Fil info
22:45Assemblée citoyenne de préparation du conseil municipal ce vendredi 14 décembre 2018 à 19h à notre local du 11 bd S… https://t.co/zdkixOPLXW
22:03Quand t'es plongé dans un simili de thriller avec un brouillard à couper au couteau !! Arrivera, arrivera pas !! 😂… https://t.co/M2I1esxcao
18:49Châteauroux : Dernier chantier à la peupleraie -> https://t.co/pfvW6RFY6w
18:46Dordogne : Ils n’ont plus confiance et veulent la démission de Macron -> https://t.co/VazS1u1NLj
18:46Indre : Gilets jaunes : « On reste là, les annonces faites ne suffisent pas » -> https://t.co/D22YnigAPA
18:42Corrèze : Les avocats creusois en grève -> https://t.co/J1DjpUZS39
17:53RT : Bellac : Un automobiliste en panne vêtu d'un gilet jaune, proclamé porte-parole de la fédération 87. Sa première r… https://t.co/noek8ZnaA0
16:49Sarlat-la-Canéda : Trouver le Juste Prix -> https://t.co/IkaKBdtl1B
16:45Corrèze : Ce qui est humain les concerne -> https://t.co/BjaA1IQBaS
15:41Périgueux : Le salon du tatouage victime collatérale des Gilets jaunes -> https://t.co/6vmTzxMKn9
14:01Périgueux : « Une mascarade de notre méprisant de la République » -> https://t.co/nTWhmkF4d1
13:44Un nouvel article sur la prestation de à Limoges. Merci ! https://t.co/JP9Rkv3hNL
13:38Coulounieix-Chamiers : La Société d’économie mixte (Sem) Périgord énergies inaugure sa première centrale photovolt… https://t.co/S0hQA3ewVE
12:40Bergerac : L’intersyndicale des retraités bouscule le député -> https://t.co/fhlgfYdxLE
11:58RT : . n’entend que de l’oreille droite . Les riches restent ses protégés , ils ne seront pas mis à contr… https://t.co/hziRZ6uM9Q
11:51RT : L'exercice de sécurité civile simulant un incendie actuellement en cours au est destiné à tester l… https://t.co/fQk8XsOJck
11:08RT : Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
10:59Exercice se simulation d'un incident depuis 9h ce matin au CHU qui va durer jusqu'à 12h. Pas de panique.
09:49RT : Les agriculteurs souhaitaient rencontrer la Préfète de la Creuse et le député, réunis hier à la préfecture de Guére… https://t.co/zkY4EfPrKN
08:56 avec Thomas Milon et Marion Haranger à , bourg perché dominant la et célèbre pour son école… https://t.co/wBsm2VP5fb

Une ferme multi tâches

Agriculture

«Les préfets se suivent mais l’État est toujours là. »  Venue manifester son soutien aux adhérents de  la SAS Ferme de Saint-Martial, hier, sur le centre d’engraissement, à Saint-Martial-le-Vieux, la préfète de la Creuse, Magali Debatte, a garanti aux éleveurs une certaine continuité de service : l’héritage Cazeneuve ne disparaîtra pas sous la paille... Pas plus que la détermination des membres de la SAS n’a disparu sous les cendres...
Depuis l’incendie de fin 2016. 850.000€ ont à nouveau été investis sur site, lesquels ont été épongés à 66% par l’assurance, les aides versées après la visite de Bernard Cazeneuve notamment. Des fonds destinés à retaper et améliorer au passage le site... Bâti dans une zone de naisseurs, sans tradition d’engraissement, le site (et la SAS qui le porte) réuni les animaux d’une cinquantaine d’adhérents installés dans un rayon de 35 à 40 kilomètres. « On est en phase de reconstruction, d’adaptation et de réorganisation du site », situe Pierre Chevalier, à l’origine du projet. « Nous avons le souhait de faire une ferme pédagogique... »
Ils l’avaient entendu : un centre d’engraissement, c’est compliqué à mettre en place et pas très rentable. Les dirigeants de la SAS Alliance Millevaches, comme elle s'appelait à l’époque, ont bénéficié de plusieurs éléments majeurs. Le premier, est d’ordre financier, la SAS a tiré parti d’un plan local de dynamisation (400.000€ ont ainsi été récupéré suite au plan national de restructuration des sites de défense parmi lesquels celui de la Courtine) et bénéficie en outre d’un loyer faible. Deuxième point, le contrat de filière  avec la SVA Jean Rozé qui fixe un prix plancher qui tient compte des coûts de production (prix du maigre et prix de l’alimentation).
Autre atout la méthanisation « La vente du méthane à Metha énergie 23 permet d’approcher le prix de la litière », souligne Gilbert Mazeau, porte-parole de la SAS. De quoi alimenter, à défaut des caisses, une certaine fibre écologique, à laquelle contribue aussi le volet photovoltaïque. Un alibi bienvenu à l’heure où le projet reste malmené par un certain nombre d’associations. « Le projet répond aux directives européennes en matière d’énergies renouvel-lables », reprend Pierre Chevalier. « Et le projet est respectueux du bien-être animal... suivant le droit européen. »
Un message que relaye le député Jean-Baptiste Moreau : « Ce projet répond aux préoccupation de bien-être animal... Les animaux sont bien mieux ici que dans nos bâtiments qui sont moins adapté, c’est un faux procès. » Faux procès mais vraie opportunité, selon lui. « Ce type de projet est en train de servir de modèle. Garder les broutards sur le territoire plutôt que de les envoyer en Italie, garder la valeur ajoutée, c’est important. D’autant que c’est une viande de plus en plus consommée en France, il y a un potentiel sur le marché français. »