Fil info
20:09France : Dans Tulle à vélo on dépasse ses habitudes -> https://t.co/6pg1hWXttj
19:26Vendoeuvres : Une journée en hommage à Pascal Bilaine -> https://t.co/68RzeZHFM3
19:25Indre : Les pompiers à l'honneur pour leur bravoure et leur dévouement -> https://t.co/XjWRTgEJ0U
19:14Dordogne : Christophe Dabitch lauréat du 10e prix Augiéras -> https://t.co/qgZArhjWoA
19:12Marsac-sur-l'Isle : Le CDG élargit les locaux et les missions -> https://t.co/DFPf3oJUlZ
18:20Sarlat-la-Canéda : Une formation mobilité, déplacement et entretien -> https://t.co/EvAb69tAb2

La livraison des tabliers des ponts de la déviation de Beynac fait tousser

Selon les opposants à la déviation de Beynac, bien que le chantier est arrêté, une livraison par convoi exceptionnel est attendue lundi. Ce à quoi ils s’opposent vivement.
« Pas livré, pas payé ! Refusons que Peiro et Bouygues fassent payer aux contribuables des travaux interdits ». C’est en substance le résumé du communiqué diffusé hier à la fois par Michel André, le président de la Sepanso, et par le collectif Sauvons la Vallée, qui veillent toujours au grain sur le chantier de la déviation de Beynac arrêté depuis le 28 décembre et la décision du Conseil d’Etat. Selon les opposants à la déviation, « en infraction avec l’arrêt du Conseil d’Etat, le constructeur Bouygues et son sous-traitant italien veulent livrer sur le chantier les passerelles métalliques construites pour les ponts sur la Dordogne de cette déviation. Le convoi exceptionnel en provenance d’Italie doit arriver en Dordogne lundi matin».

De quoi provoquer la colère des opposants pour qui « Bouygues veut se faire payer les passerelles par les contribuables de la Dordogne, avec l’accord du président du département Germinal Peiro ». Les opposants estiment en effet que les travaux sont suspendus, et que « l’autorisation sera peut-être ensuite annulée comme le réclame le collectif Sauvons la vallée», en conséquence de quoi, « le Département ne doit pas payer. Les passerelles ne doivent pas être livrées. Que Bouygues se les garde », tonne Michel André.

Le collectif Sauvons la Vallée va en toute logique demander au gouvernement « d’annuler l’autorisation de ce convoi exceptionnel, faute de quoi les citoyens de la Dordogne pourront faire valoir le droit et leurs intérêts en s’opposant physiquement à cette livraison ».

Sollicité, le conseil départemental n’a pas souhaité communiquer sur la date de livraison. Il confirme en revanche qu’il s’agit des tabliers des deux ponts du contournement de Beynac, qui, « réalisés par l’entreprise retenue dans le cadre de l’appel d’offres lancé par le conseil départemental, sont aujourd’hui fabriqués ». Et de préciser que « comme toujours soucieux de respecter la loi et les règles qui régissent les marchés publics », il honorera le paiement de cette commande. En attendant de savoir si le chantier pourra redémarrer un jour ou non, « ces tabliers seront réceptionnés et entreposés en Dordogne, sur des terrains appartenant au Département », sans plus de précision sur le lieu de stockage. Voilà qui augure un nouveau bras de fer avec les opposants.

Air Zoom Pegasus 35