Fil info
20:09France : Dans Tulle à vélo on dépasse ses habitudes -> https://t.co/6pg1hWXttj
19:26Vendoeuvres : Une journée en hommage à Pascal Bilaine -> https://t.co/68RzeZHFM3
19:25Indre : Les pompiers à l'honneur pour leur bravoure et leur dévouement -> https://t.co/XjWRTgEJ0U
19:14Dordogne : Christophe Dabitch lauréat du 10e prix Augiéras -> https://t.co/qgZArhjWoA
19:12Marsac-sur-l'Isle : Le CDG élargit les locaux et les missions -> https://t.co/DFPf3oJUlZ
18:20Sarlat-la-Canéda : Une formation mobilité, déplacement et entretien -> https://t.co/EvAb69tAb2

Une voiture incendiée un chevreuil égaré...

Police fait divers

L’horloge du commissariat n’affiche pas encore 11h. Derrière son poste, au standard, un agent vaque à ses occupations habituelles. Tout aussi quotidien le va-et-vient de ses collègues dans le petit hall... ralenti par la présence, hier soir de visiteurs occasionnels : la préfète, sa directrice de cabinet, le procureur et le maire de Guéret, en pleine opération de com’... ainsi que quatre fonctionnaires de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de Limoges dépêchés en renfort pour la nuit.
« C’est une simple mission de police générale : deux véhicules sérigraphié dans lesquels il y aura deux fonctionnaires de police tourneront sur tout Guéret », résume le commissaire François Gaillard. « Bien sûr, il y a un contexte particulier mais il s’agit surtout de sécurisation générale... »
Le contexte sus-nommé englobe la recrudescence de vols de véhicules, d’affaires de stupéfiants et de cambriolages, et au sommet de l’iceberg d’incendies de voitures : trois personnes étaient interpellées la matinée  même pour l’incendie du 7 septembre (voir notre édition d’hier). Et le contexte sus-nommé oriente le  conseil  local de sécurité et de la prévention de la délinquance sur la vidéo protection... « Nous allons nous retrouver en octobre pour avancer dessus, déclare Michel Vergnier. Nous n’y sommes pas systématiquement opposés, on a compris que dans certaines enquêtes leur présence pouvait être utile, mais elle doit être ciblée.»
La grande aiguille de l’horloge commence à flirter avec le 10. Les patrouilles quittent pour une durée de 4 heures, le commissariat... et ne vont pas très loin : «Com’ un fait exprès», un feu de véhicule est signalé à quelques centaines de mètres, rue Ingres.
Une partie des effectifs reste sur place. Deux des fonctionnaires de la section d’intervention de Limoges poursuivent leur patrouille, regrettant de ne pas être en civil : ils auraient été plus discrets, plus efficaces. Un passage à Grancher, un retour par la rue du Limousin et quadrillage rapide dans le dédale de rues de la partie ouest du centre-ville. L’un des deux est originaire de Guéret, il y est né, y a travaillé, y a été pompier volontaire... Moins un avantage pratique - « On est souvent amené à intervenir dans d’autres villes : La Rochelle, Rochefort, Angoulême, Agen... » - que l’expression d’une certaine nostalgie.
Retour avenue de la Sénatorerie. À côté du Monoprix, les flammes ont fait place à un monolithe de fumée grise. Dans la voiture s’infiltre une odeur de brûlé tandis que la radio  émet des crépitements en continu, comme dans les films. Les deux hommes s’interrogent sur les 31 décembre à Guéret puis parlent de ceux de Limoges où les cailloux ont remplacé la neige «...jusqu’au jour où ils vont nous tirer dessus.» Un fil de pensées interrompu par un nouveau contact radio - la deuxième moitié de la section d’intervention de Limoges -, puis un éclat de rire : « Ils sont nez à nez avec un chevreuil.»
D’un invité surprise à l’autre, les fonctionnaires se rendent rue Ferrague où a été déclenchée une alarme... Ils finissent par s’arrêter à la préfecture pour un coup d’œil à travers les portes vitrées et par dessus les grilles du parc attenant. « Peut-être l’incendie qui a perturbé les capteurs », explique à son retour l’un des agents  qui empoigne derechef l’émetteur tandis qu’apparaît dans le sas du bâtiment une silhouette familière. Après avoir parcouru la place avec empressement, la directrice de cabinet s’arrête catastrophée à hauteur des policiers : « Non mais c’est moi, y a pas de souci, c’est moi, j’avais pas retiré la totalité de l’alarme. » Une nuit creusoise, parfum doux amer, toujours tranquille... mais plus dans les mêmes proportions.
La section d’intervention de Limoges a passé une seconde nuit à Guéret. Une action qui pourrait être renouvelée. « On entretient d’excellentes relations avec la DDSP de la Haute-Vienne, rappelle le commissaire Gaillard.  D’autres interventions ne sont pas exclues... dans la mesure de leurs possibilités et de nos besoins. »
S.G.

La préfète condamne ces actes
Lors de son point presse vendredi matin (voir page 4), la préfète Magali Debatte est revenu sur le nouvel incendie survenu à Guéret jeudi soir peu après 23 heures rue Ingres. Il s’agit d’un nouvel incendie criminel. Celui-ci s’est déroulé au même moment que débutait «l’opération de sécurisation». La préfète a indiqué «condamner avec la plus grande fermeté (ces) actes purement gratuits» et a salué «la réactivité des forces de  sécurité».

Air Jordan XIII 13 Kid