Fil info
01:42RT : Peinée d’apprendre ce soir le décès de Gérard Vandenbroucke, président de , vice-prés de la… https://t.co/OpoA3Zr9Ot
01:42RT : Gérard Vandenbroucke est parti ce soir après un long combat contre la maladie. Homme engagé, avec des convictions s… https://t.co/8DZ9kNj9c7
21:00Indre : Ian Brossat, tête de liste PC aux Européennes, demain dans l’Indre -> https://t.co/s2mM7rZ8bC
20:58Indre : E. Macron face à l’entreprise -> https://t.co/tYGEyi80Kx
19:38Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/QmzR1p5h55 via
18:52RT : [🏆🗳 Mobilisation Générale !!!] On est une nouvelle fois en liste pour les ! Alors on a besoin de votre so… https://t.co/oi8EpoZCNU
18:10RT : Lors de sa commission permanente qui s'est tenue aujourd'hui, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une… https://t.co/unwgDAWjIP
18:10RT : 🎊👉FESTIVAL AUX CHAMPS 👍😊 Rendez-vous JEUDI 21 FÉVRIER à 16H pour découvrir les premiers noms !!! 💥CONCOURS 💥 Ga… https://t.co/1HVVlDkLDX
17:22Dordogne : Jean-Philippe Granger dans un fauteuil pour six ans -> https://t.co/RVSvJjYYIS
17:22Lors de sa commission permanente qui s'est tenue aujourd'hui, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une… https://t.co/unwgDAWjIP
17:02Sarlat-la-Canéda : Le grand débat débouchera-t-il sur du concret ? -> https://t.co/57px26e5G1
16:21RT : Compte rendu du SNUipp87 du Cden de ce jour : 14 classes fermeront et 8 ouvriront en septembre 2019… https://t.co/vBbKW6b112
16:21Après le CDEN de ce matin : rien de nouveau concernant le projet de carte scolaire présenté hier et publié dans notre édition de ce jour.
16:00Trélissac : La commune s’engage dans le sport sur ordonnance -> https://t.co/WRGi8arfLO
15:56RT : : stéphane ostrowski attaque le aux prud’hommes
15:48 ce n'est qu'un début....continuons le....
15:31Argenton-sur-Creuse : Victoire des défenseurs de la gare ! -> https://t.co/755BJMTeaz
14:38RT : C'est bien beau de vouloir CHANGER LE MONDE. ✊🌏✊ Mais y a un moment, on peut pas boire son CAFÉ dans un Ché Gu… https://t.co/HliiWSFUTZ
14:13RT : Alain Juppé, premier homme politique condamné à entrer au https://t.co/o69hV4IkTS
14:10Neutralisation de la voie de droite entre les échangeurs n°37 « Boisseuil » et n°28 « Grossereix » sur l’autoroute… https://t.co/mdkj3AbYks
14:07Dordogne : Incertitudes sur l’avenir de Condat -> https://t.co/mruMxrPUAb
13:51 en vidant les etangs, il y a une serie a produire tellement il y avait de curieux qd chichi etait roi,
12:56Tulle : Le téléfilm « Meurtre en Corrèze » recherche des figurants -> https://t.co/PLUWz4NzoX
12:37Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/lObLn8tbDH via https://t.co/izT1fh7mXG
12:16RT : Tous unis contre toutes les formes de racisme et d'antisémitisme rdv lundi 18 février à 18h devant l'école Simone… https://t.co/qu7utpT8b8
12:00Tous unis contre toutes les formes de racisme et d'antisémitisme rdv lundi 18 février à 18h devant l'école Simone… https://t.co/qu7utpT8b8
11:29 C'est que ce n'est pas le débat que vous cherchiez mai… https://t.co/ezvpCqvKVk
10:40RT : France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
09:59RT : France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
09:41Région : Gibo fait la tête à la fac -> https://t.co/mrEwm78VQj
09:39Région : Les étudiants au service de la prévention routière -> https://t.co/g6H587qvTD
09:37# # - -Vienne : 14 fermetures de classes au lieu de 17 , encore trop pour les syndicats -> https://t.co/6OXHYQjAe6
09:35# # - -Vienne : Fermeture du PADE : recul de l’accès au droit des étrangers -> https://t.co/ManYacVHdi
09:32# # - -Vienne : Limoges Métropole, investir et préserver l’avenir -> https://t.co/X0nvPHLEcP
09:29France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
07:49# # - -Vienne : Cambriolages : les auteurs interpellés et emprisonnés -> https://t.co/d6WCOzXfbK
07:48France : Dans l'Indre, Macron prend le pouls des ruraux -> https://t.co/FHPVLx50cX

Une marée rouge et jaune

Social

Entre 1 000 (police) et 1 200 personnes (syndicats) ont défilé hier matin dans les rues de Périgueux pour réclamer davantage de justice sociale, soulignant au passage que la plupart des grands conquis sociaux ont été acquis dans la rue.
Un arc-en-ciel de couleurs revendicatives. Du rouge, bien sûr, couleur de la lutte et de la CGT, qui appelait à cette journée d’action. Le rouge aussi de celui d’une poignée de militants FO, des drapeaux des militants communistes ou de la France insoumise, mais également du jaune, celui des gilets, au nombre de 150, qui se sont mêlés au cortège, ou encore du blanc bardé de couleurs, porté de la FSU et d’autres pastels, par quelques militants de Génération.S. Des couleurs, mais surtout des colères, contre les injustices et les inégalités. « La démultiplication des mobilisations s’oppose à la profonde injustice sociale et exige une autre répartition des richesses », rappelle Corinne Rey, la secrétaire départementale de la CGT, qui ne manque pas de souligner que ce sont « les travailleurs qui en vendant leur force de travail permettent la création de richesse qui est acaparée par le Medef et son lot d’actionnaires ». S’il est encore sans doute trop tôt pour parler de convergence des luttes, c’est bien l’idée sous-jacence de la journée d’action d’hier. « Le mouvement des gilets jaunes et l’action de la CGT dans les entreprises ne s’opposent pas », insiste Corinne Rey qui lance un appel à l’unité. « C’est ensemble, sans nier les uns et les autres, mais en se rassemblant à chaque fois où c’est possible sur des revendications communes que nous serons les plus efficaces ». Beaucoup des revendications exprimées par les gilets jaunes depuis plusieurs semaines se confondent en effet avec celles portées depuis plusieurs années par la CGT. Comme par exemple une augmentation du Smic de 20 %
(1 800 euros brut), du point d’indice, de tous les salaires et pensions ainsi que des minimas sociaux, une réforme de la fiscalité par un impôt sur le revenu plus progressif et une TVA allégée sur les produits de première nécessité, le rétablissement de l’ISF et une imposition plus forte des hauts revenus et de la détention du capital, le développement des services publics, le respect des libertés publiques tels que le droit à manifester remis en cause par le gouvernement, le renforcement des droits et garanties collectives, des droits au chômage, de la sécurité sociale, notamment de la retraite, etc. Autant de revendications qui seront une nouvelle fois portée, à l’issue du grand débat national... Mais dans la rue. La CGT propose en effet d’organiser une nouvelle journée nationale d’action à la mi-mars au cours de laquelle pourront être remis les cahiers d’expression revendicative populaire dans lesquels la CGT invite à s’exprimer.

Les gilets jaunes de la partie
Une présence qui allait de soi pour Didier, « nous avons les mêmes demandes donc je trouve très bien que l’on puisse faire ça ensemble. C’est logique et ça ne sert à rien de faire les choses chacun dans son coin. Mais il faudrait que ça se transforme en mouvement de grève de longue durée à l’image de notre mouvement qui n’a jamais cessé depuis le 17 novembre. Nous y participerions si c’était le cas ». Si au départ il était question que les gilets jaunes manifestent en fin de cortège, beaucoup s’étaient mêlés aux autres manifestants. Il ne s’agissait pas cependant d’une mésentente pour Didier, « ça avait été prévu en accord avec les syndicats. Nous l’avions déjà fait du temps de Colère 24. Si un jour c’est une manifestation organisée par les gilets jaunes on renversera peut-être les rôles mais là c’était organisé par les syndicats, donc rien de plus normal ».

Le cortège se rend à la Sobeval
La manifestation s’est poursuivie, au-delà des boulevards, devant les grilles de la Sobeval à Boulazc. La CGT entendait ainsi rappeler au patron de l’entreprise, le droit des salariés à se syndiquer. Un représentant du personnel, syndiqué CGT depuis peu, fait en effet l’objet d’une procédure de licenciement pour faute grave. Une procédure qui a vu le jour peu de temps après la création d’une section syndicale CGT au sein de l’entreprise à la tête de laquelle se trouve cet employé qui n’avait jusqu’alors jamais eu de problème durant ses sept ans et demi de mandat de représentant du personnel sans étiquette. Selon la CGT, le patron de la Sobeval « sous ses airs de bon père de famille, est un patron du 19e siècle, qui ne veut pas de la CGT chez lui », note Corinne Rey, la secrétaire départementale.

Ewen Cousin

Manifestation interprofessionnelle à Périgueux le 5 février 2019