne nous dit pas grand chose sur ce qui peut se produire ailleurs », tempère Emmanuel Rivière, directeur de Kantar Sofres France. Ces premiers résultats « ne sont pas un bon signe » pour des personnalités, comme Najat Vallaud-Belkacem à Villeurbanne, qui se trouvent confrontées à des situations compliquées dans les grandes villes, note-t-il toutefois. La faible participation enregistrée ce week-end, 19,1% contre 20,7% en 2012, préfigure-t-elle un effondrement de la participation dimanche en métropole ? Les Français de l’étranger se déplacent habituellement peu pour voter et, selon les instituts de sondage, la participation devrait atteindre autour de 60% dimanche en métropole, contre 77,7% au 1er tour de la présidentielle le 23 avril.
Autre enseignement du vote des Français de l’étranger, les députés sortants ont quasiment tous été largement distancés et font les frais de la dynamique d’En Marche ! De quoi donner des sueurs froides aux quelque 350 sortants qui briguent un nouveau mandat dimanche.
Avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.