Fil info
16:40Dordogne : Cancer du sein : l’appel à la mobilisation est sonné -> https://t.co/0ZXXooPezc
16:27 invité itinéraires culturels du Conseil de l’Europe à Görlitz (Allemagne) pour parler stratég… https://t.co/ZUM51f9Mju
16:24Bonneuil : Le domaine du Riadoux mêlera cyclisme et handicap samedi -> https://t.co/GUOYTLcjMM
16:22Saint-Marcel : L’ASSAAM, véritable moteur du musée d’Argentomagus -> https://t.co/xwDGV2SGYb
15:44Atur : Atur : les investissements continuent -> https://t.co/DkPLh0JbWm
15:40Périgueux : Dénoncer les entreprises finançant l’armement nucléaire -> https://t.co/q8RYy1Y6rn
15:37Périgueux : Le droit à la vie quotidienne -> https://t.co/zM8tGmRIe2
12:23RT : Dernière minute. Barcelone annonce fermer ses ports au réfugié . Elle cherche une solution à l’échelle… https://t.co/6fDQfD5Tfu
12:22RT : Manuel Valls réfugié politique à Barcelone https://t.co/3jHpUAn7tt
12:21RT : Ce soir au , la droite a voté contre un projet de logements sociaux dans le 16e et contre l'installa… https://t.co/lbn3BitBTv
12:20RT : L’émission « L’Heure des Pros » n’a jamais aussi bien porté son nom. https://t.co/BTCsN5Y9Uv
12:20RT : Conférence de presse des salariés de GM&S à la salle de la mairie de La Souterraine https://t.co/vY2SDlyQ4x
12:19RT : . ce qu'on veut mette en évidence c'est la réalité de la vie. On n'acceptera pas les situations de dé… https://t.co/LsSZuYTSVO
12:19Ce soir à 19h, espace Simone-Veil, Limoges, conférence des Amis du musée des Beaux-Arts sur l'artiste Mary Cassatt,… https://t.co/G0RVuCLnji
11:48Avant de faire des travaux coûteux le long des quais il serait plus judicieux, utile et respectueux de faire un gou… https://t.co/rioDkdorBr
11:14Conférence de presse des salariés de GM&S à la salle de la mairie de La Souterraine https://t.co/vY2SDlyQ4x
18:50Indre : Changer le regard sur Alzheimer pour mieux comprendre -> https://t.co/beuifJVFP1
18:49Châteauroux : [intégral] Adam et Eve entrent en scène -> https://t.co/B5pzdszS5h
18:33Périgueux : La cérémonie des pauvres -> https://t.co/NUQzzRvMDQ
18:311er match du les en grève sont présents pour les soutenir ! https://t.co/gJJ48CCFrq
18:31Périgueux : La suppression du Tode sera-t-elle la fin des saisonniers ? -> https://t.co/zN4kWBFT0Q
18:28Périgueux : Une association, pas une entreprise -> https://t.co/y9lpcQ63nn
18:25Périgueux : La santé, les impôts, les énergies renouvelables -> https://t.co/hYpZRJJd69
17:48Conseil municipal de Guéret : la vidéosurveillance un premier débat avant d'autres https://t.co/wqZxsvgOnE https://t.co/wqZxsvgOnE

Le burn-out des soignants

À l'appel des syndicats, une journée de grèves et manifestations a été organisée pour la défense des agents de la fonction publique dans tout le pays.
Première mobilisation de ce type bien suivie:
Dans cette partie de l'est du département, la section locale de la CFDT Santé Sociaux de la Haute-Vienne de l'EHPAD La Pelaudine et la maison de retraite de Châteauneuf-la-Forêt a tenu à se mobiliser pour dénoncer les conditions de travail. Car, pour les secrétaires qui se sont fait les porte-parole des salariés, «La surcharge de travail qui nous est demandée est tellement importante qu'il est impossible que nous restions auprès de chaque résidant plus de 15 à 20 minutes.» Un autre exemple de ces conditions difficiles est que certaines personnes âgées n'ont pas pris de douche depuis un certain temps: «Pour les amener individuellement, cela demande qu'un professionel soit mobilisé alors qu'un autre devrait veiller sur tout le service, lequel peut compter plus d'une centaine de lits», explique une aide-soignante castelneuvienne. Elle ajoute également que le rythme est tellement soutenu «que nous devrions demander des rollers pour passer d'une chambre à l'autre...» Patrick, veilleur de nuit, explique aussi qu'il est obligé de doucher les patients dès 5 h du matin afin que le service de restauration puisse distribuer les repas à temps. «Vous vous imaginez prendre une douche à cette heure-là alors que justement vous êtes à la retraite et que vous voudriez pouvoir bénéficier de temps?»
Du mécontentement des soignants à celui des patients:
«Nous comprenons que les familles et les résidants soient mécontents au vu des sommes qu'ils versent à l'établissement mais il ne faut pas nous reprocher le fait que nous ne puissons passer plus de temps avec les résidants. Pour nous aussi, cette situation de sous- effectif est un véritable souci et cela entraîne des situations de burn-out de plus en plus fréquentes chez le personnel.»
Pas de formation professionnelle:
Par ailleurs et selon les conventions collectives, chaque salarié devrait pouvoir suivre des formations régulièrement afin d'être au fait des nouveautés mais les établissements ne peuvent laisser partir un ou deux agents hospitaliers: tout le service serait destabilisé sinon. Par exemple, à Châteauneuf, il n'y a que deux personnes pour s'occuper de plus d'une centaine de lits, «comment pourrait-on envisager de quitter les résidants alors que nous savons pertinemment que notre place ne sera pas remplacée et que notre collègue se retrouvera seul?» La situation des soignants est si critique qu'il leur est impossible d'appliquer les méthodes qu'ils ont apprises en formation.
Pour une meilleure formation initiale des agents:
Au-delà des conditions logistiques très compliquées pour le personnel, le fait que les remplaçants n'aient suivi aucune formation particulière pose l'épineuse question de la qualité des prises en charge: «Comment voulez-vous que le travail d'une ASH – Aide-Soignante Hospitaliaire – puisse être effectué aussi bien par un jeune ou par un simple remplaçant?»
Les représentantes du syndicat à La Pelaudine, Isabelle Piquerel et Marie-Thérèse Girard n'ont pas pour objectif de critiquer ce qui se passe dans les établissements-même: «Le problème est bien plus large. C'est toute la prise en charge globale des personnes qui est à revoir pour que toutes se sentent à l'aise car si nous, nous flanchons, que deviendront-elles?» Elles ont écrit une lettre d'alerte à l'Agence Régionale de Santé voici une quinzaine de jours mais aucune réponse ne leur est parvenue encore.
Pour Paulette, une résidante de l'EHPAD pelaud, «Je trouve inadmissible que les personnes qui s'occupent de nous soient confrontées à tant de difficultés: leur mal-être rejaillera forcément sur nous, les résidants. Nous nous en rendons déjà compte. La situation est vraiment inadmissible.»

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.