Fil info
23:29France : Qui pour croire que Macron tend la main aux syndicats? -> https://t.co/juET9tiYe7
23:27International : 2030 : l’objectif d’un monde sans sida -> https://t.co/HhLatbmpjO
20:37Cyclisme : Alaphilippe ouvre les Alpes par la 1re victoire française -> https://t.co/yAYR6SB214
18:56Villars : Nouvelle vie pour le hangar de Boschaud -> https://t.co/uUUU6t4YtK
18:53Boulazac : Des conditions de vie inhumaines -> https://t.co/E3vzIw5XzR
18:40Châteauroux : A l’atelier de l’éventail, tout l’art de s’éventer avec classe et volupté -> https://t.co/TbbKS8UAxh
18:28Tulle : Tagada... tsoin-tsoin les papilles ! -> https://t.co/D5H8R4vqhv
18:22La Châtre : Trois familles syriennes reçues à l'hôtel de ville -> https://t.co/8vlh0khPht
18:19Guéret a une nouvelle fois vibré au rythme des concerts en tous genres pour les Nuits d’été qui se sont terminées s… https://t.co/jL9Q3VFNL7
18:18RT : Devant le avec les handicapés pour le droit au logement pour tous , contre la loi https://t.co/Iufl1p9Vxs
18:13C’est l’une des fiertés de la commune, un petit pont roman classé au patrimoine national, qui surplombe la Creuse e… https://t.co/YDgXqJDXWl
16:16Dordogne : Enquêtes dans le passé -> https://t.co/CAqIDvr7mt
14:42Seilhac : Un réseau de Voisineurs en projet -> https://t.co/2U3Ql5pM1y
13:48Faux-la-Montagne : Fichés F comme Fraternité https://t.co/NlxpLr9W7O via
12:49RT : Plus que 3 et on a bioman https://t.co/LJi54gAME6
12:48RT : Retour à « l’ancien monde » : en visite à pour évoquer le désenclavement de la région la ministre des tran… https://t.co/r4wWEiCMP5
12:46RT : Hier, nous avons appris la démission du doyen de la fac de droit https://t.co/7Vb1p3lHKi

Médecin salarié : bientôt à Dun ?

Santé

Trois kinés, un ostéopathe, un podologue, une psychologue, deux cabinets d’infirmiers, un sage-femme et le SIAD (service infirmier à domicile), sans oublier les consultations PMI, la Maison de santé de Dun-le-Palestel est pour le moins fournie, il manquerait même un peu de place pour installer les professionnels...
«Mais il manque la colonne vertébrale, un médecin», se désespère le maire de Dun-le-Palestel Laurent Daulny. Tout a été essayé pour faire venir un médecin généraliste sur la commune, car les deux restants sont proches de la retraite et fermeront leurs cabinets d’ici quelques années... La première action de la commune pour éviter de voir son offre de santé disparaître a donc été de construire la maison de santé en 2013, «aujourd’hui tous les professionnels veulent travailler ensemble», assure le maire dunois.
Et puis au fil des ans, les tentatives pour recruter un généraliste se sont succédées. Une anglaise est venue une quinzaine de jours mais sa situation personnelle ne lui a pas permis de rester, de la publicité et des annonces ont été envoyées aux facultés de médecine de Limoges et même de Clermont-Ferrand, des annonces sont passées dans la revue nationale du quotidien des médecins, «on est même intervenus auprès de médecins maîtres de stage pour faire revenir des jeunes, ça n’a pas marché», complète Laurent Daulny.
S’il est conscient que la problématique n’est pas liée ni à sa commune ni même à la Creuse mais bien un souci au niveau national - et l’élu pointe là du doigt le numerus clausus qui serait la cause de ce manque de médecins en France - Laurent Daulny a décidé de jouer sa dernière carte, son dernier joker, pour doter sa commune de nouveaux médecins généralistes.
Pour cela, il s’est inspiré d’autres communes françaises comme Bergerac ou La Ferté-Bernard (Sarthe), qui ont trouvé une solution innovante et qui fonctionne : salarier des médecins.
«On veut mettre en place deux médecins salariés avec un secrétariat», explique Laurent Daulny. Il y a quelques jours, une réunion était organisée avec tous les professionnels de santé de la commune, dont les deux médecins sur place et les trois pharmaciens qui s’inquiètent également pour l’avenir, en présence de l’ARS (Agence régionale de santé) et de la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie).
Ces dernières ont donné les conditions à remplir pour mettre en place ce mode de fonctionnement. Premièrement, il faut une implication des professionnels de santé sur place : la municipalité à d’ores et déjà établi un questionnaire remis à chacun d’entres eux pour savoir s’ils veulent s’associer au projet. A priori, la moitié d’entre eux seraient partants, les autres arguant vouloir garder la liberté offerte par l’installation en libéral.
Deuxièmenent, la Maison de santé doit élaborer un projet de santé afin d’être reconnue comme centre communal de santé et recevoir les subventions. «Maintenant, c’est aussi aux professionnels de faire quelque chose, et de monter le projet de santé», commente Laurent Daulny. C’est-à-dire travailler ensemble sur certains protocoles, comme un secrétariat commun, un logiciel commun, et en travaillant sur différentes thématiques de prévention comme la vaccination ou encore la sclérose en plaques...
«Nous, on fait ce qu’on peut en salariant des médecins, mais si c’est un échec, je n’ai plus de solution, je ne vois pas ce qu’on pourrait faire», prévient le maire dunois. Les locaux sont prêts, le secrétariat existe déjà et deux locaux sont d’ores et déjà réservés. «Une commune sans médecin ne fonctionne plus pareil, la priorité des creusois, c’est la santé, et c’est pour le moment l’un des points forts de la commune».

La Maison de santé dunoise, pionnière en Creuse sur le salariat
Si Dun-le-Palestel arrive à finaliser son projet et à recruter deux médecins, ce sera la première collectivité creusoise à mettre en place ce mode de fonctionnement. A noter qu’Aigurande souhaite monter le même projet, porté par la communauté de communes, et ils sont déjà un peu plus avancés.
Une nouveauté pour le département et pour ses instances, dont l’ARS et la CPAM. «La solution avance, mais il n’y a aucun dossier en Creuse, on essuie les plâtres, l’ARS et la CPAM aussi». La réunion organisée récemment aura permis à chacun de découvrir le salariat de médecin et de constater que la médecine évolue désormais en fonction de la demande.
C’est la commune qui recrutera les médecins, qui seront de fait financés par les contribuables «mais les consultations reviendront à la mairie, il y aura donc un équilibre budgétaire», rassure Laurent Daulny. Salarié à 35 heures, chaque médecin recevra un salaire mensuel de 4.500 à 5.000 euros net, selon la grille de la FHF (Fédération hospitalière de France).
Si tout se passe bien, l’objectif de la commune est de recruter un premier médecin et un secrétaire au 1er janvier 2019, et un second médecin au deuxième trimestre. «Des pistes pour trouver un médecin, j’en ai, assure Laurent Daulny. Il y en a un en fin de carrière qui souhaite un cadre de vie plus posé, et deux jeunes médecins qui souhaitent travailler en groupe et surtout à 35 heures».
Les consultations se feront uniquement à la Maison de santé pour commencer, «mais ça peut évoluer, si ça fonctionne, qu’on peut recruter un troisième médecin, on pourra peut-être proposer les consultations à domicile», espère Laurent Daulny.  
Face aux besoins et aux attentes de la population, la municipalité souhaite la pleine réussite de ce projet, afin d’offrir une offre médicale complète sur la commune. Au sein de la Maison de santé, si le sage-femme s’en va en septembre, un nouveau kiné arrive de La Souterraine justement pour pouvoir travailler en Maison de santé.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.