Fil info
01:42RT : Peinée d’apprendre ce soir le décès de Gérard Vandenbroucke, président de , vice-prés de la… https://t.co/OpoA3Zr9Ot
01:42RT : Gérard Vandenbroucke est parti ce soir après un long combat contre la maladie. Homme engagé, avec des convictions s… https://t.co/8DZ9kNj9c7
21:00Indre : Ian Brossat, tête de liste PC aux Européennes, demain dans l’Indre -> https://t.co/s2mM7rZ8bC
20:58Indre : E. Macron face à l’entreprise -> https://t.co/tYGEyi80Kx
19:38Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/QmzR1p5h55 via
18:52RT : [🏆🗳 Mobilisation Générale !!!] On est une nouvelle fois en liste pour les ! Alors on a besoin de votre so… https://t.co/oi8EpoZCNU
18:10RT : Lors de sa commission permanente qui s'est tenue aujourd'hui, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une… https://t.co/unwgDAWjIP
18:10RT : 🎊👉FESTIVAL AUX CHAMPS 👍😊 Rendez-vous JEUDI 21 FÉVRIER à 16H pour découvrir les premiers noms !!! 💥CONCOURS 💥 Ga… https://t.co/1HVVlDkLDX
17:22Dordogne : Jean-Philippe Granger dans un fauteuil pour six ans -> https://t.co/RVSvJjYYIS
17:22Lors de sa commission permanente qui s'est tenue aujourd'hui, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une… https://t.co/unwgDAWjIP
17:02Sarlat-la-Canéda : Le grand débat débouchera-t-il sur du concret ? -> https://t.co/57px26e5G1
16:21RT : Compte rendu du SNUipp87 du Cden de ce jour : 14 classes fermeront et 8 ouvriront en septembre 2019… https://t.co/vBbKW6b112
16:21Après le CDEN de ce matin : rien de nouveau concernant le projet de carte scolaire présenté hier et publié dans notre édition de ce jour.
16:00Trélissac : La commune s’engage dans le sport sur ordonnance -> https://t.co/WRGi8arfLO
15:56RT : : stéphane ostrowski attaque le aux prud’hommes
15:48 ce n'est qu'un début....continuons le....
15:31Argenton-sur-Creuse : Victoire des défenseurs de la gare ! -> https://t.co/755BJMTeaz
14:38RT : C'est bien beau de vouloir CHANGER LE MONDE. ✊🌏✊ Mais y a un moment, on peut pas boire son CAFÉ dans un Ché Gu… https://t.co/HliiWSFUTZ
14:13RT : Alain Juppé, premier homme politique condamné à entrer au https://t.co/o69hV4IkTS
14:10Neutralisation de la voie de droite entre les échangeurs n°37 « Boisseuil » et n°28 « Grossereix » sur l’autoroute… https://t.co/mdkj3AbYks
14:07Dordogne : Incertitudes sur l’avenir de Condat -> https://t.co/mruMxrPUAb
13:51 en vidant les etangs, il y a une serie a produire tellement il y avait de curieux qd chichi etait roi,
12:56Tulle : Le téléfilm « Meurtre en Corrèze » recherche des figurants -> https://t.co/PLUWz4NzoX
12:37Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/lObLn8tbDH via https://t.co/izT1fh7mXG
12:16RT : Tous unis contre toutes les formes de racisme et d'antisémitisme rdv lundi 18 février à 18h devant l'école Simone… https://t.co/qu7utpT8b8
12:00Tous unis contre toutes les formes de racisme et d'antisémitisme rdv lundi 18 février à 18h devant l'école Simone… https://t.co/qu7utpT8b8
11:29 C'est que ce n'est pas le débat que vous cherchiez mai… https://t.co/ezvpCqvKVk
10:40RT : France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
09:59RT : France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
09:41Région : Gibo fait la tête à la fac -> https://t.co/mrEwm78VQj
09:39Région : Les étudiants au service de la prévention routière -> https://t.co/g6H587qvTD
09:37# # - -Vienne : 14 fermetures de classes au lieu de 17 , encore trop pour les syndicats -> https://t.co/6OXHYQjAe6
09:35# # - -Vienne : Fermeture du PADE : recul de l’accès au droit des étrangers -> https://t.co/ManYacVHdi
09:32# # - -Vienne : Limoges Métropole, investir et préserver l’avenir -> https://t.co/X0nvPHLEcP
09:29France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
07:49# # - -Vienne : Cambriolages : les auteurs interpellés et emprisonnés -> https://t.co/d6WCOzXfbK
07:48France : Dans l'Indre, Macron prend le pouls des ruraux -> https://t.co/FHPVLx50cX

Mettre un frein à la tuberculose

Alors que la Dordogne est toujours l’un des départements français les plus touchés par la tuberculose bovine, agriculteurs et services de l’Etat promeuvent les bonnes pratiques d’hygiène et de prévention des dangers sanitaires à mettre en place dans les élevages. Exemple à Saint-Rabier, sur le Gaec des trois Tilleuls.

La Dordogne a été très longtemps le premier département français touché par la tuberculose bovine avec en moyenne une trentaine de foyers par an. Parce que la prévention est toujours meilleure et moins traumatisante que le curatif, les éleveurs périgordins ont pris le taureau par les cornes pour mettre en place des mesures toutes simples de précaution.
Le Gaec des trois Tilleuls à Saint-Rabier, qui s’étend sur 130 hectares de noyers et 100 hectares de prairies, s’est spécialisé depuis 2004 dans le veau sous la mère, ce qui signifie la présence permanente sur l’élevage d’une centaine de mères, et d’une vingtaine à une trentaine de veaux. Ce qui représente presque autant de risque de contamination à la tuberculose bovine bien que la commune ne fasse pas partie de la zone à risques en Dordogne (1).
Conscientes du danger, Magali Gayerie et sa mère ont fait en sorte de protéger l’élevage de la maladie en mettant en place un protocole de bonnes pratiques d’hygiène et de prévention des dangers sanitaires, notamment en matière d’abreuvement des bovins. Pour ce faire, la ferme a la chance de pouvoir compter sur la présence d’une dizaine de mares protégées dans lesquelles est pompée l’eau qui est ensuite acheminée dans les abreuvoirs via des tuyaux enterrés. Dans ces derniers un flotteur a été installé pour éviter le gaspillage et assurer un niveau d’eau constant. De même, les petits ruisseaux traversant la propriété sont protégés par une double clôture, afin d’empêcher les bovins d’être tentés d’y déféquer, d’y boire ou tout simplement de les piétiner. Cela n’a l’air de rien, mais ces aménagements relativement simples, combinés à une obligation de nettoyage et de désinfection des abreuvoirs deux fois par an, sont assez efficaces.
De même, tout est fait pour empêcher le contact avec la faune sauvage, potentiellement porteuse de tuberculose ou un autre cheptel. L’alimentation est également protégée et les équipements utilisés dans le cadre de la Cuma (Coopérative d’utilisation de matériel agricole) tels que la bétaillère, sont systématiquement nettoyés et désinfectés après usage. « Il faut promouvoir au maximum ce type de prévention, car ça vaut mieux que le curatif, ça coûtera moins cher à tout le monde, et ça fait beaucoup moins souffrir les agriculteurs », affirme Franck Martin, chef du service de la protection animale en Dordogne.
Le département a justement été longtemps le mouton noir français en matière de tuberculose bovine avec le plus de foyers détectés, environ une trentaine par an. Un chiffre stable, mais non encore loin d’être suffisant. Voilà pourquoi les autorités sanitaires ont décidé de hausser le ton. A compter de la nouvelle campagne de prophylaxie qui débutera en novem-bre, les dépistages augmenteront pour passer de 100 000 à 140 000 par an. De même, ils seront annuels sur l’ensemble du département et sur des bêtes âgées de 18 mois contre 24 mois auparavant. Objectif affiché permettre à la France de garder son statut de zone indemne par rapport à la maladie. Il faut en effet moins de 200 foyers par an pour être considéré comme tel, ce qui permet notamment de pouvoir exporter la viande.
 
(1) En Dordogne, la zone à risque couvre plus de 300 communes, une grosse moitié nord du département, et une partie Sud entre Domme et le Lot et le Lot-et-Garonne.

En chiffres
Lors de la dernière campagne de prophylaxie menée entre novembre 2017 et mai 2018, il a été procédé à 100 000 contrôles, ce qui a permis de détecter 29 foyers. Environ 700 bovins ont réagi au test, mais 500 seulement ont été abattus. Après abattage et recherche de l’ADN de la maladie, il s’est avéré que seuls 48 étaient réellement infectés par la tuberculose bovine. Les animaux abattus étant indemnisés désormais à valeur réelle, l’an dernier l’Etat a remis aux éleveurs une enveloppe comprise entre 4 et 5 millions d’euros.