Fil info
20:43Corrèze : Le Melting Potes : Elles hissent haut le pavillon ! -> https://t.co/LcTIFci7J8
19:44Indre : Amapola en résidence à la maisonnette de la Culture -> https://t.co/jPZlJWnpo6
19:30Indre : La municipalité ouvre ses données au public -> https://t.co/aJvUnTijxp
18:06Daniel Taboury, auteur creusois, dédicacera son nouveau roman "De retour" à la librairie "Les belles images" samedi… https://t.co/f3wld9d9Dl
17:51Dordogne : LA Coordination rurale part à la défense des éleveurs -> https://t.co/h2EkFENUbR
17:50Bergerac : Plan de redressement financier pour l’hôpital de Bergerac -> https://t.co/mGMEJxMsvC
17:47Bergerac : L’hôpital ne soigne pas la précarité de ses agents, bien au contraire -> https://t.co/5N3Xmk7Dgk
17:04RT : Anthony Boursaud chute sur le Dakar, blessé au poignet, le jeune motard de Boussac est contraint à l'abandon après… https://t.co/3fFcFiIIAf
16:57Carsac-Aillac : Du grain à moudre pour l’APAM -> https://t.co/OE8a51K3C8
16:54Sarlat-la-Canéda : Une activité très soutenue -> https://t.co/x8ElNQYecH
16:44RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:42RT : Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:24France : Grand débat, les maires ne lâchent rien -> https://t.co/CsjYxze9uk
16:11RT : En tous cas il y en a certains qui ont sacrément bien réussi leur , surtout depuis que Macron leur… https://t.co/KoqH6OhKNX
16:09Le Blanc : Des vœux teintés de colère et d'amertume -> https://t.co/fHuAENn32k
16:09Valençay : Les vœux et les espoirs du directeur du centre hospitalier -> https://t.co/QlWIg7NCEP
16:08RT : Primes en liquide : Claude Guéant définitivement condamné à un an ferme https://t.co/JXVuXuhV92 https://t.co/yFsTtmoorz
10:38Bergerac : Téléthon : moins de recettes mais toujours autant d’espoirs -> https://t.co/tlagS6K8Ls
09:26France : L'actualité en France à 9 heures -> https://t.co/ksSbs37h0Y
08:29 d'agriculture - -Vienne : Quel président à la Chambre d'agriculture après Jean-Marie Delage?… https://t.co/Oh7SMjFZsO
08:26 # - -Vienne : 16e recensement, décollage imminent -> https://t.co/t7mV3P91WF

La pauvreté gagne du terrain

Le Secours catholique vient de publier son rapport annuel sur l’état de la pauvreté en France. Un phénomène auquel n’échappe malheureusement pas la Dordogne où la précarité reste stable car, dans un contexte où ils sont de plus en plus marginalisés, les plus pauvres disparaissent des radars pour devenir invisibles.

Des riches toujours plus riches et des pauvres toujours plus pauvres, dans un pays pourtant parmi les plus riches du monde, la lecture du rapport annuel du Secours catholique sur l’état de la pauvreté en France n’apporte malheureusement que la triste confirmation de ce que l’on peut observer au quotidien.
Emmanuel Macron, chantre de la star-up nation, qui ne jure que par les gens qui réussissent qu’il croise dans les gares, a beau vouloir essayer de se défaire de son sparadrap de président des riches, les faits sont là. Depuis sa réforme de l’ISF, ce cadeau fait aux riches sans contrepartie, les associations caritatives, comme le Secours catholique, ont vu les dons qu’elles avaient l’habitude de recevoir chuter très fortement, au point de menacer des budgets et des actions. Or, les besoins, eux, n’ont pas diminué. Au contraire, dans un contexte de précarité galopante, ils ont augmenté, comme en témoigne le rapport annuel du Secours catholique sur l’état de la pauvreté en France publié hier.
Etabli à partir des remontées du terrain, il révèle que la pauvreté progresse et que les plus faibles ont de plus en plus de mal à se projeter dans l’avenir. « La reprise économique a peu touché la Dordogne. Même les personnes ayant un revenu, comme le Smic, un temps partiel ou une pension de retraite, ont du mal à faire face aux charges lourdes», souligne Héliane Jacquin, la présidente de la délégation Périgord-Agenais.
Une délégation qui a recontré en 2017 environ 13 000 situations de pauvreté, dont 60 % rien qu’en Dordogne. 60 % des personnes rencontrées avaient frappé à la porte pour demander une aide pour payer le loyer, les factures d’énergie et d’eau (+ 50 % depuis 2012, trois fois plus qu’au national), 30 % pour une écoute, 23 % pour de l’alimentation et 8 % pour un problème de mobilité (+ 50 % depuis 2012). Sans surprise, la majorité de ces personnes en précarité sont des mères isolées (27 %), les couples avec enfants représentant 18 %. La tranche d’âge la plus touchée (60 %) est celle des 25-49 ans. Quant aux plus de 50 ans (34 %), leur nombre augmente de 15 % par rapport à 2012. Les ressources de 45 % d’entre eux proviennent du RSA, mais même ceux ayant un salaire (23 %) ne parviennent plus à subvenir à leurs besoins. « Nous sommes sur un grand arc de pauvreté, qui va du Médoc au Lot-et-Garonne en passant par le Bergeracois». Trois facteurs expliquant ce glissement de la précarité sur le département ont été identifiés par les bénévoles de l’association : la fracture numérique (la plupart des démarches doivent se faire par internet or les précaires n’y ont pas accès), le logement (beaucoup sont insalubres, peu ou pas isolés ce qui provoque un coût de l’énergie exhorbitant, sans compter les locataires sans APL car les propriétaires ne délivrent pas de quittance de loyer), ainsi que la mobilité. Cela a conduit la délégation Périgord-Agenais du Secours catholique a entrepri de modifier certaines façons de faire. Une équipe a ainsi été mise spécialement en place pour recenser les différents types d’aide et d’action permettant de lutter contre la fracture énergétique. « Nous allons nous rapprocher des autres structures partenaires afin d’accompagner les personnes en difficulté dans ce maquis d’aides », indique Michel Pellefigue, animateur au Secours catholique. Dans un premier temps, à titre d’expérimentation, une ou deux familles en difficulté vont être prises en charge dans l’amélioration de leur logement. Concernant la problématique de la mobilité, les bénévoles comptent mettre en place des permanences d’écoute quand deux ou trois petits villages de l’Est du département à compter du mois de septembre 2019. Afin de pouvoir financer ses actions, le Secours catholique lance sa grande campagne de collecte nationale le week-end du 17 et 18 novembre, en distribuant notamment des enveloppes de dons. Ses bénévoles seront ainsi présents sur les marchés de Noël et vendront également des bougies et un gâteau spécial, le fraternel. Des goûters de Noël seront également proposés. L’objectif étant de récolter peu ou prou la même somme que l’an dernier, 250 à 280 000 euros sur le secteur Dordogne / Lot-et-Garonne. Pour information, 60 % des ressources de l’association proviennent de cette campagne. Les bénévoles de l’assocition ont conscience que cela ne parviendra pas à tout régler, d’autant qu’avec la fracture numérique, « on enfonce les pau-vres encore un peu plus. On les marginalise à tel point que les plus pauvres deviennent invisibles », déplore Héliane Jacquin.