Fil info
18:50Indre : Changer le regard sur Alzheimer pour mieux comprendre -> https://t.co/beuifJVFP1
18:49Châteauroux : [intégral] Adam et Eve entrent en scène -> https://t.co/B5pzdszS5h
18:33Périgueux : La cérémonie des pauvres -> https://t.co/NUQzzRvMDQ
18:311er match du les en grève sont présents pour les soutenir ! https://t.co/gJJ48CCFrq
18:31Périgueux : La suppression du Tode sera-t-elle la fin des saisonniers ? -> https://t.co/zN4kWBFT0Q
18:28Périgueux : Une association, pas une entreprise -> https://t.co/y9lpcQ63nn
18:25Périgueux : La santé, les impôts, les énergies renouvelables -> https://t.co/hYpZRJJd69
17:48Conseil municipal de Guéret : la vidéosurveillance un premier débat avant d'autres https://t.co/wqZxsvgOnE https://t.co/wqZxsvgOnE
16:50Bergerac : Les ordures au menu du conseil d’agglo de rentrée -> https://t.co/Tf4tQjepMZ
16:45Soulac-sur-mer : le désamiantage du Signal va pouvoir commencer - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/l7KcQqjZPn
16:31RT : Parking payant à Hospital de , ce nouveau recul de l’accès aux soins pour tous est inacceptable.https://t.co/10plAr9IBr
16:25Le Pont-Chrétien-Chabenet : Être Pontcabanois rassemble 90 convives -> https://t.co/oZQnZ4C2cI
16:21 Si à vous découvrez cette taxe cela fait longtem… https://t.co/mVTNsIBN8q
16:10 Partenariat public-privé,ils disent.
16:00RT : Parking payant à Hospital de , ce nouveau recul de l’accès aux soins pour tous est inacceptable.https://t.co/10plAr9IBr
15:26Périgueux : Un nouvel écrin pour la Vélorution -> https://t.co/4FNeOX5VBg
15:23Marsac-sur-l'Isle : Le cirque Falck pose sa piste aux étoiles au parc des expos -> https://t.co/t09m7UI5qs
12:56RT : L’Histoire retiendra qu’un continent de 500 millions d’habitants a regardé ses pieds lorsque 58 naufragés frappèren… https://t.co/abxWhFhYop
12:55RT : L' est le dernier bateau à secourir les migrant.e.s naufragé.e.s en Méditerranée. Et on veut l'en empêcher… https://t.co/dKpRGX6ur3
10:40RT : Région : Steva (Bessines): un sursis de six mois -> https://t.co/62pluIWoEb
10:35Région : Steva (Bessines): un sursis de six mois -> https://t.co/62pluIWoEb

Les chasseurs veulent continuer l’effort sur la sécurité

Poursuivre l’effort en faveur de la sécurité et tenter d’éradiquer la croissance galopante des populations de sangliers, tels sont les deux principaux points soulevés par les chasseurs au cours de l’assemblée générale de la fédération samedi.

Année après année, à l’image de l’écroulement de la démographie des campagnes, le nombre de chasseurs diminue en Dordogne. Malgré une augmentation de 47 % du nombre de nouveaux arrivants entre 2007 et 2017, les effectifs se réduisent comme neige au soleil et s’établissent aux alentours de 20 000.
Mais il ne s’agit pas là de la principale préoccupation des chasseurs dont l’assemblée générale de la fédération départementale se tenait samedi matin. Une fois encore, l’accent a été mis sur la sécurité à la chasse. Car avec deux morts dénombrés il y a deux ans, la Dordogne faisait figure de vilain petit canard en la matière, à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine et même nationale. Deux accidents corporels ont été dénombrés cette année, mais c’est encore trop. D’où les demi-journées de formation à la sécurité proposées l’été et l’automne dernier, sur l’ensemble du territoire et qui reprendront au printemps. « Les directeurs de battue et présidents d’associations ont encore du mal à se faire entendre des anciens », justifie Michel Amblard, le président départemental de la fédération des chasseurs. « Voilà pourquoi nous faisons ces formations par équipe de battue. Cela permet de revoir les règles de sécurité et de manipulation des armes. On leur explique comment la toucher avec précaution, et la première d’entre elle est de la désarmer ».
L’autre sujet majeur des chasseurs reste la prolifération des sangliers. 12 600 ont été prélevés cette année contre 10 000 l’an dernier, soit près de 2 500 supplémentaires. « Ce n’est pas encore suffisant», signale Michel Amblard, qui fait le forcing pour que la saison puisse être prolongée jusqu’à la fin du mois de mars et plus février et qui va en référer au ministère. « Au besoin, il faudrait même pouvoir faire de l’approche et de l’affût en avril et mai ». Les battues étant quant à elles permises sur autorisation au mois de juin.
Pour ce qui est des zones péri-urbaines où la chasse est impossible malgré la prolifération des sangliers, l’Etat, via ses lieutenants de louveterie, devrait disposer des pièges. Quoiqu’il en soit, l’un des grands chantiers de cette année pour les chasseurs sera de tenter de faire diminuer les populations de sangliers. Autre projet, mais en faveur du petit gibier, celui de réintroduire peu à peu la perdrix royale.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.