Fil info
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF
17:02Bergerac : Ce soir, c’est Suzane qui est concert et c’est gratuit ! -> https://t.co/rEf4QIHVv9
16:51RT : | ♻️ La rentrée approche et vous souhaitez vous équiper ? 🤝 Développée par Limoges Métropole, utili… https://t.co/AxCI2QdOOh
16:50RT : Je suis co-signataire de cette lettre initiée par . Nos ports doivent s’ouvrir à l’accueil des migrants e… https://t.co/U2cUwTKTGj
16:49RT : POUR NE PAS OUBLIER / NOT TO BE FORGOTTEN; il y a 20 ans, le 17 août 1999, 5 sapeurs-p… https://t.co/ox7GKoiBER
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV

Les réactions

Brigitte Allain (députée EELV de Bergerac)
Le résultat est clair : les électeurs ont rejeté ce soir la candidate de l’extrême droite avec ses messages de haine, de division, et ses attaques contre les institutions. Malgré tout, près de onze millions des Français ont voté pour madame Le Pen, dont un certain nombre ne sont pas de son parti. C’est particulièrement inquiétant. Ces chiffres montrent que le Fn se banalise, et que les partis républicains ont tout de même permis ce vote là, c’est loin d’être anodin. Quant à Emmanuel Macron, nous savons où il se situe politiquement. Ancien conseiller du président François Hollande, ministre de l’Economie, porteur de plusieurs lois désavouées par le peuple français. Clairement, le fil conducteur du nouveau chef d’Etat est une économie ultra-libérale et capitaliste. C’est pourquoi il va nous falloir bâtir dès demain pour les Législatives un groupe parlementaire de la gauche de transformation sociale qui relaiera les exigences citoyennes pour plus d’écologie, plus de social, et un plus fort partage de richesses. Je parle d’un groupe parlementaire, mais qui nécessitera également une mobilisation du peuple pour que demain réponde à tous et non à une poignée.
Lionel Pascal (référent En Marche première circonscription)
65 %, c’est un contexte favorable. Emmanuel Macron ne refera pas l’erreur de Jacques Chirac en 2002 qui après sa victoire avait pris pour gouverner uniquement le RPR. Lui, au contraire, va s’ouvrir à gauche et à droite. A présent, s’ouvre un second temps : les Législatives. On rabat les cartes sur le tapis. Nous espérons avoir la majorité, car avoir François Baroin ou Jean-Luc Mélenchon Premier ministre serait une grave erreur. Au contraire, il faut que les Français donnent à Emmanuel Macron une majorité pour qu’il puisse faire ses réformes pendant cinq ans.
Germinal Peiro (président PS du conseil départemental)
Beaucoup s’attendaient à ce que Marine Le Pen soit plus haute qu’elle ne l’est. Moins de 35 %, cela prouve que la France ne veut pas de l’extrême droite à sa tête. C’est en ce sens que le score d’Emmanuel Macron est une bonne nouvelle. Le débat a montré le vrai visage de l’extrême droite, l’agressivité et une absence de propositions. Nous avons écarté le FN du pouvoir, pour le troisième tour, les Législatives, il faudra écarter le programme de Fillon du pouvoir. Car les amis de François Fillon espèrent une cohabition. Il est de notre devoir de nous opposer à ça.
Michel Moyrand (candidat PS première circonscription)
Il y a quelques points sur lesquels on peut travailler dans  le programme d’Emmanuel Macron. Je suis disponible pour participer à des discussions, tout en respectant mes valeurs d’humanisme et de justice sociale. Il va lui falloir une majorité pour gouverner dans une zone de turbulences. Le nom de son premier ministre nous donnera un éclairage sur la majorité qu’il souhaite mettre en oeuvre.
Bernard Cazeau (sénateur PS, soutien d’Emmanuel Macron)
Cette victoire est une satisfaction car j’ai défendu très tôt, et j’étais pratiquement un des seuls en Dordogne, Emmanuel Macron. C’est un homme jeune et compétent, qui marque un changement de génération. C’est également le garant de nos libertés. Nous avons un président de qualité à qui il faut désormais donner une majorité, la plus large possible pour soutenir sa politique. Bien sûr, nous ne sommes pas opposés à une coalition, car Emmanuel Macron doit mettre une place une dose de proportionnelle. Il faut impérativement réussir ce coup-ci, sinon, il ne faut pas se faire d’illusions, la prochaine fois, ce sera Marine Le Pen.

Women's Singlets - Stussy, ?tzi, Champion, Nike, Adidas & More!