Fil info
22:44International : Gênes : 43 morts et la société d'autoroute en accusation -> https://t.co/otWSJ3qcDj
19:31Région : Aux côtés des réfugiés d’Obock... -> https://t.co/WxnDzgcEPz
19:30Région : Royaume du conte et des songes -> https://t.co/N4ghDOUNRo
19:25Périgueux : Le cheval dans toute sa beauté -> https://t.co/gIPyB1ZW11
19:22Beynac-et-Cazenac : Beynac, loin d’être un long fleuve tranquille -> https://t.co/IrNMtWn7r6
19:21Châteauroux : Transformer sa cuisine en salle de bains pour prendre soin de soi -> https://t.co/f0OpnWPrUQ
19:19Lurais : Retour en images sur la fête des barques -> https://t.co/4h7FwoOeac
19:14Indre : Resf se mobilise en urgence -> https://t.co/Sy4uWepnRk
18:13Marquay : La Dame Blanche veille sur le château Puymartin -> https://t.co/BBm9yeMZSA
18:07Périgueux : 45 Périgourdins morts en martyrs -> https://t.co/qGLvgYqEz3
17:56Uzerche : Escale d’art sur la route d’Aurillac -> https://t.co/WS2LQfyqKF
16:36# # - -Vienne : La viande à l’heure médiévale -> https://t.co/ZYCV4VzVqj
16:33# # - -Vienne : Une semaine pour se perfectionner -> https://t.co/tjfypXvAre
16:15Lissac-sur-Couze : Le vin est à l’honneur pour un week-end -> https://t.co/EGnOupY8BO
13:51 Sans doute !!!
13:16 On à pas les mêmes oreilles. ..
11:58Creuse : De l'innovation aussi sur le territoire creusois | L'Echo https://t.co/gnC3tR1VCb via

Une ferme multi tâches

Agriculture

«Les préfets se suivent mais l’État est toujours là. »  Venue manifester son soutien aux adhérents de  la SAS Ferme de Saint-Martial, hier, sur le centre d’engraissement, à Saint-Martial-le-Vieux, la préfète de la Creuse, Magali Debatte, a garanti aux éleveurs une certaine continuité de service : l’héritage Cazeneuve ne disparaîtra pas sous la paille... Pas plus que la détermination des membres de la SAS n’a disparu sous les cendres...
Depuis l’incendie de fin 2016. 850.000€ ont à nouveau été investis sur site, lesquels ont été épongés à 66% par l’assurance, les aides versées après la visite de Bernard Cazeneuve notamment. Des fonds destinés à retaper et améliorer au passage le site... Bâti dans une zone de naisseurs, sans tradition d’engraissement, le site (et la SAS qui le porte) réuni les animaux d’une cinquantaine d’adhérents installés dans un rayon de 35 à 40 kilomètres. « On est en phase de reconstruction, d’adaptation et de réorganisation du site », situe Pierre Chevalier, à l’origine du projet. « Nous avons le souhait de faire une ferme pédagogique... »
Ils l’avaient entendu : un centre d’engraissement, c’est compliqué à mettre en place et pas très rentable. Les dirigeants de la SAS Alliance Millevaches, comme elle s'appelait à l’époque, ont bénéficié de plusieurs éléments majeurs. Le premier, est d’ordre financier, la SAS a tiré parti d’un plan local de dynamisation (400.000€ ont ainsi été récupéré suite au plan national de restructuration des sites de défense parmi lesquels celui de la Courtine) et bénéficie en outre d’un loyer faible. Deuxième point, le contrat de filière  avec la SVA Jean Rozé qui fixe un prix plancher qui tient compte des coûts de production (prix du maigre et prix de l’alimentation).
Autre atout la méthanisation « La vente du méthane à Metha énergie 23 permet d’approcher le prix de la litière », souligne Gilbert Mazeau, porte-parole de la SAS. De quoi alimenter, à défaut des caisses, une certaine fibre écologique, à laquelle contribue aussi le volet photovoltaïque. Un alibi bienvenu à l’heure où le projet reste malmené par un certain nombre d’associations. « Le projet répond aux directives européennes en matière d’énergies renouvel-lables », reprend Pierre Chevalier. « Et le projet est respectueux du bien-être animal... suivant le droit européen. »
Un message que relaye le député Jean-Baptiste Moreau : « Ce projet répond aux préoccupation de bien-être animal... Les animaux sont bien mieux ici que dans nos bâtiments qui sont moins adapté, c’est un faux procès. » Faux procès mais vraie opportunité, selon lui. « Ce type de projet est en train de servir de modèle. Garder les broutards sur le territoire plutôt que de les envoyer en Italie, garder la valeur ajoutée, c’est important. D’autant que c’est une viande de plus en plus consommée en France, il y a un potentiel sur le marché français. »

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.