Fil info
21:54 L’ dans tous ses états: https://t.co/npjyHB909b
21:37 Merci. Le Pont Saint Chrétien Chabenet dans l’Indre, département où j’ai eu la chance de travailler pend… https://t.co/oXJrlcTpXJ
18:10 Rire
18:06 Merci bien, hein ! Tout le monde en nervous breakdown.
17:59 Bonjour huber
15:46 Ca risque pas de s'arranger avec une uberisation du travail.

Semer l'histoire de la solidarité

Solidarité

Le matériel est ancien, les attelages tirés par chevaux, ânes et bœufs. Non, pas de retour au «Moyen Age», comme l’évoque Florian, élève de troisième au lycée agricole d’Ahun, mais la désormais traditionnelle plantation des Patates Solidaires...
Mis en place entre l’Amoma, le lycée agricole et la Banque alimentaire, les patates solidaires ont fait le choix de la traction animale pour la plantation de cette année, afin «d’associer davantage les élèves, les motiver encore plus», souligne Alain Parrain, président de l’AMOMA, mais aussi «sensibiliser le grand public».
Christophe Montagne, enseignant référent de l’opération pour le lycée agricole, avait lancé l’idée de planter des pommes de terre pour la consommation des élèves il y a plusieurs années déjà. Parti de 500 m², il a agrandi le terrain au fil des ans, et depuis quatre ans, partage la récolte avec la Banque alimentaire.
«Ce qui est intéressant, c’est que le lycée fait participer les élèves, ça leur fait une activité pratique», sourit le professeur. La préparation du terrain avait été faite en amont par les élèves, de l’apport du fumier au labour, et ils étaient également présent pour la plantation. Ils suivront par la suite la culture et la récolteront, «pour la voir dans sa destination, la consommation à la cantine».
Les classes de quatrième gèrent le stock chaque semaine, ils trient et préparent 200 à 300 kilos en fonction des besoins de la cantine. En septembre dernier, un essai d’arrachage avec des chevaux avait été conduit, «ça s’est bien passé, alors on s’est dit pourquoi pas tenter une plantation par traction animale». Rapidement, les attelages de la Tuilerie à Cressat sont associés.
De quoi faire la joie des élèves du lycée, «ils adorent les animaux, ils sont contents de participer à une opération de traction animale», souligne leur enseignant. D’autant que ce sont des choses qu’ils n’ont jamais vu, nés bien après l'avènement du tracteur. «ça leur montre comment on faisait avant, qu’on savait travailler, et que niveau mécanique c’était déjà perfectionné».
Une découverte pédagogique pour les élèves, mais surtout, un engagement solidaire dans une action à visée humanitaire. «C’est normal d’être solidaires pour aider les plus démunis», assure Florian. Pascal Montagne, salarié de la banque alimentaire depuis onze ans, est satisfait de cette bonne opération : «nous, ça nous fait un apport assez considérable au niveau de l’association». Car se procurer des produits frais reste le plus difficile, même si certaines grandes surfaces leur en donnent et qu’ils travaillent également avec le jardin solidaire de Chéniers... «C’est un peu juste, mais ça équilibre, c’est pas mal».
Les pommes de terre récoltées seront ensuite mises en filets par les bénévoles de la banque alimentaire, qui les redistribueront automatiquement à l’ensemble des associations partenaires. «Les patates, avec les pâtes, c’est ce qu’on mange le plus», souligne pascal Montagne. Reste à savoir ce que réservera l’année à la culture, car déjà l’an passé ils avaient eu moitié moins de rendement suite à la sécheresse estivale... et ça ne s’annonce pas mieux pour cette année : «c’est très sec pour une sortie d’hiver, pour le moment il y a déjà un gros manque d’eau», explique Christophe Montagne.

1.000 tonnes de semences
Quelque mille tonnes de semences ont été plantées la semaine dernière sur les 70 ares (deux parcelles) réservées au lycée. Plusieurs «sponsors» aident à obtenir ces plants, offerts par la société Sementis qui travaille avec la société Mon jardin de Saint-Victor (03), le Gaec Mazeron de Landogne (63) et le Grocep à Laurière (87). Pour rappel, huit tonnes ont été partagées en 2016, dix tonnes en 2017, et neuf tonnes l’an dernier.

Quelques repères

L’AMOMA
La section creusoise de l’Association des Médaillés de l'Ordre du Mérite agricole, a contacté en 2016 la banque alimentaire qui leur a signalé manquer principalement de produits frais. C’est ainsi que sont nées les «patates solidaires».
Le lycée
Le choix du lycée s’est fait logiquement pour ces anciens agriculteurs, qui a accepté tout de suite de mettre ses champs à disposition : une convention a été signée, la moitié de la récolte ira à la banque alimentaire, l’autre à la cantine du lycée...
L’appel à projet jeunes de la MSA
Les élèves ont remporté un prix de 1.000 euros en participant à cet appel à projet, pour assurer la communication de l’opération en réalisant un film à l’attention des élèves des collèges du département.

NIKE KOBE 11 ,Online Get Cheap Mens Basketball Shoes.Blue/White 822675-404 Wholesale Cheap