Fil info
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV
07:17Région : Fruits et légumes: pourquoi les prix flambent -> https://t.co/N8Bl5r7dB6
07:14# # - -Vienne : Donner ou vendre plutôt que jeter -> https://t.co/VEigJi41bE
07:14# # - -Vienne : Donner ou vendre plutôt que jeter -> https://t.co/OizjBr2SD4
07:10Région : Comborn, un patrimoine millénaire -> https://t.co/EywYvuMWtL
07:03Région : Les élevages régionaux marqués par des productions en baisse -> https://t.co/SRlXUx9oF7
06:44Bergerac : La démonstration de force vaut pour Périgueux -> https://t.co/aR0EIEhCxJ
06:11Rampieux : 3 bus détruits dans un incendie entraînent du chômage technique -> https://t.co/cTRfaQmFhK
05:50Calviac-en-Périgord : Accident : un motard de 20 ans gravement blessé -> https://t.co/glOSDiWCRo
19:21Gargilesse-Dampierre : Les Jamet, une famille d’artistes -> https://t.co/dGuoTP8X9h
19:18Châteauroux : Destination Cuba avec Aniurka -> https://t.co/EBzVQMXlVP
17:23Lalinde : Festival littéraire Lire en bastides, 3e ! Pourquoi vous l’aimez, pourquoi vous l’aimerez -> https://t.co/I5FExt1Mme
17:18Tulle : Ça colle et ça décolle avec l’art ! -> https://t.co/9veAl4zB2k
17:11Région : L’avenir des Papeteries dépend de l’assistance publique -> https://t.co/1O4uF3ipJj
17:00Nadaillac : Il s'exhibe au lac de Neufont, ses victimes préviennent les gendarmes -> https://t.co/g1QNTqNVJD

Une catastrophe annoncée...

Santé

Deux minutes. Le temps de pousser une porte, de saluer, de craquer. Nathalie Teste, secrétaire de l’union départementale de la santé CGT a encore eu l’expérience il y a juste deux jours : « une fille d’un petit ehpad, au bout de deux minutes, elle était en larmes et m’expliquait : « à chaque fois que je passe là-bas, même pour poser des papiers, je pleure. » » Constat similaire de Philippe Baurienne, secrétaire CGT de l'hôpital de Guéret qui recevait dernièrement sept personnes dans son bureau en une après-midi : « Les gens sont au bout du bout. » Et ils partent... Faire valoir son amour du métier d’infirmier : trois ans d’études. Le rejeter, six mois de pratique. La situation est catastrophique... et, sauf évolution positive de la situation en été -ce qui s’annonce compliqué par définition-, la rentrée s’annonce explosive : d’autres établissements devraient embrayer le pas des CH de Guéret et d’Aubusson, les ehpad sont dans le rouge (1), les aides à domicile plus que jamais sur les rotules... Les syndicats CGT et FO remontés. À la rentrée, ils frapperont fort...
Pourquoi ? Déjà pour se faire entendre. En cela les revendications ne diffèrent pas de celles portées au niveau national sur la tarification à l'activité (T2A) « La T2A, Agnès Buzyn la dénonce, mais dans le plan de santé 2022, elle n’est pas revenue dessus... », souligne Nathalie Teste. « Le gouvernement n’écoute pas. Agnès Buzyn donne des primes à certains et pas à d’autres, elle divise pour mieux régner, casser ce mouvement-là. »
Loupé... Les mouvements partis des urgences ont embrasé les autres services, et l’hôpital de Guéret ne fait pas exception où le mouvement de grève illimité se poursuit chaque mardi. Là-bas, en plus d’un fardeau qui est national, les personnels sont aux prises avec des problèmes de communication. Les mails envoyés à la direction restent sans réponse, Nathalie Teste attendait hier encore sa convocation pour le CTE qui avait lieu le jour même...
Les problèmes se posent aussi en terme d’organisation, notamment concernant le poste de directeur du service de soins infirmiers, qui sert de charnière entre les soignants et le reste de l’hôpital : un poste qui a connu trois personnes différentes en 50 ans, et trois de plus depuis l’arrivée du nouveau directeur il y a quatre ans. « Dès que ce poste change trop souvent, ça ne peut pas marcher, il n’y a aucun suivi », précise Sébastien Trocellier, secrétaire départemental de FO santé.
Traduction de ces dysfonctionnements (2) le week-end dernier avec des lits en viscéral qui ferment puis rouvrent, avec dans l'intervalle un reste de canicule et des personnes qui ont passé une partie de la nuit sur des brancards  (lire notre édition de mercredi)... « Je n’avais jamais vu de ma carrière une désorganisation pareille à l’hôpital. Pour les patients, c’est indécent », souligne Philippe Baurienne.
La T2A comme le cas particulier du CH de Guéret devraient être mis au centre d’une table qui réunirait le député qui tente d’organiser la rencontre, la ministre dans l’idéal, le directeur du CH de Guéret et la CGT (2). Pour la T2A, Moreau soutient l’idée d’une dérogation, de même que la possibilité de ne pas respecter les grilles de salaires. En d’autres termes, la possibilité de jouer sur ce levier pour attirer des médecins sur l’hôpital de Guéret mais aussi de les garder. « On a eu un gastro-entérologue qui a demandé à avancer d’un échelon : il était plus que tout seul pour assurer le service, et demandait donc à être valorisé. La direction a refusé... du coup, ça l’a fait partir. C’était en début d’année, depuis on n’a eu que des intérimaires... », relate Philippe Baurienne. « Je pense que ça revient plus cher que médecin à temps plein », commente Nathalie Teste qui craint l’organisation d’une pénurie pour justifier les fermetures : « Ça fait partie des questions qu’on se pose. Quelle est la feuille de route du directeur ? »
« On a un plateau technique performant mais il faut des recrutements », martèle Philippe Baurienne. Nathalie Teste pousse plus loin : « Énormément de gens sont obligés d’aller à Limoges ou à Bordeaux, pourquoi n’aurait-on pas ici un chirurgien innovant à même de faire venir les Hauts-Viennois et les Bordelais. » Sauf que... le conseil de surveillance de l’hôpital se réunit aujourd’hui et qu’il aura à se pencher sur la restitution de la mission d’appui à la performance. Voté, 23 lits de gastro et 8 lits de médecine polyvalente iront rejoindre les 10 de cardiologie déjà supprimés... Les menaces se confirmeront sur 16 postes d’aide soignants, 12 d’infirmiers diplômés d’Etat et 2 secrétaires. En attendant le phase suivante qui devrait s’attaquer aux lits d’orthopédie et de viscéral...

(1) L’étude n’est pas nouvelle mais rien n’a changé depuis sa parution : dans les ehpad, les accidents du travail plus répandus que dans les TPE ou le bâtiment.
(2) Les syndicat redoutent que cette désorganisation se communique sur l’ensemble du département lorsque le CH de Guéret va avoir la charge de la commission administrative paritaire qui doit gérer les carrières, les échelons et les changements de grade.
(3) FO n’est pour le moment pas prise en compte du fait que la section du syndicat n’a pas rejoint la CGT. Habitué du travail d’équipe sur la santé à l’échelle départementale avec Nathalie Teste, Sébastien Trocellier espère arriver à une intersyndicale sur le CH à la rentrée ; quitte à prendre les choses en main si la collaboration n’arrive pas à se faire.

Nike Series