Fil info
21:54 L’ dans tous ses états: https://t.co/npjyHB909b
21:37 Merci. Le Pont Saint Chrétien Chabenet dans l’Indre, département où j’ai eu la chance de travailler pend… https://t.co/oXJrlcTpXJ
18:10 Rire
18:06 Merci bien, hein ! Tout le monde en nervous breakdown.
17:59 Bonjour huber
15:46 Ca risque pas de s'arranger avec une uberisation du travail.

S’inscrire dans l’innovation

Bâtiment

Récemment, la section périgourdine de la Fédération française du bâtiment (Ffb) tenait son assemblée générale, qui a été l’occasion de tracer la situation de la filière et de la section avec la reprise qui semble s’inscrire durablement. Pour autant, la vigilance et l’anticipation restent de mise.

Si la reprise d’activité est confirmée, comme le soulignait le président de la Ffb 24, Christophe Riou, les trésoreries des entreprises ne sont pas consolidées, et de nouveau défi attendent les patrons.
L’assemblée générale s’est déroulée en présence du président régional et vice-président national de ce syndicat, le périgourdin Olivier Salleron. à eux deux, ils ont tracé l’actualité de ce secteur qui paie encore les conséquences de la crise financière et économique de 2008. En effet cette année là rappelle Christophe Riou, « les effectifs du bâtiment en Dordogne étaient de 12 300 personnes. En 2017, ils étaient à moins de 8 000 ». Déjà à l’époque les professionnels confiaient leur  inquiétude de devoir se séparer de travailleurs qualifiés, bien implantés dans leur entreprise, sachant qu’un jour ils feraient défaut. Aujourd’hui, la reprise prouve qu’ils avaient raison, et les besoins en recrutement sont nombreux. « La tentation est forte de se tourner vers la main d’oeuvre étrangère » reconnaît Christophe Riou qui plaide contre cette solution, en priant les maîtres d’oeuvre de se montrer « indulgents dans les calendriers, en tenant compte de ces problématiques ». Entre des prix de vente qui restent bas et des matières premières, dont le carburant, augmentant massivement, les trésoreries ont du mal à se reconstituer, et le président périgourdin incite ses adhérents à ne pas hésiter à recourir à la médiation bancaire, proposée par la Banque de France. Pour le recrutement, de nouvelles méthodes sont appliquées avec Pôle emploi, l’Afpa, les réseaux sociaux, et la direction du Centre de formation des apprentis, qui se voit confronté à un signal préoccupant : elle doit faire face à plus d’entreprises demandant des apprentis que de candidats pour y répondre. Si les perspectives pour 2019 semblent positives, avec la réponse aux défis de l’environnement et du développement durable que les professionnels du bâtiment étudient et mettent petit à petit en place, ils aimeraient tout de même que les nouvelles exigences, « soient en cohérence avec nos techniques et matériaux » remarque Christophe Riou qui confie que les artisans et entrepreneurs doivent aujourd’hui maîtriser, en plus du savoir-faire, « le savoir-vendre. Nous organisons des formations, auxquelles on peut s’inscrire en ligne ».
Olivier Salleron lui succédait à la tribune, pour évoquer les 2 % de reprise en 2018, qui ont conduit à, « 2 % d’embauches en Cdi », le bon début d’année 2019, et les disparités entre départements de la Région : « Bordeaux n’a jamais connu la crise, et les départements côtiers se sont maintenus. Mais les huit départements les plus ruraux et non côtiers ont beaucoup souffert, avec des chiffres d’affaires en baisse de 25 à 30 % par an entre 2008 et 2019 ». Il notait que,  « malgré l’environnement administratif et législatif instable », le dispositif Coeur de ville, qui concerne 22 agglomérations en Nouvelle-Aquitaine et deux en Dordogne, Périgueux et Bergerac, le marché de l’ancien, « 50 % du chiffre d’affaires au niveau national, et plus en Dordogne, et des taux d’intérêt très bas » laissaient percer l’espoir. L’évolution des métiers, « qui auront beaucoup changé d’ici 10 ans», et le travail sur les appels d’offre sont deux autres axes qu’il a développés, avant la signature de la  « Charte des bonnes relations entre professionnels et clients Adil-Ffb ».

Isabelle Vitté