Fil info
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y
08:29 d'agriculture - -Vienne : Quel président à la Chambre d'agriculture après Jean-Marie Delage?… https://t.co/Oh7SMjFZsO
08:26 # - -Vienne : 16e recensement, décollage imminent -> https://t.co/t7mV3P91WF
07:58France : Les Steva veulent du concret -> https://t.co/rA8Xgxx9HC
07:46Région : Un bon début d’année pour les ventes aux enchères -> https://t.co/pYOxVrUEUN
21:22Saint-Sulpice-le-Guérétois : Le travail du bois, une passion, un métier | L'Echo https://t.co/Vdq0ECnUrO via
20:52 Engendrer..
20:51 L’écologie n’a rien à voir avec tout ça !!! Vous ne savez rien de ce que peut engendré ce… https://t.co/W12hCtgkST
19:53Brive-la-Gaillarde : Solidaire est le Secours Populaire -> https://t.co/pmngsMMHRb
19:47 Le cri de soulagement du Patrimoine et de la biodiversité 🐾🌳🌍
19:08Indre : 258 millions d’euros pour un an -> https://t.co/3qu1tQJEnK
18:12Plus que jamais Président des Régions de France… https://t.co/cwZ8G394sk
17:52Dordogne : Le parti socialiste compte sur ses valeurs pour retrouver des couleurs -> https://t.co/x71S0Ovl7u
17:49Beynac-et-Cazenac : Déviation : le cri de colère des entreprises -> https://t.co/uEmRSQEDBv
17:28RT : Les agents des finances publiques ont protesté à Tulle contre 17 suppressions de postes en https://t.co/TebYxVnJE7
17:20RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
17:10Périgueux : Nouvelle saignée aux impôts -> https://t.co/fIsU0LOw5Y
16:54Sarlat-la-Canéda : A vos agendas 2019 -> https://t.co/hXvkLBbxtE
15:57RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
15:53Marsac-sur-l'Isle : Un salon de passionnés à l’ambition régionale -> https://t.co/PYalTw0ytJ
15:37Mérigny : Les seuils de l'Anglin arasés cette année -> https://t.co/UnmtKOBc0c
15:32Indre : Le photovoltaïque au centre des vœux -> https://t.co/xqPyrT2nf2
15:26RT : Pour conquérir le numérique, « La Marseillaise » a un besoin vital de votre soutien https://t.co/zsWebVd2tu

La livraison des tabliers des ponts de la déviation de Beynac fait tousser

Selon les opposants à la déviation de Beynac, bien que le chantier est arrêté, une livraison par convoi exceptionnel est attendue lundi. Ce à quoi ils s’opposent vivement.
« Pas livré, pas payé ! Refusons que Peiro et Bouygues fassent payer aux contribuables des travaux interdits ». C’est en substance le résumé du communiqué diffusé hier à la fois par Michel André, le président de la Sepanso, et par le collectif Sauvons la Vallée, qui veillent toujours au grain sur le chantier de la déviation de Beynac arrêté depuis le 28 décembre et la décision du Conseil d’Etat. Selon les opposants à la déviation, « en infraction avec l’arrêt du Conseil d’Etat, le constructeur Bouygues et son sous-traitant italien veulent livrer sur le chantier les passerelles métalliques construites pour les ponts sur la Dordogne de cette déviation. Le convoi exceptionnel en provenance d’Italie doit arriver en Dordogne lundi matin».

De quoi provoquer la colère des opposants pour qui « Bouygues veut se faire payer les passerelles par les contribuables de la Dordogne, avec l’accord du président du département Germinal Peiro ». Les opposants estiment en effet que les travaux sont suspendus, et que « l’autorisation sera peut-être ensuite annulée comme le réclame le collectif Sauvons la vallée», en conséquence de quoi, « le Département ne doit pas payer. Les passerelles ne doivent pas être livrées. Que Bouygues se les garde », tonne Michel André.

Le collectif Sauvons la Vallée va en toute logique demander au gouvernement « d’annuler l’autorisation de ce convoi exceptionnel, faute de quoi les citoyens de la Dordogne pourront faire valoir le droit et leurs intérêts en s’opposant physiquement à cette livraison ».

Sollicité, le conseil départemental n’a pas souhaité communiquer sur la date de livraison. Il confirme en revanche qu’il s’agit des tabliers des deux ponts du contournement de Beynac, qui, « réalisés par l’entreprise retenue dans le cadre de l’appel d’offres lancé par le conseil départemental, sont aujourd’hui fabriqués ». Et de préciser que « comme toujours soucieux de respecter la loi et les règles qui régissent les marchés publics », il honorera le paiement de cette commande. En attendant de savoir si le chantier pourra redémarrer un jour ou non, « ces tabliers seront réceptionnés et entreposés en Dordogne, sur des terrains appartenant au Département », sans plus de précision sur le lieu de stockage. Voilà qui augure un nouveau bras de fer avec les opposants.