Fil info
19:06Indre : Rentrée littéraire : c’est parti ! -> https://t.co/VNBhCnj3hY
19:04Châteauroux : Deux semaines dans un monde merveilleux -> https://t.co/88ddYugPid
16:53Gargilesse-Dampierre : Séjour studieux pour les élèves harpistes -> https://t.co/Z3HKnP1Wsz
16:52Saint-Marcel : De la moto au graphisme, une même passion pour Sofiane Benhalima -> https://t.co/GqmzIFAsue
16:50Eguzon-Chantôme : TSB : une deuxième victoire de main de maître pour C. Voisin -> https://t.co/5lOet7DV98

Un tournant décisif

Cérémonie

Hier avait lieu place du général de Gaulle à Périgueux une cérémonie commémorative de l’appel du 18 juin 11940 lors de laquelle le message de la Ministre des Armées Marie-Sylvie Goulard a été lu.

Cette cérémonie se déroulait en présence d’une vingtaine de porte drapeau, du secrétaire générale de la préfecture de la Dordogne Laurent Simplicien repérésentant la préfète Anne Gaëlle Baudouin-Clerc, du maire de Périgueux Antoine Audi, de Mireille Bordes représentant le président du conseil départemental Germinal Peiro et du délégué militaire départemental, le lieutenant colonel Arnaud Dartencet.
Dans un premier temps, l’appel du 18 Juin 1940 a été lu par Simon Privat du collège Saint Joseph avant que Laurent Simplicien ne prenne la parole pour lire le message de la Ministre des Armées Marie-Sylvie Goulard.
Dans ce message elle a rappelé le triste bilan des premiers mois de la guerre puisque le 10 juin 1940 s’achevait la « drôle de geurre »,  un mois après la percée de Sedan, 100 000 de nos soldats sont déjà tombés au combat, et 6 millions de Français sont jetés sur les routes de l’exode. Le 17 juin, le maréchal Pétain demande aux troupes françaises de cesser le combat.  « Mais le 18 juin 40, en fin de journée, une voix brouillée mais ferme ranime l’espoir d’une nation brisée. C’est la voix du général de Gaulle, cet officier presque inconnu, qui va entraîner, contre vents et marées, souvent seul contre tous, l’âme de la France. Malgré la débâcle, malgré la peur, le mensonge, la répression, des hommes et des femmes se dressent, et les voici disant « non » à l’occupation, « non » à l’humiliation, « non»  au mépris de nos valeurs les plus sacrées. En dépit des dangers, tous prennent le risque de s’engager. Ces Français, aux convictions philosophiques et politiques diverses, sont d’abord des patriotes, tous unis pour résister. N’écoutant que leur audace, ils rejoignent Londres et s’engagent dans les Forces Françaises Libres. Leur fougue et leur bravoure répondent au serment de Koufra : « nous ne déposerons pas les armes avant que le drapeau français flotte sur Paris et sur Strasbourg !», a ainsi déclaré  Laurent Simplicien. La Ministre a également rendu hommage dans son discours aux Résistants « D’autres s’engagent dans l’armée des ombres. Ils n’ont alors que leur audace pour seule arme. Mois après mois, ces résistants anonymes s’organisent et se fédèrent sous l’égide du général de Gaulle. Ils récupèrent et utilisent des armes qui leur sont parachutées, publient des journaux et distribuent des tracts, établissent des faux papiers, récupèrent et transmettent des informations, cachent des juifs, protègent des agents traqués ». Elle a enfin précisé, « La Nation rend aujourd’hui hommage au chef de la France Libre qui a si bien su incarner cette Liberté, parvenant à rassembler dans un même idéal, par la force de sa volonté et l’immense espoir qu’il soulève, une multitude de femmes et d’hommes venus de tous les horizons ». Ces discours ont été suivis de dépôts de gerbes des personnalités citées ainsi quee de John Lachaud représentant de la Dordogne de la Fondation de la France Libre et de Simon Privat.
Philippe Jolivet

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.